Les Biards

De Wikimanche

Église des Biards

Les Biards est une ancienne commune de la Manche, aujourd'hui rattachée à Isigny-le-Buat.

Toponymie

Attestations anciennes

  • Willelmus de Biarz 1082 [1].
  • Willelmus de Biardis s.d. (12e s.) [2].
  • dominus Biarzensis s.d. (12e s.) [2].
  • cil de Biarz 1160/1174 [3].
  • prioratu[s] de Biardis 1256 [4], 1263 [5].
  • prior de Biardis 1369/1370, 1371/1372 [6].
  • Jehan des Biars 1371, grand-couteur et chanoine à Bayeux [7].
  • ecclesia de Biardis 1412 [8].
  • le sire […] des Biars 1420 [9].
  • la parroisse de Biars 1440 [10].
  • le baron des Biards 1440 [11].
  • ecclesia de Byardis ~1480 [12].
  • Les Biars 1620 [13].
  • Les biars 1631 [14].
  • Les Biars 1631 [15], 1635 [16].
  • Biads 1612/1636 [17].
  • les Biards 1648 [18].
  • Lesbiars 1650 [19].
  • le sieur des Bias 17e s. [2].
  • les Biards 1650 [20], 1661 [21].
  • Les Biards 1677 [22].

Étymologie

Toponyme de fixation gallo-romaine tardive ou médiévale précoce, issu soit d’un appellatif d’origine germanique (francique) °bigardi, « enclos, jardin attenant à la maison », par l'intermédiaire de son adaptation gallo-romane °BIGARDIU, attestée au 5e siècle sous la forme bas-latine bigardium [61], soit de l'appellatif roman correspondant biard « petit jardin clos attenant à la maison », bien attesté en Normandie en microtoponymie.

Le francique °bigardi est un composé de l'élément bi « près de » [62] et du mot °gard « enclos, jardin » [63]. Les appellatifs romans biard et bigard qui en procèdent (le dernier d'introduction plus tardive que le premier) sont aussi à l'origine des patronymes BIARD (centré sur la Manche et la Seine-Maritime), BIAS [64] (centré sur le Calvados) et BIGARD (centré sur la Manche). Les appellatifs toponymiques biard et bi(n)gard sont également bien représentés dans le nord (Somme, Pas-de-Calais) et le sud de la France.

On remarquera que les plus anciennes attestations du nom de l'ancienne commune des Biards ne comportent pas d'article. Celui-ci n'apparaît, à notre connaissance, qu'à la fin du 14e siècle. Il s'agit donc de la réfection tardive d'un nom de type Biards, dont on ne peut dire exactement quand il s'est fixé, si ce n'est que cette fixation a eu lieu au cours du premier millénaire. Les noms de communes du Nord de la France (Biache-Saint-Vaast, Pas-de-Calais; Biarre, Somme) et de Belgique (Bijgarden) reposant sur le même étymon n'en comportent pas non plus. Cependant, la fréquence des noms de hameaux de type les Biards dans la Manche montre que le mot a également été employé plus tardivement en tant qu'appellatif roman. C'est sans doute par analogie avec ces noms que l'article a été ajouté ici.

Sentier pédestre des Biards

Géographie

Les Biards, commune membre de l'originale commune-canton d'Isigny-le-Buat, se situe en Normandie, à 30 km du Mont-Saint-Michel et à trois quarts d'heure de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), ou encore à 3 heures et demie de Paris, La commune est située en bordure de la profonde et sauvage vallée de la Sélune, dont l'altitude varie au sol de 38 mètres au fond du lac à 138 mètres au village du Perret.

Histoire

Tout au long de son histoire mouvementée, la ville des Biards a joué un rôle influent dans la région.

Dès la Préhistoire, le territoire des Biards est un lieu de vie important. Des tribus puis des fiefs se succèdent au cours des siècles jusqu'à former une baronnie à partir de l'époque franque. Louis XIV, en récompense de services rendus, élève la ville au rang de marquisat et lui accorde un marché ainsi qu'une haute justice.

