Les Chéris

De Wikimanche

Les Chéris est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de Ducey-Les Chéris depuis le 1er janvier 2016.

Commune déléguée des Chéris
(commune de Ducey-Les Chéris)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 38' 0.56" N, 1° 15' 26.81" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Pontorson
Ancien canton Ducey
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Eschérien(ne)s
Population 262 hab. (2016)
Superficie 5,87 km²
Densité 45 hab./km2
Altitude 12 m (mini) - 140 m (maxi)
Code postal 50220
N° INSEE 50132
Maire délégué Guy Rouland
Communes limitrophes des Chéris
Marcilly Marcilly Le Mesnil-Ozenne
Marcilly Les Chéris Le Mesnil-Ozenne
Ducey Ducey Isigny-le-Buat

L'église Saint-Médard et Saint-Gildas.
L'église Saint-Médard et Saint-Gildas.


Toponymie

Attestations anciennes

  • nemus des Charriz s.d. [1].
  • Eschariz ~1200, 1210 [1].
  • Escharis 1221 [1].
  • Escheris, Escheriz 1371/1372 [2].
  • ecclesia de Escherits 1412 [3].
  • ecclesia des Cherilz ~1480 [4].
  • Cheris 1612/1636 [5].
  • les Cherits 1677 [6].
  • Cheurs 1694 [7].
  • Escheris 1696 [8].
  • Cheur ~1700 [9].
  • les Cherits 1713 [10].
  • les Cheris 1716 [11].
  • les Chevis [lire Cheris] 1719 [12].
  • les Cheris 1720 [13].
  • les Chevis [lire Cheris] 1758 [14].
  • les Cheris 1753/1785 [15].
  • Eschéris 1793 [16].
  • les Cheris 1801 [17].
  • les Cherits 1804 [18].
  • les Chéris 1828 [19], 1829 [20].
  • Escheris 1831 [1].
  • les Cheris 1854 [21].
  • les Chéris 1825/1866 [22].
  • Les Chéris 1878 [23].
  • les Cheris 1889 [24].
  • les Chéris, les Cheris 1903 [25].
  • les Chéris 1962 [26].
  • Les-Chéris 1972 [27].
  • les Cheris 1978 [28].
  • les Chéris 1993 [28], 2007 [29].

Étymologie

Toponyme médiéval précoce (étant donné l'absence initiale d'article) issu de l'ancien français eschari, escheri employé au pluriel, et susceptible d'être interprété de différentes manières.

Ce mot est le participe passé du verbe escharir, escherir, dont le sens initial est « partager » [30]. Cette valeur a incité Albert Dauzat à proposer le sens de « partages, lotissements » [31]; il a été suivi en cela par François de Beaurepaire [1], puis René Lepelley [32]. Le sens de « déclarer, affirmer » qu'a le plus souvent le verbe escharir en ancien français (dérivé de « partager une information; faire part de ») est plus difficile à concilier avec un toponyme, de même que celui du participe passé eschari « éclairci; certain ».

Ernest Nègre, en revanche, a vu dans ce nom l'emploi de l'adjectif eschari, escheri (initialement tiré du participe passé) auquel il attribue le sens de « pauvre » [33], d'où implicitement celui de « terres pauvres ». On doit noter que le mot a signifié plus particulièrement « peu considérable, mesquin; peu nombreux, peu peuplé; dénué (de quelque chose) », d'où différentes possibilités : le sens de « peu peuplé », entre autres, conviendrait aussi bien que « pauvre ».

Il n'existe apparemment aucune raison précise de préférer une solution plutôt qu'une autre. Il semble donc prudent de ne pas limiter l'interprétation de ce toponyme à l'explication proposée par Dauzat.

La première attestation nemus des Charriz « le bois des Chéris » ne doit pas induire en erreur : il faut vraisemblablement lire ici descharriz, notant d'Escharriz : l'absence d'apostrophe avant le 16e siècle a entraîné une mauvaise lecture de formes telles que deschar(r)iz, qui peuvent aussi bien noter d'eschar(r)iz que des char(r)iz. Il a pu par ailleurs se produire une mécoupure reposant sur l'initiale es- confondue avec la préposition es « en les », « dans les ».

Géographie

Édouard Le Héricher, vers 1850, précise dans l’Avranchin monumental et historique : « La commune des Chéris se présente sous la forme d’un arc dont la courbe serait formée par la jolie rivière d’Oir et celle de Choisel. La rivière Beaulinge, qui part d’auprès de la Chapelle de Pierres Aubes (en Chalandrey), la traverse en entier et va se jeter dans l’Oir. Sous le rapport du relief, cette commune consiste en un plateau dessiné en arc, couvert de deux bois assez considérables, dont l’un, le bois Avenel, rappelle une des plus illustres familles du pays. »

La commune subit dans les années 1960-1970 un remembrement radical qui détruit le bocage, haies, talus, etc. pour laisser placer à de grandes étendues de terres labourables[34].

Histoire

Le moulin des Chéris.

