Thomas Hélye

De Wikimanche

Portrait de Thomas Hélye.

Thomas Hélye, né à Biville vers 1180 et décédé à Vauville le 19 octobre 1257, est un prêtre catholique et missionnaire de la Manche.

Il a été béatifié par le pape Pie IX le 14 juillet 1859.

Biographie

Né à la fin du 12e siècle dans une famille de laboureurs en la petite paroisse de Biville, Thomas, fils d’Hélye et de Mathilde, après avoir vraisemblablement étudié chez les bénédictins des prieurés de Vauville et d’Héauville, et les chanoines augustins de l’abbaye Notre-Dame du Vœu, devient maître des écoles de Cherbourg vers 1225. Il s’y fait remarquer par ses talents de pédagogue. À la suite d’une forte fièvre qui le met aux portes de la mort, il connaît une véritable conversion. Se retirant chez son frère Guillaume, en sa paroisse natale de Biville, il y mène une vie de pénitence. Hirsute, le vêtement négligé, il s’y livre au jeûne et à la mortification.

Ayant appris sa conduite, l’évêque de Coutances – Hugues de Morville, ou peut-être plutôt Jean d'Essay , alors archidiacre – le fait appeler à lui et l’incite à soigner sa tenue. Avant qu’il soit appelé au sacerdoce, Thomas Hélye accomplit les pèlerinages de Rome et de Saint-Jacques de Compostelle et étudie pendant quatre années la théologie à Paris. Il y fréquente Eudes de Châteauroux, chancelier de l'Université, et le dominicain Hugues de Saint-Cher, son professeur et confesseur, l’un et l’autre futurs cardinaux, qui témoignent de sa piété. Lorsqu’il est ordonné prêtre, les évêques de Coutances et d’Avranches lui confient un ministère missionnaire de prédicateur itinérant. En vingt-deux années, il parcourt, dit-on, toutes les paroisses de ces deux diocèses. Il y est accueilli avec ferveur par la foule aux cris de «  Voici l'homme de bien ! Voici l'homme de Dieu ! »

À la fin de sa vie, affaibli par ses privations, Thomas Hélye se retire au manoir de son ami Gauvain, seigneur de Vauville. Il y rend son âme à Dieu le 19 octobre 1257. Le lendemain, son corps est porté en sa paroisse natale et voisine de Biville au milieu d'un grand concours de peuple. Son tombeau de marbre, reconstruit en 1910, se trouve dans le chœur de l'église Saint-Pierre où il est honoré par de nombreux pèlerins, spécialement lors des fêtes annuelles du 19 octobre.

Canonisé par la vox populi dès son décès, Thomas Hélye, à l'intercession duquel sont attribués de nombreux miracles de guérison, est béatifié par le pape Pie IX en 1859. Le célèbre chartiste Léopold Delisle, originaire de Valognes, prend une part décisive dans l'élaboration du dossier alors soumis au Saint-Siège.

Hommages

À Virandeville, en 1926, un monument « En souvenir du transfert des reliques du Bx Thomas de Biville à Virandeville en 1794 » a été érigé par M. Bihel, curé, et ses paroissiens.

Des statues représentant Thomas Hélye sont visibles, notamment dans les églises de Biville, de Réville et de Saint-Sauveur-le-Vicomte et à Barfleur dans une petite chapelle, enclavée, comme un ornement, dans la façade du garage de M. Pavie, au carrefour de la route de Cherbourg et du chemin de Gatteville [1].

Bibliographie

Livres
  • Louis Couppey, Recherches historiques concernant Thomas Hélie de Biville, connu communément sous le nom du bienheureux Thomas', Cherbourg : Impr. de Thomine, 1843.
  • Jean-François Guillebert, Bienheureux Thomas Hélye dans son véritable jour : sa vie, son culte, ses miracles', Cherbourg : impr. Bedelfontaine et Syffert, 1858,xix-148 p. : portrait ; in-12.
  • Léopold Delisle, Vie du bienheureux Thomas Hélie, de Biville, Cherbourg : Impr. Bedelfontaine et Syffert, 1860 - disponible sur Normannia
  • Louis-Charles Pinel, Le Bienheureux Thomas Hélye de Biville 1187-1257, Coutances : Impr. Notre-Dame, 1927 (ouvrage couronné par l'Académie française)
  • Victor Lemaître, Torigni-sur-Vire (Manche), E. Totain, 1939. In-16°, 307 p., figure, pl., portr. en noir et en coul., couv. ill.
  • Bernard Jacqueline et chanoine Georges Hyernard, Le Bienheureux Thomas Hélye, prêtre de Biville. Vie et miracles, Cherbourg : La Dépêche, 1985
  • Hugues Plaideux, Le Bienheureux Thomas Hélye de Biville. Petit abrégé, Cherbourg : La Dépêche, 1989
  • A. Silvera, Le bienheureux Thomas Hélye de Biville : dossier hagiographique et culte (XIIIe — XIVe s.), mémoire de deuxième année de master sous la direction de Catherine Vincent, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011, 263 p.
Articles
  • Bernard Jacqueline, « La Vie latine du Bienheureux Thomas Hélye », Revue du département de la Manche, t.4, fasc.13, janvier 1962, p.5-14.
  • Marcel Lelégard, « Le calice et la chasuble du bienheureux Thomas Hélye », Annales de Biville, n°40, octobre 1992, numéro spécial, 77 p.
  • Hugues Plaideux, « Biville : 750 ans de pèlerinages au bienheureux Thomas Hélye », dans Pèlerinages et lieux de pèlerinage en Normandie, Actes du 44e Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie (Fécamp, octobre 2009), vol. 15, 2010, p. 97-110.

Lien interne

Notes et références

  1. « Le Journal de l'arrondissement de Valognes, numéro du 12 mai 1928 », Normannia.info, consulté le 5 novembre 2017 (voir en ligne)