1940

De Wikimanche

Chronologie de la Manche

Préhistoire - Protohistoire - Antiquité
Ve s. - VIe s. - VIIe s. - VIIIe s. - IXe s. - Xe s. - XIe s. - XIIe s. - XIIIe s. - XIVe s. - XVe s. - XVIe s. - XVIIe s. - XVIIIe s. - XIXe s. - XXe s. - XXIe s.


XXe siècle

1901 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10
1911 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20
1921 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
1931 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40
1941 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50
1951 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60
1961 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70
1971 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80
1981 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90
1991 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 2000


Voir aussi
Histoire du département de la Manche

L'année 1940

Cette page regroupe les faits marquants qui se sont produits en l'an 1940 (naissances et décès de personnalités, événements locaux, nationaux et internationaux, etc.).


Dans la Manche

  • 3 janvier : visite à Cherbourg, d'Édouard Daladier, président du Conseil des ministres.
  • 14 mars : à Coutances, la Cour d'assises de la Manche condamne à la peine de mort Edmond Laisné, 30 ans, reconnu coupable de la mort à Parigny le 20 décembre 1938 de la fille de sa femme, Christiane, 4 ans ; sa femme est condamnée à cinq ans de travaux forcés et à dix ans d'interdiction de séjour [1]. Il est guillotiné le 13 juin 1940.
  • Mars-avril : renforcement du rationnement alimentaire, spécialement sur la viande [2].
  • 14-17 mai : les autorités municipales cherbourgeoises et départementales donnent des directives de surveillance et de protection du territoire à leurs administrés [2].
  • 18 mai : les premiers réfugiés en provenance de Belgique et du nord de la France arrivent à Cherbourg. L'afflux de réfugiés, qui se poursuit les semaines suivantes, se compte par milliers [2].
  • 22 mai : le général Weygand débarque à Cherbourg du torpilleur Flore. Il rejoint aussitôt Paris en train pour assister à une conférence avec Winston Churchill.
  • 7 mai : au large de Cherbourg, le vice-amiral Le Bigot décore de la croix de guerre le sous-marin Orphée qui vient de couler un sous-marin allemand [3].
  • 8 mai : à Cherbourg, l'administration des Douanes met en vente un stock de morphine saisi quelques mois plus tôt dans les bagages du financier turc Diamandoglou [4].
  • 1er juin : un avion allemand bombarde Landemer : trois morts.
  • 5 juin : à Cherbourg, une escadrille de Stukas allemands bombarde les chantiers Amiot : un pâté de maisons proches est atteint, un civil est tué [5].
  • 6 juin : à Cherbourg, nouveau bombardement de l'aviation allemande [5].
  • 11 juin : une division d'infanterie britannique débarque à Cherbourg. Évacuée de Dunkerque (Nord), elle retrouve le territoire français pour poursuivre les combats contre les Allemands. Le 16 juin, la division, revenue à Cherbourg, repart pour l'Angleterre [2].
  • 12 juin : le cargo anglais Baron Saltoun saute sur une mine et coule à l'entrée du port de Cherbourg : un mort.
  • 13 juin : Edmond Laisné est guillotiné dans la cour de la prison de Coutances suite à sa condamnation à mort prononcée le 14 mars. Couvreur à Parigny, il avait maltraité sa fillette de trois ans jusqu'à la tuer en l'assommant le 20 décembre 1938. Sa seconde épouse, belle-mère de la petite victime, avait été condamnée à cinq ans de travaux forcés. L'exécution, prévue pour le 11 juin, est retardée suite à une circonstance exceptionnelle : le wagon transportant la guillotine a été malencontreusement envoyé à la gare de Lison et n'arrive à Coutances que le 12 au soir.
  • 14-19 juin : 136 000 soldats britanniques sont évacués par le port de Cherbourg [6].
  • 17 juin :
    • Les troupes allemandes pénètrent dans le département. Elles entrent dans Villedieu-les-Poêles à 20 h15, dans Coutances à 20 h45, à Lessay à 21 h et à La Haye-du-Puits à 22 h[2]. Les blindés de la 7e Panzer de Rommel n'ont pas rencontré de résistance avant Denneville [2].
    • À Folligny, un train de munitions en stationnement à la gare explose sous les bombes allemandes. On dénombre 25 morts [2].
  • 18 juin :
    • Les Allemands écrasent les points de résistance à Denneville et Saint-Sauveur-de-Pierrepont[2]. Ils sont une nouvelle fois retardés sur la route de Cherbourg, à Martinvast [2].
    • De nombreux bateaux quittent Cherbourg pour l'Angleterre [7]. À l'arsenal, les ouvriers sabotent des installations militaires pour qu'ils ne servent pas à l'ennemi [7]. Les premiers combats s'engagent le soir avec l'armée allemande : ils font « au moins 17 morts et des dizaines de blessés » [7].
  • 19 juin :
  • 22 juin : le capitaine de vaisseau Thierry d'Argenlieu s'échappe, à Cherbourg, d'un convoi de prisonniers et réussit à gagner Jersey à partir de Carteret grâce à l'aide d'un pêcheur local, Émile Valmy [9].
  • 23 juin : l'Institut Saint-Lô à Agneaux est réquisitionné par l'armée allemande.
  • Juillet-août : rationnement du pain, des pâtes et du sucre [2].
  • Août : le maréchal Goering, commandant la Luftwaffe, inspecte les troupes allemandes à Cherbourg et à Querqueville [10].
  • 4 septembre : Émile Babillot est nommé préfet. Il n'exercera pas ses fonctions.
  • 16 septembre : à Octeville, les Allemands raflent tous les hommes âgés de 16 à 45 ans et les internent à Cherbourg, dans la caserne Proteau. Ils seront libérés le 24. La mairie est invitée à payer le coût de l'opération : 172 000 francs !
  • 17 septembre : Gaston Mumber est nommé préfet.
  • 17-18 septembre : l'aviation britannique mène une attaque nocturne contre des navires de guerre allemands accostés à Cherbourg. Un des avions est abattu et s'écrase sur une maison à Tourlaville : 11 morts, les 4 aviateurs anglais et les 7 occupants de la maison.
  • 11 octobre : un bombardement anglais sur Cherbourg et Tourlaville fait 25 tués. L'usine Simon est détruite, ainsi qu'une soixantaine de maisons dans le quartier du Val de Saire.
  • 23 novembre : à Granville, l'hebdomadaire L'Avenir républicain cesse sa publication après trente-sept ans d'existence [11].
  • 12 décembre : à Coutances, la Cour d'assises de la Manche condamne à mort Paul Tonnelier, 36 ans, pour le meurtre de sa femme et de leur fils près d'Omonville-la-Petite le 4 septembre 1939. Il sera finalement gracié le 7 juin 1941.

