Jean-Charles Arnault

De Wikimanche

Jean-Charles Édouard Wilhem Arnault, né à Cherbourg le 21 mai 1910 [1] et mort à Cherbourg-Octeville le 10 avril 2009 [2], est une personnalité artistique et économique de la Manche.

Biographie

Jean-Charles Arnault est le petit-fils de Jean Arnault (1830-1910), officier de la marine marchande, et fils de Charles Arnault (1869-1937), acconier, et de Margaret Mattahaey (1886-1944). Son père meurt accidentellement sur le port de Cherbourg, au quai de France, le 31 juillet 1937, lors d'une opération de déchargement de madriers mal arrimés [3]. Sa mère est tuée le 24 juin 1944 lors d'un bombardement de Cherbourg par les alliés.

Il fait ses études au lycée Victor-Grignard. II prépare l'École des arts et métiers, puis l'école d'hydrographie de Dieppe (Seine-Maritime) et suit le cours Galopin à Paris [4].

Il est dessinateur. Il est remarqué par le peintre Pierre Le Conte (1894-1946). Il expose à la galerie Becquemin (1927).

En 1930, il commence une carrière de marin en embarquant comme matelot sur un pétrolier de la Compagnie auxiliaire de navigation. Il est embauché par la Shell en 1936. En 1945, il devient mécanicien d'armement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé à Dunkerque. En 1946, il est promu capitaine au long cours, puis directeur commercial et commodore. Il prend sa retraite en 1971 et se retire à Tourlaville [4].

En 1980, il écrit une biographie de Pierre Le Conte.

En 1987, il fonde le musée maritime Chantereyne à Tourlaville, près du port des Flamands. Il souhaitait ainsi offrir à Cherbourg un musée maritime que le port n'avait plus depuis l'incendie en 1940 de celui de l'Arsenal.

En juillet 2007, Jean-Charles Arnault cherche des repreneurs pour sauver le musée [5]. L'appel étant resté vain, les collections du musée sont dispersées les 12 et 13 novembre 2008 lors d'une grande vente aux enchères après avoir été exposées à la Cité de la Mer [6],[7]. La vente rapporte 60 000 € [8]. Il fait don aussi de ses dessins à la bibliothèque de Cherbourg, qui lui consacre une exposition à l'automne 2008.

Il survit quelques mois à son musée, et meurt en avril 2009 [9].

Quelques mois après sa mort, ses deux fils, Jean-Charles et Dominique, font don du bénéfice de la vente aux enchères du musée maritime à des associations : 20 000 € à la SNSM de Fermanville, 20 000 € à l'association Amarrages, de Querqueville, 7 500 € pour Dreknor, 7 500 € à l'association Cherbourg Voiles cotentines et 5 000 € pour les pensionnés de la Marine marchande [8].

Notes et références

  1. - Tables décennales - Page 3/431.
  2. « Acte de décès n° 321 - État-civil de Cherbourg-Octeville - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2009.
  3. « Un grave accident au quai de France - Un madrier tombe d'une hauteur de 10 mètres sur M. Arnault qui est mortellement blessé », Cherbourg-Éclair, numéro du 1er août 1937, page 2, consulté le 16 mai 2019 (voir en ligne).
  4. 4,0 et 4,1 Reflets, n° 65, mars 2002.
  5. « Le musée maritime Chantereyne lance un SOS », Ouest-France, site internet, 28 juillet 2007 (lire en ligne).
  6. « