La Croix-Avranchin

De Wikimanche

La Croix-Avranchin est une ancienne commune du département de la Manche.

Commune déléguée de
(commune de Saint-James)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 32' 42.35" N, 1° 22' 52.20" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Saint-Hilaire-du-Harcouët
Ancien canton Saint-James
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Chouan(ne)s
Population 449 hab. (2016)
Superficie 10,79 km²
Densité 42 hab./km2
Altitude 33 m (mini) - 92 m (maxi)
Code postal 50240
N° INSEE 50154
Maire délégué Samuel Leroy
Communes limitrophes de
Sacey Vergoncey Saint-Senier-de-Beuvron
Villiers-le-Pré La Croix-Avranchin Saint-James
Villiers-le-Pré Villiers-le-Pré Saint-James

L'église Sainte-Trinité.
L'église Sainte-Trinité.


Toponymie

Attestations anciennes

  • [acc.] vicum Crucis qui situs est inter Bivronem et Montem Sancti Michaelis 1037/1046 [1].
  • [acc.] ecclesiam Crucis 1060/1066 [2].
  • in honore Crucis 1172 [3].
  • villa de Cruce 1179 [4].
  • rector de Cruce 1369/1370 [5].
  • ecclesia de Cruce 1412 [6].
  • la Croix 1425 [7], 1432 [8], 1439 [9], ~1480 [10].
  • ecclesia de Cruce in Abrincinio ~1480 [11].
  • ecclesia de Cruce ~1480 [12].
  • La Croix 1635 [13], 1612/1636 [14].
  • La croix enoranchin [sic; lire en avranchin] 1650 [15].
  • La Croix 1677 [16].
  • Bourg de la Croix 1695 [17].
  • la Croix ~1700 [18].
  • La Croix 1713 [19].
  • la Croix en Avranchin 1716 [20].
  • Bourg de la Croix 1719 [21].
  • la Croix 1720 [22].
  • Bout de la Croix [sic] 1758 [23], 1768 [24].
  • la Croix 1771 [25], 1777 [26], 1753/1785 [27].
  • La Croix Avranchin 1793 [28].
  • La Croix-Avranchin 1801 [29].
  • la Croix-en-Avranchin 1804 [30].
  • la Croix-Avranchin 1828 [31].
  • La Croix-Av. 1829 [32].
  • la Croix 1830 [33], 1837 [34].
  • la Croix-Avranchin 1835/1845 [35], 1854 [36].
  • La Croix-Avranchin 1878 [37].
  • la Croix Avranchin 1889 [38].
  • la Croix-Avranchin 1903 [39] 1926 [40], 1962 [41].
  • La-Croix-en-Avranchin 1972 [42].
  • la Croix Avranchin 1978, 1993 [43].
  • la Croix-Avranchin 2007 [44].

Étymologie

Toponyme médiéval, dont la forme initiale est simplement La Croix, attestée pour la première fois sous la forme latinisée vicus Crucis, « le village (ou bourg) de la Croix », dans la première moitié du 11e siècle. Le déterminant -Avranchin, évoquant le pays d'Avranchin où est située l'agglomération, ne se manifeste pas avant la fin du 15e siècle, d'abord sous la forme latinisée Crux in Abrincinio, puis romane La Croix-en-Avranchin. La variante actuelle La Croix-Avranchin (sans préposition) apparaît à l'époque de la Révolution, et s'impose au cours du 19e siècle. On notera également que la forme courte La Croix est encore couramment utilisée au 18e siècle, plus sporadiquement au siècle suivant.