En 1698, M. Foucault écrivait : Les Chéris, paroisse où il y a 118 familles et 700 personnes. Louis de Pierrepont, écuyer en est le seigneur. […] Les Oilliamson y furent aussi seigneurs.
En 1830, l’Annuaire de la Manche citait : 474 habitants, 16 villages et hameaux, 2 fermes et habitations isolées, 1 château, 3 moulins [35] : Chéris (moulin à grains) alimenté par Beaulinge.

Chalandré (moulin à grains) alimenté par Beaulinge, Grimaux (moulin à grains) alimenté par l’Oir.
Contribution 5 322,37 centimes. »

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[36]. En 2016, la commune comptait 262 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [37] et INSEE [38])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
369 402 480 474 459 573 563 536 529 537
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
505 487 492 464 438 435 429 421 420 376
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
352 327 320 322 318 313 307 260 251 212
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
232 240 234 238 242 249 255 262 266 270
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
268 266 264 263 262
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1790 Charles Pierre Aucher
1791-1791 Jean Le Bocey
1792-1792 Jean Aucher
.......-....... Charles Pierre Aucher ...1793-1794...
1795-1800 Gervais Sauvé président de l'administration communale
.......-1798 Louis Aucher ...1796-
1798-1798 Jean Baptiste Le Bocey
.......-1800 Charles Pierre Aucher ...1799-
1800-1803 Jean Baptiste Lebocey
1803-1808 Pierre Jean François Levesques
1808-1821 Louis Marie Debordes de Chalandrey
1821-1830 Félix Debordes
1830-1830 Charles Aucher de janvier à octobre
1830-1831 Michel Pierre Perrouault
1831-1833 François Roupnel
1833-1848 Michel Pierre Perrouault
1849-1855 Armand François Gilbert
1855-1862 Louis Jean Jouenne
1862-1870 François Ollivier
1870-1878 Armand François Gilbert
1878-1880 Armand de Pracontal
1880-1886 Comte Max de Pracontal
1886-1887 François Ollivier fils du précédent
1887-1888 Adrien Roupnel
1888-1900 Louis Caillou
1900-1917 Adrien Roupnel
1919-1941 Adrien Roupnel fils du précédent
1941-1959 Louis Fortin
1959-1989 Jean-Marie Gautier
1989-1995 Louis Allain
1995-2001 Andrée Trotin
2001-2014 Roger Masseron
2014-actuel Guy Rouland SE électrotechnicien maire délégué depuis le 1er janvier 2016
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Jean-Pierre Gazengel pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [40]
.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2014).

La mairie (2014).

Adresse : Le Bourg
Les Chéris
50220 Ducey-Les Chéris

Tél./Fax : 02 33 48 47 08
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (10 mai 2012)

Mardi - 13 h 30 - 17 h
Mercredi - -
Jeudi - 16 h 30 - 18 h
Vendredi - -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Médard.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Montmorel à Poilley (don en 1221 de Roland Morel, chevalier).
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Hameaux et lieux-dits

Bardet, La Batardière, Beausoleil, Belle Vue, Le Bois Avenel, Le Bourg, La Bruyère, La Butte Pichon, La Corbinière, Le Cottage, La Cour, Les Essarts, La Forge au Couchant, La Fresnaye, La Gainetière, Le Hamel, La Hamelière, Les Hauts Vents, L’Hôpital, Juplou, La Panouvière, La Pichonnière, Le Plantis, La Rue Maurin et Lulagrie.

Personnalités liées à la commune

Naissance

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 102.
  2. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 147C, 151G.
  3. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 158F.
  4. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 174D.
  5. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  6. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  7. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  8. Compte rendu de l'évêque d’Avranches, s. ref.
  9. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  10. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  11. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  12. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  13. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  14. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  15. Carte de Cassini.
  16. Site Cassini.
  17. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  18. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 687a.
  19. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 422.
  20. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 121.
  21. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  22. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  23. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 272.
  24. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  25. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  26. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  27. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  28. 28,0 et 28,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  29. Carte IGN au 1 : 25 000.
  30. Du gallo-roman °SCARIRE, adaptation du francique °skarjan « partager » (apparenté à l'anglais share « part, portion » et shear « tondre ») < germanique commun °skarjan. Ce terme représente un dérivé de la racine indo-européenne °(s)ker- « couper ».
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 186a.
  32. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 94b-95a.
  33. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1294, § 24047.
  34. Un ancien bocage délibérément ouvert par les remembrements au sud de Ducey (lire en ligne)
  35. Le moulin des Chéris subsiste encore aujourd’hui. Il est situé en contrebas, au carrefour de la D 48 et de la route menant à La Cour. Spécialisé dans la mouture d’orge pour les animaux, il a cessé de moudre dans les années 1960/1970. Ses derniers meuniers furent les Aubert, père puis fils. Le moulin de Chalandré se situait sur la route entre Beausoleil et La Bruyère. Aujourd’hui une maison particulière l’a remplacé. Le moulin de Grimaux se situait en contrebas de la D 48, à hauteur de La Butte Pichon. Il a cessé ses activités.
  36. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  37. Population avant le recensement de 1962.
  38. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 356

Lien interne