Ligne maritime Cherbourg-Southampton

De Wikimanche

La ligne maritime Cherbourg-Southampton est une liaison maritime reliant Cherbourg et Southampton (Angleterre).

Dès la création du trafic maritime, Southampton, en Angleterre, à 180 km (84 miles) de l'autre côté de la mer de la Manche, est un port privilégié dans le commerce avec le port de Cherbourg. Mais les relations ne concernent que le fret et elles ne sont qu'épisodiques.

Il faut attendre la fin du 19e siècle et la création de lignes transatlantiques à partir de Southampton vers New York, et réciproquement, pour que se développe un trafic de passagers avec Cherbourg, utilisé comme port d'escale intermédiaire par les principales compagnies d'alors : Royal Mail Line and Steam Packet, White Star Line, Cunard Line, Norddeutscher Lloyd...

Une ligne régulière existe au début du 20e siècle. Elle est gérée par la London and South Western Railway [1]. Ses bateaux accostent dans l'avant-port [1].

Une nouvelle ligne régulière est créée à l'été 1950 par la compagnie Southern Railways. La liaison bi-hebdomadaire est assurée par le Duke of York. En trois mois, 9 000 passagers et 2 000 véhicules seront transportés [2].

La Presse de la Manche, 4 mai 1964.

Une nouvelle ligne régulière, quotidienne elle-là, est créée par la société Townsend Thoresen au moyen de car-ferries. Elle est ouverte le 2 mai 1964 avec le Viking I [3] et inaugurée le 11 mai suivant [4].

En juillet 1991, la compagnie suédoise Stena Line crée une nouvelle liaison avec Southampton par car-ferry, avec le Normandy. Elle y met fin en décembre 1996.

Le 28 septembre 2004, la compagnie P & O European ferries annonce qu'elle cesse l'exploitation de sa ligne Cherbourg-Southampton.

Le 12 mars 2010, la compagnie jersiaise Huelin-Renouf Shipping crée une ligne maritime de fret entre Cherbourg-Octeville, Southampton (Angleterre) et les îles Anglo-Normandes [5], desservie par le Huelin-Endeavour et le Huelin Dispatch. Faute de trafic suffisant (4 000 tonnes contre 20 000 attendues), elle l'abandonne le 16 mars 2012 [6]. Elle est placée en liquidation judiciaire en août 2013 [7].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Camille Théodore Quoniam, Pour le port de Cherbourg, Impr. E. Domin, Caen, 1921, p. 83.
  2. « 120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009.
  3. « Le car-ferry “Viking 1” a accosté pour la première fois à Cherbourg », La Presse de la Manche, 3-4 mai 1964.
  4. Jean Soumagne, « Cherbourg : la fonction d'escale maritime des touristes britanniques », Norois, n° 82, avril-juin 1974.
  5. Ouest-France, 12 mars 2010.
  6. « La compagnie maritime Huelin-Renouf se retire de Cherbourg », Ouest-France, 6 mars 2012 (lire en ligne).
  7. « Shipping company Huelin Renouf stops trading », BBC News, 20 août 2013.

Articles connexes