Élections municipales de 1977 dans la Manche

De Wikimanche

Révision datée du 15 juillet 2020 à 16:43 par Teddy (discussion | contributions) (classement)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Élections municipales de 1977 dans la Manche

Le premier tour a lieu le 13 mars 1977 et le second le 20 mars.

Cherbourg, Granville, Octeville et Saint-Lô passent à gauche.

Contexte national

Depuis 1972, communistes et socialistes sont unis sur les bases d’un "programme de gouvernement" et dans la plupart des cas les deux partis se présentent ensemble dès le premier tour. Leur victoire est impressionnante, la gauche unie est majoritaire dans la France urbaine. A Paris, victoire de Jacques Chirac au détriment des partisans de Valéry Giscard d’Estaing, président de la République depuis trois ans. Première percée des écologistes.

Résultats

Cherbourg

La liste d'Union de la gauche emmenée par Louis Darinot (PS) l'emporte au premier tour avec près de 56 % des suffrages. Elle s'impose face à une liste de droite « mal bâtie » [1], autour de Charles Dumoncel, Jean Valognes, Hubert Germain, ancien ministre des PTT, et Wilfried Montels, un radical de gauche passé subitement dans l'autre camp.

Premier tour. - Inscrits : 18 577. Exprimés : 12 814. [2].

Candidat Parti Premier tour Sièges
Voix % #
Louis Darinot Union de la gauche 7 145 55,76 %
31
Charles Dumoncel UDF-CDS 5 569 44,23 %
-

Équeurdreville-Hainneville

La liste socialiste, sans les communistes, l'emporte facilement.

Granville

Henri Baudouin, maire de Granville depuis 1961, ne sollicite pas un nouveau mandat. Cette décision permet à André Tible, son premier adjoint, de s’appuyer sur la majorité sortante pour conduire une liste qu’on peut qualifier de droite, même si officiellement elle n’est soutenue par aucun parti (André Tible est l’un des cadres dirigeants du RPR). Son adversaire est le socialiste Rémy Derubay qui, un temps rejeté par la section locale du PS, élabore une liste d’union amalgamant socialistes, communistes et notables proches de la gauche. Cette élection municipale de 1977 s’apparente à un match retour après la victoire inattendue de Rémy Derubay sur André Tible lors de l’élection cantonale de 1976. La campagne est très animée, les tribunes polémiques envahissent les colonnes des journaux.

Au soir du premier tour, les deux listes se tiennent dans un mouchoir de poche, en voix comme en sièges, ce qui prolonge le suspense jusqu’à la dernière minute. Finalement, Rémy Derubay et ses colistiers l’emportent au second tour et dominent l’assemblée municipale avec 15 sièges sur 27. L’électorat de chaque liste a eu recours au panachage : celui de la gauche pour écarter les candidats communistes, celui de la droite pour sanctionner André Tible (qui n’est même pas élu conseiller municipal).

Premier tour. - Inscrits : 9 106. Votants : 6 751. Exprimés : 6 505. Participation : 74,1 %. Abstention : 25,9 %. [3]
Second tour. - Inscrits : 9 093. Votants : 6 778. Exprimés : 6 617. Participation : 74,5 %. Abstention : 25,5 %. [4]

Tête de liste
Partis
Premier tour
Sièges
Second tour
Sièges
Voix
%
#
Voix
%
#
Total
André Tible Granville Horizon 83 3 156 48,5 %
6
3 195 48,3 %
6
12
Rémy Derubay Union de la Gauche 3 103 47,7 %
6
3 183 48,1 %
9
15

Octeville

La liste de gauche emmenée par Georges Jourdam (PS) l'emporte face à Jean Tesson.

Querqueville

Pierre Fernagu, maire sortant, triomphe facilement.

Tourlaville

Georges Fatôme gagne encore. Il avait fait le vide au premier tour.

Notes et références

  1. François Simon, « La gauche majoritaire dans la Communauté urbaine : j'ai dix ans », Ouest-France, 17 mars 1987.
  2. Le Monde, 9 septembre 1980.
  3. Procès verbal conservé aux Archives départementales (cote 1192 W 74).
  4. Procès verbal conservé aux Archives départementales (cote 1192 W 78).

Liens internes