Un siècle et demi plus tard, quelques familles originaires des Biards, fuyant la misère qui règne alors dans la région, partent vers les terres lointaines du Canada, pour un avenir d'aventure. Ainsi, plus d'une vingtaine de Biardais émigrent vers la Nouvelle France où ils s'établissent et fondent leur famille, notamment celle de François Aubut. Celui-ci quitte Granville à bord d'un morutier, le Prudent. Le 6 mars 1755, il est en route vers la baie de Gaspé où il débarque deux mois et demi plus tard, le 18 mai 1755. D'autres compatriotes, tels Bossé, Colin, Lejeune, Pelchat, Pigeon, Théberge, Thomassin, Sénéchal, etc., partent à la même époque sur d'autres vaisseaux.

L'église Saint-Martin où les ancêtres biardais des Québecois ont tous été baptisés a été construite vers 1840; elle est répertoriée aux Monuments Historiques. Le clocher est superbe et le fronton est une charmante sculpture naïve du saint le plus populaire de France, saint Martin. On peut admirer un magnifique chemin de croix peint par l'abbé Lecoutey, artiste d'inspiration québécoise.

Elle fusionne avec Isigny-le-Buat le 15 mars 1973 en même temps que Chalandrey, La Mancellière, Le Mesnil-Bœufs, Le Mesnil-Thébault, Montgothier, Montigny, Naftel et Vezins.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [65], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique depuis 1793 (Sources : Cassini [67] et INSEE [68])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 180 1 104 1 163 1 042 1 164 1 073 1 040 1 021 1 057 1 042
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
976 951 911 880 845 801 779 735 702 706
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
695 635 640 699 679 652 581 564 508
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires avant 1973
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-1793 .......
1793-1795 Jean-Baptiste Pierre Martin officier public
1795-1795 Jean Lair de La Gérardière
1795-1798 François Leroux
1798-1799 Louis Beaujard
1799-1800 Jules Viel
1800-1816 Jean Lair de La Gérardière
1816-1832 Jacques M. Pierre Pinel
1832-1838 Henry François Martin décédé en exercice le 12 mars 1838
1838-1848 Louis Charuel
1848-1869 Charles François Davy décédé en exercice le 28 juin 1869
1869-1870 Jacques Lericolais
1870-1900 Louis Charles Davy
1900-1901 Louis Besnier
1901-1926 Louis Charles Davy
1926-1927 Jacques Lemoussu
1927-1932 Jean Abraham
1932-1934 François Martin
1934-1935 Louis Brou
1935-1935 François Martin
1935-1943 Louis Gauchet
1943-1943 Victor Rioult
1943-1944 Louis Coudray
1944-1945 Émile Boulet
1945-1965 Louis Dubreil
1965-1973 Émile Boulet
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Noël Lamotte pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [69]



Liste des maires délégués depuis 1973
Période Identité Parti Qualité Observations
1973-1977 Émile Boulet
1977-1995 Henri Detoc SE
1995-2014 Eugène Lemonnier SE
2014-actuel Anne-Marie Hardé SE
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Noël Lamotte pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [69]



Mairie annexe

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
Image par défaut

Importer une illustration de la mairie (aide)

Adresse :
50540 Isigny-le-Buat

Tél. 02 33 89 20 30
Fax : 02 33 89 20 39

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source :

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi - -




Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Martin.
  • Patron (présentation) : l'abbé de la Couture au Mans vers 1480 [12], [52], le seigneur du lieu selon les pouillés de 1648 [18] (sans doute une erreur).
  • Fête patronale : ?

Lieux et monuments

  • Château de l'Aubinière, construit au 18e
  • Église Saint-Martin (18e s.) clocher tour à deux étages (18e), quatre clochetons et toit en bâtière, inscrit à l'Inventaire des monuments historiques (IMH).
  • Plan d'eau du barrage de Vezins.

Personnalités liées à la commune

  • Jean-Claude Lépine, coureur cycliste.
  • André Lecoutey, prêtre et artiste

Bibliographie

  • Hippolyte Sauvage, « Canton d'Isigny-les-Bois : Les Biards », Revue historique, archéologique et monumentale de l'arrondissement de Mortain, tome 2, impr. d'Élie fils, Saint-Lô, 1882, p. 60-64. (lire en ligne)
  • Daniel Levalet, « Le site de la Ville aux Biards (Manche) », Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès de Saint-Hilaire, 2013, p.79-90

