Aigle (yacht)

De Wikimanche

L'Aigle.

L'Aigle est un navire construit à Cherbourg comme yacht pour l'empereur Napoléon III, transformé en canonnière en 1870 puis en corvette en 1873.

Histoire

Plan des aménagements du yacht impérial.

L'Aigle est mis en cale le 18 décembre 1857, sur la cale n° 3 de l'arsenal de Cherbourg, d'après les plans de Dupuy de Lôme, directeur du matériel au Ministère de la Marine. Cette corvette en bois longue de 90 m, large de 10,50 m et d’un tirant d’eau de 4,40 m, pesant 2 tonnes, possède un moteur Mazeline à deux cylindres de 500 chevaux, pouvant atteindre les 15 nœuds grâce aux roues à aubes de 9 mètres [1].

Il est lancé le 23 décembre 1858 et mis en service le 8 février 1859 [1].

L'Empereur et l'Impératrice à bord de l'Aigle.

Après des essais en rade à partir du 19 juin 1859, il appareille le 12 juin 1860 de Cherbourg vers Toulon, atteint le 27. Napoléon III embarque pour se rendre à Alger, où il débarque le 17 septembre après une escale à Valence. Le 3 mai 1865, l'empereur se rend à nouveau à Alger [1].

Après plusieurs voyages en Méditerranée [1], il amène l'impératrice Eugénie en octobre en Égypte en octobre 1869, pour l'inauguration du canal de Suez. Le 17 novembre à 8 heures du matin, l’Aigle, ayant à son bord l’impératrice, Ferdinand de Lesseps, promoteur du canal, et sa famille, s’engage dans le chenal jusqu'à Ismaïlia, suivi des navires des autres souverains. Le 19 à midi, l’Aigle reprend la tête du convoi jusqu'aux lacs Amers et à Suez le lendemain, où Lesseps envoie un télégramme à Paris : « Suez, 20 novembre, 11 heures 30 du matin. L’Aigle a mouillé dans la mer Rouge ! » [2].

Transformé en canonnière en 1870 [3], il est classé comme corvette sous le nom Le Rapide le 31 mai 1873. C'est lui qui, le 5 juillet 1873, va chercher à Portsmouth (Angleterre) le shah de Perse pour le ramener à Cherbourg, première étape de son voyage officiel en France. Le bateau est mis en réserve puis désarmé entre 1885 et 1888.

Il est rayé le 29 janvier 1891 et vendu le 6 octobre pour 103 210 francs à Cherbourg pour démolition [4], [1].

Lien interne

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 « La flotte de Napoléon III », dossiersmarine.free, site internet (lire en ligne).
  2. « Exposition sur Ferdinand de Lesseps, site internet du ministère des Affaires étrangères (lire en ligne).
  3. « L'Aigle (yacht), date.bnf.fr (lire en ligne).
  4. Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre de Colbert à nos jours, tome 1 (1671-1870).