En toponymie, l’appellatif croix peut indiquer la présence d’un ancien calvaire, qui a souvent eu une fonction autre que purement religieuse : en effet, la croix fut fréquemment utilisée pour matérialiser une limite (paroisse, seigneurie, domaine, concession de bourgage, juridiction, etc.). En outre, son implantation aux intersections (fourches et carrefours) et sur les places publiques est assez systématique; elle est en ceci l’héritière d’une ancienne pratique apotropaïque déjà en vigueur à l’époque celtique, consistant à mettre les voies de communication et particulièrement leurs intersections sous la protection de divinités. Ainsi, de manière symbolique, le carrefour (ou croix des routes) et le crucifix se superposent, d'où le fréquent type microtoponymique carrefour de la Croix. En outre, le mot croix a également pu avoir en toponymie le sens de « croisée (des chemins), carrefour », de telle sorte qu'il existe une ambiguïté inhérente à son emploi, les sens de « calvaire, crucifix » et de « carrefour » étant souvent indifférenciables.

De fait, La Croix-Avranchin est située à la croisée de deux chemins antiques, correspondant aujourd'hui à l'intersection de la D 40 (axe est-ouest, qui devint au Moyen Âge un chemin Montois, fréquenté par les pèlerins se rendant au Mont-Saint-Michel) et de la D30 (axe nord-sud, reliant Avranches, cité des Abrincates, à Rennes, cité des Redones). On ne peut non plus écarter la possible relation de ce nom avec la notion de limite : en effet, La Croix-Avranchin se situe un peu en retrait par rapport à l'importante frontière séparant les Abrincates des Redones, rappelée au sud par le nom d'Argouges, « les postes de guet », et qui a pu être matérialisée à l'ouest par le cours du Couesnon. Cette limite devint au Moyen Âge celle de l'Avranchin.

On notera que René Lepelley explique le nom de cette commune par une « paroisse dédiée à la Sainte-Croix » [45], ce qui est évidemment une erreur : l'église paroissiale a pour vocable la Sainte-Trinité (voir ci-dessous).

Géographie

Histoire

Selon la légende, La Croix-Avranchin a été le premier village évangélisé de toute la Normandie [46].

La commune a été le théâtre au 11e siècle d'une bataille entre Normands et Bretons, puis de combats de la chouannerie de 1795 à 1800 [46].

Ancien doyenné rural avant 1789 [46].

Le 1er janvier 2017, La Croix-Avranchin fusionne avec Saint-James, Argouges, Carnet, Montanel,Saint-James, Vergoncey et Villiers-le-Pré au sein de Saint-James.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[47]. En 2016, la commune comptait 449 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [48] et INSEE [49])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
951 981 1 070 1 064 1 049 1 020 1 001 1 071 1 055 1 052
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
970 920 878 845 781 781 728 713 701 672
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
649 612 602 585 590 595 587 549 550 481
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
437 448 431 504 504 511 491 477 462 454
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
454 453 452 449
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... René Jlien Gautier ...1792...
.......-....... Guillaume Lepetit ...1793...
1793-1802 Pierre Rabel
1802-1815 François Piquerel décédé en exercice le 2 juillet 1815
1816-1828 Jean François Davy décédé en exercice le 20 novembre 1828
1828-1830 Paul Collin
1830-1848 Georges Hubert
1848-1855 Paul Collin
1855-1859 François Douettée
1859-1865 François Barnabé Roger
1865-1885 Pierre Paul Desgranges
1885-1891 Pierre Bernier
1891-1930 Louis Gautier
1930-1942 Pierre Gautier
1942-1947 René Fardin
1947-1950 Jean Etienvre
1950-1965 Pierre Alençon
1965-1969 Henri Bellis
1969-1977 Pierre Ameline
1977-1984 Hubert Forget
1984-1995 Victor Bellis
1995-2014 Serge Ameline SE agriculteur retraité
2014-actuel Samuel Leroy SE agriculteur
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Jean-Claude Bagot pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [51]
.


