Dangy

De Wikimanche

Dangy est une commune du département de la Manche.

Commune de Dangy Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 2' 39.72" N, 1° 13' 34.88" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Saint-Lô-2
Ancien canton Canisy
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Dangyais(es)
Population 647 hab. (2015)
Superficie 9,93 km²
Densité 65 hab./km2
Altitude 70 m (mini) - 161 m (maxi)
Code postal 50750
N° INSEE 50159
Maire Dominique Pain
Communes limitrophes de Dangy
Carantilly Quibou Saint-Martin-de-Bonfossé
Cerisy-la-Salle Dangy Saint-Martin-de-Bonfossé
Notre-Dame-de-Cenilly Notre-Dame-de-Cenilly, Soulles Soulles

L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Rogerus de Dangeio 1203 [1].
  • Dangi ~1210 [2].
  • [abl.] Dangeio 1212 [3].
  • ecclesia de Dangeio 1221 [4].
  • [abl.] Dangeio 1236 [5].
  • ecclesia de Dangeyo 1332 [6].
  • Colin[us] de Dangeio 1343 [7].
  • Dangeium 1351/1352 [8].
  • Dangie 1433 [9]
  • Angy et Pontbrocart 1612/1636 [10].
  • Dangy et le Pont Brocard 1677 [11].
  • Dangy 1689 [12], 1695 [13], ~1700 [14].
  • Dangy, et le Pontbrancart 1713 [15].
  • Dangi 1716 [16].
  • Dangy 1719 [17], 1758 [18], 1771 [19], 1777 [20], 1753/1785 [21], 1793 [22].
  • Dangy et Pontbrocart réunis 1801 [23].
  • Dangi et Pont-Brocard 1828 [24].
  • Dangy 1829 [25], 1830 [26], 1837 [27], 1835/1845 [28], 1854 [29], 1878 [30], 1880 [31], 1903 [32], 1962 [33], 1978, 1993 [34], 2007 [35].

Étymologie

Toponyme gallo-romain formé avec le suffixe gallo-roman -ACU ajouté à un élément discuté, que l'absence de formes très anciennes ne permet pas de préciser.

  • Albert Dauzat [36], et à sa suite Marie-Thérèse Morlet [37], ont proposé le type °DAMIACU, formé sur le nom de personne gallo-romain Damius, soit « (le domaine rural) de Damius » [38]. Ernest Nègre [39] invoque quant à lui, on ne sait trop pourquoi, le nom Domius, qui complique un peu les choses.
  • François de Beaurepaire [2] penche pour un type °DAMNIACU < °DOMINIACU que, curieusement, il n'explicite pas. On doit sans doute y voir le latin dominus « seigneur », soit « (le domaine rural) du seigneur ». Ce nom s'apparenterait alors aux types plus tardifs Dampsmesnil, Damville, Donville, qui semblent formés avec le même élément (quoique d'autres possibilités existent également).

La solution la plus simple est celle de Dauzat et Morlet, mais elle n'est cependant pas décisive. L'explication par dominus reste tout à fait possible, quoiqu'indémontrable.

On notera qu'à partir du 17e siècle, Dangy est associé à la paroisse voisine de Pont-Brocard, d'où l'emploi de l'appellation alternative Dangy-et-Pont-Brocard, qui perdurera sporadiquement jusqu'au début du 19e siècle. Cette association se concrétise à l'époque de la Révolution (sans doute dès 1790) par la fusion des deux agglomération en une seule commune, puis la suppression de la paroisse de Pont-Brocard en 1792.

Géographie

Histoire

En 1212, Robert de Dangy, résigne entre les mains de Hugues de Morville, évêque de Coutances, le patronage et le tiers de la dîme de Dangy au profit de l'hôpital de cette ville.

En 1327, Jehan Tesson était seigneur de Dangy.

