Helleville

De Wikimanche

Helleville est une commune du département de la Manche.

Helleville.png Blason de la commune d'Helleville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 33' 17.10" N, 1° 47' 13.88" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Les Pieux
Ancien canton Les Pieux
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Hellevillais(es)
Population 513 hab. (2016)
Superficie 5,88 km²
Densité 87 hab./km2
Altitude 60 m (mini) - 138 m (maxi)
Code postal 50340
N° INSEE 50240
Maire Jean-François Lamotte
Communes limitrophes d'Helleville
Héauville Héauville Teurthéville-Hague
Siouville-Hague Helleville Teurthéville-Hague, Sotteville
Tréauville Tréauville, Benoîtville Sotteville

Map commune FR insee code 50240.png


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est un anthroponyme d'origine germanique (francique ou scandinave), qui ne fait pas l'unanimité parmi les toponymistes.

Le problème vient principalement du fait qu'un certain nombre de formes anciennes suspectes ont été longtemps identifiées à Helleville, alors qu'elles sont incompatibles avec ce toponyme d'un point de vue phonétique. La plupart des spécialistes ont généralement raisonné d'après ces formes, et ont donc abouti à des conclusions divergentes.

  • Quelques unes de ces attestations suspectes sont mentionnées par Dauzat [42] qui, à son habitude, ne cite pas leur source : Herardi villa ~1000, Hetrevilla ~1020, Herrevilla ~1100. Sans expliquer pourquoi ces formes devraient aboutir à Helleville, et en se basant sur la première d'entre elles, l'auteur propose un nom de personne germanique (francique) Herhard + villa. Cette identification ainsi sanctionnée par Albert Dauzat est reprise par Adigard des Gautries [43], puis Marie Fauroux dans son Recueil des actes des ducs de Normandie, où les formes Herardi villa et Hetredvilla sont encore une fois rattachées à Helleville [44]. Même chose chez Marie-Thérèse Morlet, qui reprend ces mêmes « formes anciennes », et rejoint son maître Albert Dauzat quant à l'analyse [45].
Le nom de personne germanique Herhard est une forme évoluée de Harihard, combinaison des éléments hari- « armée » et -hard « dur, fort ».
  • François de Beaurepaire est le premier, à notre connaissance, à mettre en évidence les difficultés phonétiques inhérentes à cette identification, ainsi que le fait que rien dans les textes ne la confirme [2]. Il s'agit en fait, dès le 19e siècle, d'une simple hypothèse selon laquelle Herardi villa et les formes suivantes pourraient faire référence à Helleville, en vertu d'une vague ressemblance. Cet auteur propose par contre d'identifier à Helleville la forme Helgevilla de 1156/1173, considérée par divers chercheurs antérieurs comme une attestation ancienne de Herqueville, un rapprochement que la phonétique historique dément. Ceci lui permet de proposer comme premier élément du toponyme le nom de personne scandinave Helgi, ici prononcé [helji], et que l'on pense retrouver dans le nom de la Hellebronne dans le Pas-de-Calais (Helicbruna 867), « ruisseau de Helgi », ainsi que les toponymes anglais Helethorpe (Helgetorp 1212) « village de Helgi », Helletoft (Hoelghoetoft 1231) « domaine rural de Helgi », Hellaby (Helgebi 1086) « ferme de Helgi », etc. L'auteur mentionne, à l'appui de cette hypothèse, le nom de °Helgenes, ancien pays du Cotentin correspondant à l'ancien doyenné des Pieux, et qui paraît dérivé de la forme ancienne du nom de Helleville « domaine rural de Helgi ». Cette explication est reprise telle quelle par René Lepelley [46].
Dans le cadre de cette hypothèse qui paraît plus vraisemblable, l'ancien anthroponyme scandinave Helgi est bien connu et attesté, soit en tant que nom individuel, soit en tant que surnom, par l'ancien danois Helghi, l'ancien suédois Hælghe et l'ancien norois de l'ouest Helgi. Les attestations runiques sont également très nombreuses, telles que ᚺᚨᛚᚷᛁ halgi, ᚺᚨᛚᚲᛁ halki, ᚺᛖᛚᚷᛁ helgi, ᚺᛖᛚᚲᛁ helki, etc. Ce nom semble abondant dans la toponymie anglaise (voir ci-dessus), et bien attesté dans l'anthroponymie médiévale normande (Helgo, Helige, etc.). Il est formé sur l'adjectif heilagr « saint », et primitivement « dédié aux dieux » [47].
  • Le seul auteur contemporain à se démarquer de cette dernière analyse est Ernest Nègre [48], qui reprend la série des attestations en Herardi villa, Hetrevilla, Hetredvilla, etc. Il propose le nom de personne germanique Etrad (sous la forme latinisée Etradus) + villa en rendant compte de la forme actuelle Helleville par une évolution hypothétique Etra- > Erre- > Erle- > Elle-. La rareté du nom Etrad et le statut hypothétique de l'évolution phonétique semblent affaiblir cette dernière explication.
Le nom de personne germanique (francique) Etrad est une forme mutée et évoluée d’Aitrad, combinaison des éléments aid- « bûcher, feu » et -rad « conseil », ou peut-être simplement une forme mutée d’Edrad, constitué de ed- « serment » + -rad.

