Daniel Rouland

De Wikimanche

Daniel Rouland, mort à Agon-Coutainville le 25 juin 2005, est un exploitant de cinéma de la Manche.

Biographie

Passionné de cinéma depuis son enfance, il fait un stage au cinéma Le Normandy sur les Champs-Élysées, à Paris [1]. Puis, en 1952, il ouvre Le Drakkar de Coutainville [1]. Fin 1958, il prend la tête du Majestic de Saint-Lô et fait construire l'année suivante une nouvelle salle dans le chef-lieu de département, le Drakkar [1]. Le cinéma est réorganisé en 1976 : on lui adjoint trois salles plus petites [2].

Pionnier de l'animation des salles de cinéma en province, il négocie des sorties nationales et fait venir de grands noms du cinéma français pour des avant-premières, tels les acteurs Bourvil (1963), Jean Marais, Fernandel (1964), Louis de Funès et Yves Montand (1971), Michel Simon, Annie Girardot et Jean Rochefort (1972), Jean Reno (1989) et les réalisateurs Samuel Fuller, Gérard Oury, Claude Autant-Lara ou Jean-Pierre Mocky, avec qui il se lie d'amitié. Il crée aussi l'événement en invitant des astronautes américains, dont Alan Shepard en juin 1974, puis les cosmonautes soviétiques Alexei Elissseïv et Anatoli Filiptchenko ou en commémorant l'anniversaire du Débarquement en présence du soldat américain John Steele (1964).

Avec Joseph Pesnel, il rachète le cinéma Eden à Cherbourg à la fin de 1970 [3] puis le Palace d'Équeurdreville-Hainneville le 1er avril 1980 [4].

En 1971, il s'essaye également à la réalisation avec Vive Monsieur le duc, en mettant en scène un scénario du journaliste d'Ouest-France Pierre Berruer, avec, parmi les acteurs, l'architecte Jean Poupard, le chanteur Jean-Marie Vivier et le futur conseiller général Fernand Le Rachinel [2]. Mais le projet s'arrête faute d'argent au bout de quelques jours de tournage [2].

Face à la mutation de l'exploitation cinématographique dans les années 1970, il transforme en 1976 le Drakkar saint-lois pour proposer quatre salles [1]. Il ouvre également des Drakkars à Coutances (1976) et Condé-sur-Vire.

Alors qu'il est à la tête d'un parc de douze salles, il est agressé à main armée en juillet 1979 à Coutances, ce qui provoque son retrait à Agon-Coutainville, laissant la gestion des Drakkars et du Majestic à ses filles, Karol et Véronique. Celles-ci, après avoir envisagé de construire un multiplexe à Saint-Lô, vendent les Drakkars de la ville-préfecture en 2006, puis ceux de Coutances et Coutainville, tandis que celui de Condé avait fermé dans les années 1980.

Daniel Rouland se marie le 1er septembre 1965 [1], avec Denise, qui le seconde tout au long de sa carrière professionnelle. Décédée le 16 septembre 2010 à 81 ans, celle-ci est faite, à titre posthume, officier du mérite cinématographique.

Malade, Daniel Rouland se retire de la vie publique et se réfugie dans sa maison d'Agon-Coutainville, où il meurt à 77 ans [2].

En 2005, sa fille Karol Rouland lui consacre un court-métrage tout simplement intitulé Daniel Rouland [5][6].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 « Les années 50 dans la Manche », Ouest-France, hors-série, sd, p. 41.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Ludovic Renoult, « Le mythique papa des Drakkars n'est plus », Ouest-France, 28 juin 2005.
  3. « L'Eden-cinéma a 25 ans », La Presse de la Manche, 21 novembre 1974.
  4. « Les souvenirs du Palace de Pascal Lefèvre et Maurice Grout », Ouest-France, 2 avril 2012.
  5. « Première projection du film hommage à Daniel Rouland », Ouest-France, 12 décembre 2005.
  6. Site internet de Karol Rouland (voir en ligne).