Mairie annexe

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : 10, rue de Saint-Jacques de Compostelle
50240 La Croix-Avranchin

Tél./Fax : 02 33 48 33 17
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (18 septembre 2012)

Mardi 9 h - 12 h -
Mercredi - -
Jeudi 9 h - 12 h -
Vendredi - -
Samedi 9 h - 12 h -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Sainte-Trinité.
  • Patron (présentation) : les doyens et le chapitre d'Avranches.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Monument aux morts.
  • Église Sainte-Trinité : d'origine romane, remaniée gothique (17e/18e) : retable de bois doré baroque (1705).
  • Carrefour millénaire Vicus Crucis, le bourg de La Croix se situe sur deux voies gauloises reprises par les voies romaines dont l'une deviendra le « Chemin montois ». Des centaines de milliers de pèlerins les ont sillonnées passant par Saint-James. Deux maladreries y ont laissé leurs noms.
  • Mémorial (musée lapidaire à ciel ouvert), autour de l'église du 14e.
  • Les trois fontaines d'origine gallo-romaine ont été placées sous le patronage de trois saints guérisseurs :
    • Saint Clair de Vergoncey (pour les yeux).
    • Saint Armel de Villiers (délivre des peurs).
    • Saint Émérence de Boucéel (pour les maux de ventre).
  • Champ de bataille au lieu-dit Les Tombettes, sur la route La Croix-Pontorson des centaines de morts qui jonchèrent le sol un soir de 1029 sont enterrés là.
  • Le trésor (pour celui qui le trouvera) : entre 1562 et 1563, Montgomery guerroie contre les troupes du roi. Dans la crainte du désastre, des hommes enlèvent une nuit la cloche et la cachent dans la terre avec les vases et ornements sacrés. Une légende signale « la Croix Avranchin, sous laquelle est bien un grand pot plein d'argent ».
  • Les tulipiers de Washington : le marquis de la Rouerie participa aux côtés des Américains à la conquête de leur indépendance. Pour le remercier, Georges Washington, premier président fédéral, leur remit des plants de tulipiers géants encore visibles aujourd'hui.
  • Le petit train Avranches-Saint-James a disparu en 1939. Ce convoi longeait le Bois-Rouland, Boucéel et le Gué ; on voit encore les emplacements de la voie ferrée à certains endroits.
  • Les calvaires : une trentaine disséminée, ex-voto, marques de routes, de domaines, souvenirs d'événements locaux, signes de foi, ils furent des repères pour les aviateurs alliés.
Source 
Bernard Labbé, Guide pour la visite du mémorial de La Croix, 1994
  • Croix Renaissance et plusieurs croix anciennes : la Croix-Blanche, la Croix-David, la Croix-des-Sept-Verges.
  • Source du Loison.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Sports

  • Football : Espérance vaillante La Croix-Avranchin
  • Gymnastique : Arc-en-ciel

Bibliographie

  • Daniel Levalet, « Hypothèses sur le peuplement antique de La Croix-Avranchin (Manche) », Revue de l'Avranchin, t. 81, 2004, p. 363-392

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 270, § 110.
  2. Pancarte de la cathédrale d'Avranches, citée in Marie Fauroux, op. cit., p. 26, n. 29.
  3. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, 2 vol., A. Le Brument, Rouen; t. II, 1873, p. 399, § XXXIII.
  4. Ibid., p. 315, § XLIII.
  5. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 142C.
  6. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 154A.
  7. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 196, § LVI.
  8. Ibid., p. 316, § CXXV.
  9. Ibid., t. II, p. 114, § CCV.
  10. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 166D.
  11. Ibid., p. 165C.
  12. Ibid., p. 169D.
  13. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  14. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  15. Claude Hardy, Duche de Bretaigne / Dessigné par le Sieur Hardy mareschal des logis du Roy, J. Janssonius, Amsterdam / Melchior Tavernier, Paris, 1650.
  16. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  17. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  18. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  19. Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  20. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  21. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  22. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BnF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  23. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  24. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  25. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  26. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  27. Carte de Cassini.
  28. Site Cassini.
  29. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  30. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 110a.
  31. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 434.
  32. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 125.
  33. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 376a.
  34. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 576a.
  35. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  36. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  37. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 291.
  38. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  39. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  40. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  41. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  42. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  43. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  44. Carte IGN au 1 : 25 000.
  45. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 106a.
  46. 46,0 46,1 et 46,2 Michel de la Torre, 50. Manche - L'art et la nature de ses 599 communes, éd. Nathan, 1985.
  47. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  48. Population avant le recensement de 1962.
  49. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 281