Histoire

Helleville se trouvait sur la voie romaine reliant Portbail à la Hague [49].

En 1780, des ouvriers travaillant au manoir d'Étouppeville, trouvent des monnaies en or et des médailles en or et en argent, toutes romaines, qu'ils se partagent en secret [49].

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [50], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[52]. En 2016, la commune comptait 513 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [53] et INSEE [54])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
380 438 436 521 467 441 435 420 415 375
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
341 336 328 328 342 303 285 310 278 268
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
239 243 260 268 257 280 281 243 254 219
1982 1990 1999 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
211 289 324 402 418 429 432 435 438 458
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
475 489 502 516 513
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1791-....... Nicolas Desprez 1794
1792-1796 Marin Lecarpentier
1795-1798 Jean Lechevalier
1798-1798 Nicolas Desprez
1797-1798 Jean Lechevalier
1798-1800 Nicolas Desprez
1800-1802 Jean Lechevalier
1802-1808 François Leparmentier
1808-1815 Jean-Baptiste Lefillastre
1815-1815 Jean-Baptiste Desprez
1815-1860 Jacques Toulorge décédé en exercice le 30 mai 1860
1860-1866 Jean-Charles Toulorge
1867-1872 Jacques Mabire décédé en exercice le 18 août 1872
1872-1876 Louis Belhoste
1876-1878 Jean-Baptiste Belhoste
1878-1881 Jacques Hamel dit Dumilly
1881-1888 Jean-Baptiste Belhoste décédé en exercice le 24 septembre 1888
1888-1889 Louis Boulard décédé en exercice le 17 juin 1889
1889-1912 Edmond Toulorge
1912-1920 Maximilien Olivier
1920-1929 Aristide Crosville
1929-1942 Louis Toulorge
1942-1945 Aristide Crosville
1945-1947 Louis Niocollet
1947-1971 Marin Toulorge
1971-2008 Pierre Hainneville agriculteur retraité maire honoraire
2008-actuel Jean-François Lamotte médecin
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2015).

La mairie (2015).

Adresse : 15 rue de l'Église
50340 Helleville

Tél./Fax : 02 33 04 18 47
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (28 juillet 2012)

Mardi - 14 h - 18 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi 9 h 15 - 12 h -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Marmoutiers (Indre-et-Loire) [3].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

La maison natale de Le Carpentier (vers 1910).

Personnalités liées à la commune

Naissances

Transports

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 515, § CCCLXXXIII.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 136.
  3. 3,0 et 3,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 316B.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 376B.
  5. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 36, § CL.
  6. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 484.
  7. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  8. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 15, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  9. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  10. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  11. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  12. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  13. 13,0 et 13,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 58a.
  14. 14,0 et 14,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  15. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  16. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  17. 17,0 et 17,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 57b.
  18. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  19. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 11.
  20. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  21. 21,0 et 21,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 743a.
  22. Carte de Cassini.
  23. Site Cassini.
  24. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  25. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 16a.
  26. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 681a.
  27. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  28. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 476.
  29. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Cherbourg, p. 130.
  30. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 608b.
  31. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 846b.
  32. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  33. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  34. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 308.
  35. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  36. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  37. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  38. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  39. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  40. 40,0 et 40,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  41. Carte IGN au 1 : 25 000.
  42. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 348a.
  43. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de lieux de la Manche attestés entre 911 et 1066 », in Annales de Normandie I (1951), p. 27.
  44. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 85, § 11 et p. 109, § 23.
  45. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 354b.
  46. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 145b.
  47. Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica, I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 11, s. n. Helgi; Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968, p. 138; Richard Cleasby, and Gudhbrandr Vigfusson, An Icelandic-English Dictionary, 2nd ed., Oxford, Clarendon, 1957, p. 254-255, s. v. Helgi, helga; Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s. n. Hælgi.
  48. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 939, § 16801.
  49. 49,0 et 49,1 Claude Pithois, La Hague, terre ignorée..., Librairie G. Gautier, 1961.
  50. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  51. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  52. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  53. Population avant le recensement de 1962.
  54. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.