Le 4 janvier 1439, Robert Jollivet, abbé du Mont-Saint-Michel, atteste qu'étant à Paris, il avait chargé Guillaume Biote, vicomte de Carentan, de transmettre au bailli du Cotentin un ordre du roi prescrivant de démolir l'hôtel et le château de Dangy appartenant à Messire Raoul Tesson, chevalier, absent ennemi et rebelle du roi.

En 1640, la noblesse de Dangy se compose de :

  • Hervieu du Boys, escuier, sieur du lieu (bon homme et de repos) ;
  • Anthoisne du Boys, escuier, capitaine d'une compagnie de carabiniers ;
  • Melchior Basire, escuier, propre à rien.

En 1694, le Seigneur de Dangy, Adrien du Bois, escuyer sieur de Montpinson possède la terre et sieurie de Dangy. Il a un colombier dans la basse cour du château et un moulin à bled.

En 1778, Messire Louis Julien Yon, chevalier, est seigneur de Dangy et de Saint Hilaire du Ham.

Fiefs nobles, fief de la Jehennière, fief aux Mains.

En 1789, Jules Yon, seigneur de Dangy et de Saint-Hilaire-Petitville, prend part aux assemblées de la noblesse pour l'élection des députés aux États généraux.

En 1790, Dangy et Pont-Brocard sont réunis pour former une seule et même commune relevant du canton de Canisy. La paroisse de Pont-Brocard est supprimée en 1792.

Cahier de doléances aux États Généraux de 1789

Assemblée primaire du Tiers-Etat
Nombre de feux : 200.
Députés : Thomas Antoine Le Comte, laboureur; Gilles Duchesne, laboureur.
« L'assemblée déclare que tout français doit être sous la protection des lois du roi, que sa liberté doit être sacrée. Et que les corvées et service militaire doivent être abolis ; que l'invention des lettres de cachet doit être regardée comme un abus de l'autorité.
Demande que les États-Généraux se tiennent au minimum tous les cinq ans. Réclame une réforme de la justice et un seul juge dont le territoire serait bien délimité. Réclame que les juges soient élus par les justiciables, ainsi les tribunaux ne seront plus remplis de juges peu instruits qui pratiquent cette profession parce qu'inaptes ailleurs.
Réclame une réforme des revenus des ecclésiastiques, que toute maison religieuse qui ne sera pas composée du nombre minimum de religieux fixé par la loi (15 au 8 selon les cas), sera détruite et les revenus et biens qu'elle possède distribués aux pauvres.
Que le roi sera supplié de jeter les yeux sur les immenses revenus de plusieurs ordres religieux, sur leur inutilité dans l'État ; que leurs membres sont à charge du corps politique, que ce ne sera point blesser la loi des propriétés qui ne peut être jamais invoquée par un citoyen inutile, à charge de la patrie. Que d'ailleurs les propriétés de la plupart des ordres religieux proviennent du pieux aveuglement de nos pères qui ont dépouillé leurs descendants pour enrichir les monastères.
Réclame la plus grande économie de la part de l'administration et qu'en conséquence, les pensions doivent être supprimées ou réduites.
Qu'il doit être avisé du moyen de simplifier la perception, afin de décharger l'état de cette foule de préposés, de receveurs, qui s'engraissent de leur substance.
Que le commerce doit être libre et favorisé.
Que néanmoins l'État jette un œil sur les abus et l'usage de la banqueroute.
Que tout failli soit condamné à porter le bonnet vert (sans chapeau) et ne puisse voter dans aucune assemblée publique.
Que la discrimination existant au service militaire soit abolie : nul ne pourra être sous-lieutenant s'il ne fait la preuve de quatre générations de noblesse (22 Mai 1781).
Que les tribunaux soient également composés de membres du Tiers-État.
Que les administrateurs des finances, ne regardent plus le trésor royal comme un champ de pillage, mais comme un dépôt sacré qui leur est confié.
Qu'il est à souhaiter que tous les colombiers fussent totalement détruits, n'étant propres qu'à ravager et piller le pauvre cultivateur, surtout dans la saison des moissons ».
Signé des membres de la paroisse:
Perrotte, J. Lemasson, Vastel, Lecluze, Hulmel, Lemoine, Germain, Vastel, H. Lemoine, Prunier, Drieu, Basnier, J.B. Lemasson, P. Lemasson, Gosset, Vivier.

