Héauville

De Wikimanche

Héauville est une commune du département de la Manche.

Commune d'Héauville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 34' 48.60" N, 1° 47' 53.14" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Les Pieux
Ancien canton Les Pieux
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Héauvillais(es)
Population 474 hab. (2016)
Superficie 10,83 km²
Densité 44 hab./km2
Altitude 4 m (mini) - 142 m (maxi)
Code postal 50340
N° INSEE 50238
Maire Alain Guérin
Communes limitrophes d'Héauville
Vasteville Vasteville Vasteville
Mer de la Manche Héauville Teurthéville-Hague
Siouville-Hague Helleville Helleville

Clocher de l'église Saint-Germain.
Clocher de l'église Saint-Germain.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Les premières attestations montrent que le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique (francique) Helto [64] (forme mutée et évoluée de Hildo), d'où le sens global de « domaine rural de Helto ». François de Beaurepaire [13] mentionne la variante Heltus, qui n'en est que la forme latinisée; cette explication est reprise mot pour mot par René Lepelley [65]. Marie-Thérèse Morlet [66] a préféré la forme évoluée Hello < Heldo, variante de Helto, mais semble ignorer l'attestation de 1081 Heltvilla, qui va plutôt dans le sens de Helto. Quant à Ernest Nègre [67], il s'en tient à la forme originelle Hildo dont procèdent toutes les précédentes.

Le nom de personne germanique masculin Hildo est l'hypocoristique des anthroponymes dont le premier élément est hild- « combat ». Ce dernier repose sur le germanique commun °hildjō (cf. ancien anglais hild, ancien haut-allemand hilta, hiltia « combat », apparenté à l’ancien scandinave hildr « guerre » ; cf. ancien islandais Hildr, nom de la déesse de la guerre) < indo-européen °keld-yā, dérivé nominal en -yā- de °kelǝd-, élargissement de la racine indo-européenne °(s)kel(ǝ)- « couper, frapper »; cf. latin -cellere « frapper », grec κλάω / kláō « je brise », etc.

On notera l'emploi, aux 16e et 17e siècles, des formes Hiauville (1550, 1554), Hyauville (1550, 1551, 1634), qui représentent le traitement populaire [jo] de l'ancienne triphtongue [eau], réduite à [o] en français standard où l'ancienne graphie a néanmoins été conservée. Cette forme populaire est encore vivante dans de nombreux dialectes d'oïl (cf. yau = eau, siau = seau, viau = veau, etc.).
L'appellation alternative Heauville a la Hague apparaît une seule fois dans notre documentation, sur la carte de Cassini (18e s.). Elle fait évidemment référence à la presqu'île de la Hague, à l'entrée de laquelle la commune se trouve. Ce déterminant, inutile en l'absence d'homonymie, il ne fut pas adopté.
À partir du 19e siècle, on voit apparaître sur le e de Heauville, normalement prononcé [o'vil], un accent aigu adventice qui est aujourd'hui toujours noté et prononcé. Ce phénomène phonétique reposant initialement sur une notation aberrante se retrouve par exemple dans le Calvados dans la graphie et la prononciation du nom de la commune de Léaupartie, littéralement l'eau partie « l'eau partagée », évoquant la division à cet endroit des eaux de la Dives en deux bras.

Géographie

Héauville est située à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Cherbourg-Octeville, sur la route qui mène aux Pieux.

Histoire

L'église de l'ancien Prieuré d'Héauville.

Héauville fut le siège d'un important prieuré fondé en 1017 par Richard III [68]. Dans « Notes historiques sur le prieuré conventuel d’Héauville à La Hague » de Louis Couppey, s’il est bien dit que Richard III de Normandie amena une communauté monastique distraite de l’Abbaye de Marmoutier, dépendant de St-Martin de Tours, il est précisé, p.26, que ces religieux, richement dotés par le Bâtard lui-même et ses successeurs, s’est d’abord installée à Helleville, et que ce n’est qu’à la fin de la première moitié du XIIème siècle que fut créée la paroisse d’Héauville. Ce serait donc vers 1253 que commença la construction du Prieuré.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [69], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[72]. En 2016, la commune comptait 474 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [73] et INSEE [74])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
581 561 579 620 617 612 566 523 529 515
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
505 502 501 513 500 467 421 449 378 338
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
345 331 323 326 328 289 300 282 289 291
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
349 355 373 374 360 408 455 502 500 498
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
494 490 486 479 474
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[75] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1795 Jean du Buisson
.......-....... .......
1798-1798 Jean-Baptiste Belloste
.......-....... Jacques Le Barbanchon 1798
.......-....... Pierre Messent 1800
1800-1808 Jean-Baptiste Belloste
1808-1809 Charles Hairon
1809-1819 François Hairon
1819-1829 Jacques Lecarpentier
1829-1842 Jean-Louis Messent
1842-1846 Louis Belloste
1846-1852 Pierre Yvetot
1852-1855 Jacques Lecarpentier
1855-1862 Jean-Louis Messent décédé en exercice le 13 janvier 1862
1862-1868 Jean-Pierre Messent
1868-1870 Charles Lebarbanchon
1870-1885 Jean-Pierre Messent décédé en exercice le 11 février 1885
1885-1908 Charles Gibon
1908-1912 Auguste Messent
1912-1940 Henri Gibon
1940-1945 Jean-Baptiste Tesson
1945-1957 Auguste Lemenand
1957-1977 René Messent
1977-1989 Jean-Baptiste Tesson
1989-2008 André Vaultier agriculteur
2008-actuel Alain Guérin agriculteur
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2015).

