Liste des bateaux construits à Cherbourg

De Wikimanche

Liste des bateaux construits à Cherbourg

Cherbourg-en-Cotentin est un grand port constructeur de bateaux, depuis très longtemps. Déjà sous le règne de Philippe le Bel, qui va de 1285 à 1314, Cherbourg contribue « pour neuf nefs » à la création de la première marine d'État française [1].

L'arsenal construit des bateaux de surface dès la fin du XVIIIe siècle, notamment des frégates. Il se spécialise, en 1899, dans la construction des sous-marins, domaine dans lequel il s'est acquis une réputation internationale.

Les Constructions mécaniques de Normandie (CMN), appelés communément Chantiers Amiot, construisent également des navires de guerre et des bateaux de plaisance.

Plusieurs autres chantiers navals construisent des bateaux de pêche et de plaisance.

Lancement du "Friedland" (1840).

Chantier naval militaire

Arsenal

Bateaux de surface

(à compléter)

  • 1793
    • L'Ami du Commerce, cotre de 6 canons, lancé en février
    • L'Argus, chasse-marée, lancé en mai
    • L'Aiguille, cutter, lancé en juillet
  • 1795 :
  • 1798 : La Furieuse, frégate de 44 canons, lancée le 22 septembre [2]
  • 1799 : La Guerrière, frégate de 44 canons, lancée le 15 septembre [2]

...

...

...

  • 1948 : quatre remorqueurs de 35 m destinés à la navigation sur le Rhin
  • 1963 : Aber-Wrach, pétrolier ravitailleur d'escadre, lancé le 21 novembre [10]

Sous-marins

voir l'article détaillé Liste des sous-marins construits à Cherbourg (à partir de 1899)

Chantiers navals civils

  • 1764 : Maréchal-de-Bellefond, 240 tonneaux, construit « près des maisons de l'Ancien-Quai, au-delà de la prison neuve » [11]
  • 1766 : Télémaque et Aimée-Olive « mis à l'eau vers le bas de la rue du Château » [11]

Chantiers Lecerf

Constructions mécaniques de Normandie (CMN)

voir l'article détaillé Liste des bateaux construits par les CMN

Chantiers navals Bellot

Ouvert en avril 1949, dirigé par Jean Bellot.

voir l'article détaillé Liste des bateaux construits par les chantiers Bellot

Chantiers Barbanchon & Doucet

...

Chantiers Doucet

Ateliers J. Hamel (1898-1963)

(à compléter)

Chantiers Allais

  • 25 août 2020 : MC Nautical Junior 3, transport de passagers de 19,10 m, destiné au port d'Abidjan (Côte d'Ivoire)

Bibliographie

  • Roger Lepelley, La Manche, frégate française 1803-1810, 1989

Notes et références

  1. Camille Th. Quoniam, « Les origines du port de Cherbourg », Cherbourg et le Cotentin, impr. Émile Le Maout, Cherbourg, 1905, p. 352.
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 2,11 2,12 2,13 2,14 2,15 2,16 2,17 et 2,18 Vérusmor, « Vaisseaux construits à Cherbourg », Annuaire du département de la Manche, Impr. Élie fils, Saint-Lô, 1842, p. 270-272 (lire en ligne).
  3. Voisin La Hougue, Histoire de la ville de Cherbourg continuée de 1728 à 1835 par Vérusmor, Impr. Boulanger, Cherbourg, 1835, p. 519.
  4. 100 canons, selon Vérusmor, Annuaire de la Manche, 1842, p. 271.
  5. 5,00 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 5,09 5,10 5,11 5,12 5,13 5,14 5,15 5,16 5,17 5,18 5,19 et 5,20 « La flotte de Napoléon III » (I), dossiersmarine.org, site internet (lire en ligne)
  6. Amiral Lepotier, Cherbourg, port de la Libération, éd. France-Empire, 1972.
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 et 7,4 « La flotte de Napoléon III » (II), dossiersmarine.org, site internet (lire en ligne).
  8. 8,0 8,1 8,2 et 8,3 uim-marine.free.fr, site internet (lire en ligne).
  9. L'Ouest-Éclair, 18 mars 1923.
  10. « Nos années 60 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2010, p. 60.
  11. 11,0 et 11,1 Augustin Asselin, Détails historiques sur l'ancien port de Cherbourg, p. 16 cité dans Voisin La Hougue, Histoire de la ville de Cherbourg (continuée de 1728 jusqu'à 1835 par Vérusmor), impr. Boulanger, 1835, p. 177-178.
  12. Wikipédia, consulté le 8 juillet 2017 (lire en ligne).
  13. « La mise à l'eau du chalutier Léone-Monique », Ouest-France, 1er mars 1956.
  14. « Ce matin, lancement du chalutier “La Marotte” », Ouest-France, 23 décembre 1957.

Articles connexes

Liens externes