En France

  • 8 mai-22 juin : bataille de France. Le maréchal Pétain, nommé chef du gouvernement le 16 juin, appelle à cesser le combat le 17 juin. L'armistice est signé le 22 juin.
  • De Gaulle se réfugie à Londres d'où, le 18 juin, il lance son appel à la résistance.
  • 12 octobre : les conseils généraux sont suspendus par ordonnance de Vichy.

Dans le monde

  • 5 avril : massacre de Katyn en Pologne (aujourd'hui en Russie).
  • 9 avril : l'Allemagne hitlérienne envahit le Danemark et la Norvège. Les Français et les Britanniques envoient des troupes en soutien de l'armée norvégienne.
  • 18 juin : appel du général de Gaulle à poursuivre la lutte contre l'envahisseur.
  • 23 juin : sentant l'avancée allemande inéluctable, la population d'Aurigny quitte l'île à bord de six navires à destination de Weymouth (Royaume-Uni)[12].
  • 30 juin : l'armée allemande occupe Guernesey, Jersey le 1er juillet, Aurigny le 2 juillet et Sercq le 4 juillet.
  • 3 juillet : les Britanniques détruisent la flotte française stationnée dans le port algérien de Mers el-Kébir.
  • 13 août-12 octobre : bataille d'Angleterre.
  • 16 octobre : Saint Jean de Brébeuf est proclamé saint patron du Canada par le pape Pie XII.

Notes et références

  1. « Le martyre d'une fillette à Parigny », Cherbourg-Éclair, 15 mars 1940.
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10 et 2,11 « La Normandie au cœur de l'Histoire », La Presse de la Manche, hors-série, mars 2014.
  3. « La vie quotidienne à Cherbourg à la veille de l'Occupation : Du côté des militaires », La Presse de la Manche, 29 mars 1972.
  4. « La vie quotidienne à Cherbourg à la veille de l'Occupation : III. L'arrivée des réfugiés du Nord », La Presse de la Manche, 30 mars 1972.
  5. 5,0 et 5,1 « La vie quotidienne à Cherbourg à la veille de l'Occupation : IV. Tranchées et sacs de sable », La Presse de la Manche, 31 mars 1972.
  6. Jean-Pierre Guichard, Paul Reynaud : Un homme d'État dans la tourmente Septembre 1939-Juin 1940, éd. L'Harmattan, 2008, p. 354.
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 « Cherbourg sous l'occupation allemande : I. Les Stukas piqueront sur la ville à 10 heures », La Presse de la Manche, 20 mai 1972.
  8. « Cherbourg sous l'occupation allemande : II. La tragédie est consommée », La Presse de la Manche, 21 mai 1972.
  9. Paul Ingouf, Fraudes et trafics en Cotentin, Impr. La Dépêche, Cherbourg, 1970, p. 6.
  10. « Cherbourg sous l'occupation allemande : IV. Un discret banquet de 1 200 couverts pour le Maréchal », La Presse de la Manche, 23 mai 1972.
  11. Françoise Poggioli, Bibliographie de la presse française - 50. Manche, Bibliothèque nationale, Paris, 1970.
  12. « Quand l'île d'Aurigny perdait ses enfants », Ouest-France, site Internet, 23 juin 2015.