Cametours

De Wikimanche

Cametours est une commune du département de la Manche.

Commune de Cametours Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 4' 6.52" N, 1° 16' 48.02" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Quettreville-sur-Sienne
Ancien canton Cerisy-la-Salle
Intercommunalité CC Coutances Mer et Bocage
Gentilé Cametourais(es)
Population 431 hab. (2015)
Superficie 7,22 km²
Densité 60 hab./km2
Altitude 64 m (mini) - 126 m (maxi)
Code postal 50570
N° INSEE 50093
Maire Yves Louaintier
Communes limitrophes de Cametours
Savigny, Le Lorey Le Lorey,
Marigny-le-Lozon
Marigny-le-Lozon,
Carantilly
Savigny Cametours Carantilly
Savigny, Montpinchon, Cerisy-la-Salle Cerisy-la-Salle Carantilly, Cerisy-la-Salle

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Toponymie

Attestations anciennes

  • [abl.] Campo motos [lire peut-être Campo motoso] 1216 [1].
  • [abl.] Campo motoso 1221 [2].
  • Cammotos 1231 [1].
  • Camotous 1326 [1].
  • [abl.] Campo motoso ~1280 [1].
  • Campomotoso 1332 [3].
  • Champmotoux 1334 [4].
  • Campmotoux 1346 [5].
  • Campus Motosus 1351/1352 [6].
  • Camotours 1391 [1].
  • Camoteux 1397, 1403 [7].
  • Camotoux 1419 [7].
  • Camotours 1419 [7].
  • Cametours 1465 [4].
  • Campmotoux 1482 [5].
  • Campmotours 1491 [1].
  • Cametours 1535 [4].
  • Cainetours [lire Cametours] 1551 [8].
  • Cametours 1612/1636 [9], 1677 [10], 1713 [11], 1716 [12], 1719 [13], 1758 [14], 1753/1785 [15], 1793 [16], 1801 [17], 1804 [18], 1828 [19], 1829 [20], 1854 [21], 1889 [22], 1903 [23], 1962 [24], 1972 [25], 1978, 1993 [26], 2007 [27].

Étymologie

Toponyme médiéval issu de l'ancien français de Normandie camp motos, puis camp motous « champ motteux », employé au sens de « champ fertile ».

Le mot camp est la forme normano-picarde de champ, issu du gallo-roman °CAMPU « plaine, terre cultivée » (latin campus). On en notera la variante brièvement francisée dans Champmotoux (1334).

L'ancien français motos, qui aboutit à motous dans l'Ouest, est un dérivé adjectival en -os, puis -ous, -oux [28] du mot mote « motte (de terre) » [29]. C'est l'équivalent du moyen français mot(t)eux « motteux, où il y a beaucoup de mottes », et par extension « fertile ». L'altération de la finale -ous, -oux en -ours est due à l'amuïssement de [-r] final en ancien français, qui a entraîné dans l'ouest de la Normandie la confusion phonétique des finales -ous, -oux < gallo-roman -OSU (français -eux) et -our < -(AT)ORE / -ORIU (français -eur et -oir). L'ajout de ce -r final non étymologique est attribuable à un phénomène d'hypercorrection, également à l'origine du français velours < veloux (un phénomène semblable explique le -r final de Barfleur, encore Barfleu en 1549, et dont la prononciation dialectale est toujours [bar'fjø], bar-fyeu). Cette évolution particulière a peut-être été renforcée par l'analogie avec les noms en -tour(s), -tourp(s), tels que Clitourps, Guénétours ou Saussetour, qui sont sans rapport.

Cametours « champ motteux » est un type toponymique bien attesté tant en Normandie (le Champ Moteux, lieu-dit à Livarot, Calvados; les Champs Moteux, lieu-dit à Beaumais, Calvados; les Champs Motteux, hameau à Fontenai-sur-Orne, Orne; le Champ Motteux (Campus Motosus 1164), hameau aux Baux-de-Breteuil, Eure) qu'ailleurs en France (Champmotteux, Essonne). On notera également, avec la forme dialectale de l'Ouest, l'ancien lieu-dit la Couture Mottouse (la Cousture Motouse 1295), de même sens, à Saint-Aubin-de-Bonneval, Orne.

Géographie

Cametours est une commune situé en plein cœur du bocage normand.

Histoire

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[30]. En 2015, la commune comptait 431 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [31] et INSEE [32])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 383 1 338 1 441 1 439 1 264 1 313 1 260 1 206 1 114 1 095
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 068 1 011 923 893 862 786 753 687 659 642
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
644 557 540 558 527 526 495 505 464 387
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
366 330 377 405 406 409 411 414 417 426
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
434 432 431
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Bon Blanchard (1794)
1795-1797 Gilles Osouf
1797-1798 Charles Le Jolivet
1798-1800 Jean Julien Blanchard
1800-1805 Pierre Hélaine
1805-1826 Pierre Levallois
1826-1852 Jean François Blanchard
1852-1882 Prosper Martial Lechevallier Décédé en exercice le 18 avril 1882
1882-1887 Isidore François Lejolivet
1887-1901 Ismaël Armand Levallois
1901-1908 Aimable Fossey
1908-1932 Jean-Pierre Hinard
1932-1938 Aimable Cauchard
1938-1945 Henri Blanchard
1945-1947 Émile Levionnois
1947-1965 Albert Périer
1965-1977 Henri Lavalley
1977-1989 Guy Yvon agriculteur
1989-actuel Yves Louaintier SE cuisinier
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018).

La mairie (2018).

Adresse : Le bourg
50570 Cametours

Tél. 02 33 46 91 16
Fax : 02 33 07 28 57

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Services-Publics (21 mars 2012)

Mardi - 14 h 30 - 17 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - 14 h 30 - 17 h
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Notre-Dame (19e) : clocher pyramidal, fonts baptismaux gothiques
  • Oratoires Notre-Dame de Lourdes (1950)
  • La Herlière : communs (16e/19e)
  • Château (19e)
  • L'hôtel Besnardin
  • Croix de chemin

Personnalités liées à la commune

Naissance

Décès

Autre

Économie

Bibliographie

  • Édith Languille, « Modifications de l'habitat rural à Cametours, 1826-1937 », Annales de Normandie, tome I, n° 1, janvier 1951.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 90-91.
  2. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XV (décembre 1965), § 552.
  3. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 276D.
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Cartulaire de l’Hôtel-Dieu de Coutances, cité dans Fernand Lechanteur, « Cambernon - Cametours - Camprond », Principaux types toponymiques de la Normandie, supplément aux Annales de Normandie, 1958, n° 3.
  5. 5,0 et 5,1 Inventaire de la série H, Archives départementales de la Manche, cité dans Fernand Lechanteur, art. cit.
  6. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 366B.
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Aveux de la Sergenterie Mauffras, manuscrits de Dom Lenoir, cités dans Fernand Lechanteur, art. cit.
  8. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 156.
  9. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  10. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  11. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  12. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  13. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  14. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  15. Carte de Cassini.
  16. Site Cassini
  17. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  18. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 526a.
  19. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 411.
  20. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 136.
  21. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  22. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  23. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  24. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  25. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  26. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  27. Carte IGN au 1 : 25 000.
  28. Suffixe issu du gallo-roman -OSU (latin -osus), qui aboutit à -eux en français moderne.
  29. Ce mot est issu d'un terme prélatin °mutta, d’origine incertaine.
  30. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  31. Population avant le recensement de 1962.
  32. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.

Lien externe