La mairie (2015).

Adresse : 2 Place de la Mairie
50340 Héauville

Tél. 02 33 04 58 92
Fax : 02 33 03 59 15
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (28 juillet 2012)

Mardi 9 h - 12 h -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi 9 h - 12 h -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Germain.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Marmoutiers (Indre-et-Loire), par l'intermédiaire du prieuré de Héauville qui dépendait de cette abbaye [14], [25].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

Sports

  • Football : ES Héauville-Siouville

Bibliographie

  • Abbé Louis Couppey, Notes historiques sur le prieuré conventuel de Héauville à la Hague, Évreux, 1898.
  • Abbé Louis Couppey, Encore Héauville, supplément aux Notes historiques sur le prieuré conventuel de Héauville à la Hague, Évreux, 1901.

Notes et références

  1. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de lieux de la Manche attestés entre 911 et 1066 », in Annales de Normandie I (1951), p. 26.
  2. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 336, § 151.
  3. Ibid.
  4. Ibid., p. 353, § 163.
  5. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, 1867, p.j. n° 42.
  6. Abbé Louis Couppey, Notes historiques sur le prieuré conventuel de Héauville à la Hague, Évreux, 1898.
  7. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 429, § Suppl. I.
  8. Ibid., p. 430, § Suppl. II.
  9. Ibid., t. I, 1916, p. 37, § XXIX.
  10. Théodose Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis (1248-1269), Auguste Le Brument, Rouen, 1852, p. 89.
  11. Ibid., p. 250.
  12. Ibid., p. 555.
  13. 13,0 et 13,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 135.
  14. 14,0 14,1 et 14,2 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 321F.
  15. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 378D.
  16. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 222a, § 1261/39.
  17. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 111.
  18. Ibid., p. 110.
  19. Ibid., p. 159.
  20. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 101.
  21. Ibid., p. 464.
  22. Ibid., p. 473.
  23. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  24. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  25. 25,0 25,1 et 25,2 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 16, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  26. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  27. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  28. Nicolas Sanson, Carte de la Manche faite par ordre du Roy pour le service des armees de mer. Reveue et corrigee par le Sr. Sanson a Paris chez Hubert Jaillot, Paris, 1692.
  29. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  30. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  31. Carte de la Manche, 18e s. [BNF, collection d'Anville, cote 00761 B].
  32. 32,0 et 32,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 58a.
  33. 33,0 et 33,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  34. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  35. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  36. 36,0 et 36,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 57b.
  37. G. Albrizzi, Carta geografica del governo della Normandia, Venise, 1740/1754.
  38. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 11.
  39. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  40. 40,0 et 40,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 741a.
  41. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  42. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  43. Carte de Cassini.
  44. Site Cassini.
  45. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  46. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 14a.
  47. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 676b.
  48. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  49. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 475.
  50. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Cherbourg, p. 130.
  51. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 605b.
  52. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 843a.
  53. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  54. Annuaire de la Manche (1861), Statistique de l'arrondissement de Cherbourg, p. 149.
  55. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  56. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 308.
  57. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  58. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  59. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  60. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  61. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  62. 62,0 et 62,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  63. Carte IGN au 1 : 25 000.
  64. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 132a.
  65. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 145a.
  66. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 361a.
  67. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 939, § 16797.
  68. Claude Pithois, La Hague, terre ignorée..., Librairie G. Gautier, 1961, p. 65.
  69. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  70. Ce chiffre peu élevé est surprenant et peut-être erroné.
  71. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  72. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  73. Population avant le recensement de 1962.
  74. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  75. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.