Fleury

De Wikimanche

Fleury est une commune du département de la Manche.

Commune de Fleury Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 50' 51.89" N, 1° 16' 31.89" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Villedieu-les-Poêles
Ancien canton Villedieu-les-Poêles
Intercommunalité CC Villedieu Intercom
Gentilé Fleurion(ne)s
Population 1 052 hab. (2015)
Superficie 12,6 km²
Densité 83 hab./km2
Altitude 109 m (mini) - 201 m (maxi)
Code postal 50800
N° INSEE 50185
Maire Marc Briens
Communes limitrophes de Fleury
Le Mesnil-Garnier La Bloutière La Bloutière
Champrepus Fleury Villedieu-les-Poêles
La Lande-d'Airou La Lande-d'Airou Villedieu-les-Poêles

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme gallo-romain °FLORACU, formé avec le suffixe gallo-roman -ACU ajouté à un nom de personne. Le premier élément est l'anthroponyme gallo-romain relativement fréquent Florus, d'où le sens global de « (domaine rural) de Florus ». Ce type toponymique se rencontre quatre autres fois en Normandie sous les formes Fleury (Fleury-la-Forêt; Fleury-sur-Andelle dans l'Eure; Fleury-sur-Orne [37] dans le Calvados) et Fleuré dans l'Orne. Il est par ailleurs très bien représenté en France.

On notera parmi les formes anciennes du nom de Fleury la variante Flourie, attestée vers 1280. Elle représente un traitement dialectal de l'Ouest de [o:] latin, qui aboutit à [u], ou dans l'ouest et [ø] ou [œ], eu plus à l'est. Comme on peut le constater, cette variante dialectale fut rapidement francisée.

☞ Il existe une divergence d'opinion parmi les spécialistes quant à la véritable protoforme : °FLORACU, issu de Florus + -ACU, ou °FLORIACU, issu soit de Florus + -IACU, soit de Florius + -ACU. Comme le fait remarquer Ernest Nègre [38], un étymon °FLORIACU aboutirait nécessairement à °Floiry, étant donné l'évolution particulière du yod [j] après [r] dans cette position. Les tenants du type °FLORIACU qui, en principe, ne convient pas, sont les plus nombreux : Auguste Longnon [39], Albert Dauzat [40], Marie-Thérèse-Morlet [41] et François de Beaurepaire [2]. Les partisans de °FLORACU sont Ernest Nègre [38] et à sa suite René Lepelley [42]. Ceci dit, il ne serait pas impossible de concevoir une évolution irrégulière de °FLORIACU, influencée par les mots de la famille de fleur en français, et en particulier par fleuri (ancien français flori).

L'anthroponyme gallo-romain Florus, dont dérive Florius, est un cognomen bien attesté à date ancienne. Ce surnom est formé sur le latin flos, radical flor- « fleur » [43], et a pu évoquer la fraîcheur, la jeunesse ou la vitalité. Le mot flos lui-même est issu de l'indo-européen °bʰlō-s- « fleur », élargissement en -es- du radical °bʰlō-, degré en o de °bʰlē- < °bʰleǝ-, lui-même un élargissement de °bʰel- « fleurir, pousser, prospérer » (cf. anglais to bloom « fleurir », allemand Blume « fleur »), qui se rattache à °bʰel- « souffler; enfler, gonfler » (cf. anglais to blow « souffler; gonfler »).

Géographie

Histoire

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[44]. En 2015, la commune comptait 1 052 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [45] et INSEE [46])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 077 967 1 142 1 172 1 209 1 154 1 161 1 180 1 112 1 054
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 037 937 894 891 867 860 837 790 774 769
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
768 687 698 687 707 699 785 689 658 611
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
639 786 760 847 859 873 879 921 963 1 005
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
1 034 1 060 1 052
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Guillaume Hamel 1792 1794
1795-1796 Louis Godefroy
1796-1799 Guillaume Godefroy
1799-1800 Louis Godefroy
1800-1801 Guillaume Godefroy
1801-1843 Jacques Jourdan )
1843-1855 Michel Godefroy décédé en exercice le 29 avril 1855
1855-1869 Jean-Pierre Hamel décédé en exercice le 11 avril 1869
1869-1889 Pierre Dastin
1890-1902 Jules Hamel-Préfontaine - médecin-major de l'armée officier de la légion d'honneur
1902-1908 Louis Leriche
1908-1915 Victor Jourdan
1915-1920 Arthur Enguehard
1920-1920 Auguste Godefroy 7 juil.-13 oct., décédé en fonction,
conseiller d'arrondissement
1920-1941 Albert Larsonneur médecin élu le 6 déc.
1941-1945 Émile Gallais
1945-1959 Camille Jourdan
1959-1983 Roger Briens
1983-1995 Raymond Dupard agriculteur
1995-2008 Jean-Jacques Bertaux
2008-2014 Patrick Challier avocat
2014-actuel Marc Briens retraité, agriculteur
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : Le Bourg
50800 Fleury

Tél. 02 33 51 13 57
Fax : 02 33 51 87 05

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : ouest-france.fr (22 juillet 2012)

Mardi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
Mercredi - -
Jeudi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
Vendredi 8 h - 12 h 13 h 30 - 16 h 30
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Notre-Dame.
  • Patron (présentation) : le prieuré de La Bloutière, don des seigneurs de Roullours et de Brucourt (Calvados), chacun pour moitié [4].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Éducation

  • École, en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec celle de La Bloutière.

Sports

  • Football : Fleury Sports.

Notes et références

  1. Paul Lecacheux, « Le Cartulaire de Guillaume Le Gros, prieur de la Bloutière », in Mélanges de la Société de l'histoire de Normandie. Documents, 9e série, 1925, p. 105-198.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 119.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 366, § DCCXXXV.
  4. 4,0 et 4,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 352F.
  5. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 370B.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  7. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  8. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  9. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  10. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  11. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  12. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  13. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  14. Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 59b.
  15. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 9-15.
  16. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  17. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  18. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  19. Carte de Cassini.
  20. Site Cassini.
  21. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  22. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 329b.
  23. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 452.
  24. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 128.
  25. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 489b.
  26. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 705b.
  27. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 299.
  30. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 59a.
  31. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  32. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  33. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  34. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  35. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  36. Carte IGN au 1 : 25 000.
  37. Notons cependant que ce nom représente le transfert, en 1917, de celui d'une localité de la Meuse détruite par les Allemands lors de la bataille de Verdun. Ce nom remplace, pour des raisons patriotiques alors évidentes, l'appellation primitive d’Allemagne.
  38. 38,0 et 38,1 Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 452 § 6824.
  39. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929; rééd. Champion, Paris, 1979, p. 79, § 223.
  40. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 291b.
  41. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 89b.
  42. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 123b.
  43. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. II (les noms latins ou transmis par le latin), 1972, p. 52b.
  44. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  45. Population avant le recensement de 1962.
  46. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.