Notes et références

  1. Gallia christiana, t. XI, Imprimerie Royale, Paris, 1759, Instr., p. 107D.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 80.
  3. Wace, Roman de Rou, édition de Frédéric Pluquet, Édouard Frère éd., Rouen, 1827, t. II, p. 242, l. 13601.
  4. Théodose Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis (1248-1269), Auguste Le Brument, Rouen, 1852, p. 245.
  5. Ibid., p. 458.
  6. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 141B, 146B.
  7. François Neveux, Bayeux et Lisieux, Villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Éditions du Lys, Caen, 1996, p. 280.
  8. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 158D.
  9. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 98-99, § VI.
  10. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 126, § CCXII.
  11. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 213a.
  12. 12,0 et 12,1 Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 174B.
  13. Damien de Templeux, Description du pais de Normandie, Jean le Clerc éd., 1620 [Archives départementales du Calvados, cote CPL 147].
  14. Nicolas Tassin, « Carte de Normandie », Plans et profilz de Normandie, 1631 [Bibliothèque universitaire de Caen].
  15. Nicolas Tassin, « Gowernement de Granuille & du mont St Michel », Plans et profilz des principales villes de la province de Normandie, avec la carte générale et les particulières de chascun gouvernement d’icelles, 1631 [Médiathèque de Lisieux].
  16. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  17. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  18. 18,0 et 18,1 « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 8, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  19. Claude Hardy, Duche de Bretaigne / Dessigné par le Sieur Hardy mareschal des logis du Roy, J. Janssonius, Amsterdam / Melchior Tavernier, Paris, 1650.
  20. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  21. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  22. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  23. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  24. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  25. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  26. Alexis-Hubert Jaillot (1632?-1712), La Bretagne divisée en ses neuf Eveschés […], aux Deux globes, Paris, 1706 [BNF, collection d'Anville, cote 00728 B].
  27. 27,0 et 27,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, vol. II, Saugrain, Paris, 1709, p. 64b.
  28. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BNF, collection d'Anville, cote 00729 B].
  29. 29,0 et 29,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  30. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  31. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  32. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  33. 33,0 et 33,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 65b.
  34. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  35. 35,0 et 35,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. I, 1763, p. 631b.
  36. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  37. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  38. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  39. Carte de Cassini.
  40. Site Cassini.
  41. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  42. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. I, p. 120b.
  43. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 331b.
  44. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  45. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 395.
  46. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Mortain, p. 147.
  47. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 150a.
  48. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 327a.
  49. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 34b.
  50. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  51. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  52. 52,0 et 52,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 368.
  53. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52b.
  54. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  55. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  56. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  57. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  58. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  59. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  60. Carte IGN au 1 : 25 000.
  61. Ce mot nous est connu par le glossaire d'Endlicher, également appelé glossaire de Vienne, où ont été glosés vers le 5e siècle dix-sept mots ou noms réputés d'origine gauloise. Le mot bigardium y est employé pour expliquer caio (terme gaulois à l'origine des mots quai et chais), glosé breialo sive bigardio, « breuil (enclos, bois clos, réserve de chasse) ou bigardium (enclos, jardin) ». Voir à ce sujet Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, Paris, 1997, p. 203-204, où le glossaire est reproduit et commenté.
  62. Du germanique commun °bi « près de » (cf. anglais by, allemand bei, etc.) < indo-européen °bʰi, forme réduite de °m̥bʰi, variante de °ambʰi « autour »; cf. latin ambi-, grec αμφι-, αμφί (amphi-, amphí « autour, près de; des deux côtés »).
  63. Du germanique commun °gardaz « enclos, jardin » < indo-européen °gʰor-dʰo-s, forme suffixée de la racine °gʰer- « saisir, enclore », au degré en o; cf. la forme latine apparentée hortus « jardin », d'où horticulture, hortillonnage, etc. Le mot francique °gard a abouti à l'ancien français jart (forme normano-picarde gart), d'où le diminutif jardin. Sa forme normano-picarde gardin, toujours employée dans la Manche aux sens de « jardin potager » et de « champ de pommiers planté d'ajoncs », est à l'origine de l'anglais garden « jardin ».
  64. Forme amuïe de BIARD, caractéristique des dialectes de l'Ouest.
  65. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  66. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  67. Population avant le recensement de 1962
  68. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  69. 69,0 et 69,1 « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 353

Liens externes