Pont-Brocard

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[41]. En 2015, la commune comptait 647 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [42] et INSEE [43])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 144 1 068 1 103 1 145 1 210 1 180 1 185 1 196 1 167 1 166
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 033 991 933 894 925 853 820 764 706 702
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
651 578 589 581 577 543 598 549 533 515
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
565 605 604 650 656 650 652 651 651 650
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
649 634 647
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Gilles-Laurent Duchesne (1790)
1790-1792 Thomas-A. Lecomte
1792-1795 Pierre-A. Lemarquier
1795-1797 Thomas Lecomte
1798-1809 Jacques Perrotte
1809-1816 Thomas-A. Lecomte
1816-1820 Jean Lemasson
1820-1850 Victor Lefèvre
1850-1865 Pierre Auguste Simon
1865-1869 Auguste Lemasson
1869-1884 Isidore Magloire Leconte
1884-1888 Adrien Emmanuel Dan
1888-1897 Jean Désiré Leconte
1897-1907 Bon Vivier
1907-1920 Alphonse Hardel
1920-1939 Joseph Leconte
1939-1944 Jules Beaufils
1944-1956 Joseph Leconte
1956-1995 Jean Pignard
1995-2008 Philippe Leconte DVD
2008-2014 Annick Hélaine sage-femme
2014-actuel Dominique Pain
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
Dangy - Mairie.JPG

Adresse : 8, place de la Mairie
50750 Dangy

Tél. 02 33 56 03 57
Fax : 02 33 56 38 97

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : ouest-france.fr (5 mai 2012)

Mardi - 14 h - 17 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - 16 h - 19 h 30
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Martin.
  • Patron (présentation) : le prieur de l'Hôtel-Dieu de Coutances et le seigneur du lieu, par alternance.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Anciens moulins :

Personnalités liées à la commune

Naissances

Tourisme

Circuit de randonnée
Circuit n° 5 : "Passé Quibou, y a plus de Dangy" du topo guide "10 balades autour de Canisy"[45]
Circuit n° 7 : "Les enfumés de Dangy" du topo guide "10 balades autour de Canisy"[45]

Sports

  • Football : US Dangy

Bibliographie

  • G. Bottin, « Églises de Dangy et de Pont-Brocard », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Saint-Lô, 1998, pp. 41-45

Notes et références

  1. Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p.90b.
  2. 2,0 et 2,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 109.
  3. Paul Le Cacheux, Essai historique sur l'Hôtel-Dieu de Coutances, Picard, Paris, 1895.
  4. Gallia christiana, t. XI, Imprimerie Royale, Paris, 1759, Instr., p. 256B.
  5. Paul Le Cacheux, op. cit..
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 277C.
  7. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 200, § 80.
  8. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 366A.
  9. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 30, § CXLVII.
  10. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  11. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  12. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  13. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  14. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  15. Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  16. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  17. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  18. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  19. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  20. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  21. Carte de Cassini.
  22. Site Cassini.
  23. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  24. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 437.
  25. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 153.
  26. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 393b.
  27. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 595a.
  28. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  29. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  30. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 387.
  31. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 58b.
  32. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  33. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  34. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  35. Carte IGN au 1 : 25 000.
  36. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 239b-240a.
  37. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 78a.
  38. Ce nom représente l'emprunt du grec Δαμιος (Damios), probablement formé sur le verbe δαμάν (damán) ou δαμνάναι (damnánai) « dompter », et par euphémisme « tuer ».
  39. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 554, § 9025.
  40. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 109a.
  41. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  42. Population avant le recensement de 1962.
  43. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. 45,0 et 45,1 « Rando Manche 10 balades autour de Canisy », Communauté de communes de Canisy et Manche Tourisme