Chapelle Saint-Michel (Mortain)

De Wikimanche

La Chapelle Saint-Michel, vue du ciel

La chapelle Saint-Michel ou Petite chapelle est une édifice religieux catholique de la Manche, situé à Mortain-Bocage.

Elle est située en bordure de la forêt de la Lande Pourrie, sur un éperon rocheux de la colline de la Montjoie ou Cote 314 (dénomination militaire). Devant la chapelle, une table d’orientation culmine à 323 mètres. Le point de vue permet d’apercevoir le Mont-Saint-Michel par temps clair et jusqu’aux marches de la Bretagne et du Maine.

Histoire

La première chapelle Saint-Michel est construite en 1613 par Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier, comtesse de Mortain, sur l'emplacement d'un ermitage élevé en 1543 et détruit pendant les guerres de religion. Consacrée en 1613 par Mgr de Péricard, évêque d'Avranches, elle est rattachée à l’hôpital général de Mortain en 1777.[1]

Elle est à cette époque une halte fréquente pour de nombreux pèlerins montois.[2]

Détruite à la Révolution, elle est reconstruite en 1852 grâce à une souscription publique initiée par l'abbé Eugène Gervais, aumônier de l'hôpital et d' Hippolyte Sauvage, juge de paix et historien.[3]

C'est un lieu qui garde la mémoire des combats d'août 1944 lors de la contre-attaque de Mortain pendant laquelle elle est partiellement détruite. Le vitrail d'un occulus représente le blason du général Eisenhower, en tant que chef suprême de l’armée de la libération (l’épée de feu de la guerre sous l’arc en ciel de la paix).

La chapelle est restaurée à partir de 1955 sur l'initiative du chanoine Blouet et du Dr Gilles Buisson.

Mobilier

Bas relief du 17e siècle

Elle est éclairée par quatre verrières à l’effigie de :

- saint Guillaume Firmat, soulevant une chaîne brisée, celle des captifs,

- saint Michel, titulaire de l'oratoire, levant son épée en signe de victoire,

- saint Georges, cher aux soldats américains,

- saint Christophe, patron des voyageurs,

Des dons et des achats enrichissent la chapelle:

- un bas relief du 17e en bois polychrome, représentant la Cène[4] avec un personnage supplémentaire, saint Martial tenant un ciboire. Il a été restauré en 1994 par Roland Marcel.

- une statue en bois de saint Michel terrassant le dragon[5], tous deux classés monuments historiques, au titre d'objet, depuis 1975.

- des statues de saint Georges (en bois, 16 e siècle), saint Laurent et saint Roch (en pierre, polychromes , 16e)

Bibliographie

  • Abbé Auguste Laveille, « L'ermitage Saint-Michel », La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc....Manche, partie 2, éd. Lemasle & Cie, Le Havre, 1899, p.281-284 (lire en ligne)

Notes et références

  1. Plaque de marbre gravée dans la chapelle.
  2. petit patrimoine.com[1], consulté le 9 septembre 2016
  3. Ville de Mortain [2], consulté le 9 septembre 2016
  4. Notice n°PM50000736, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  5. Notice n°PM50000735, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.

Liens internes

Lien externe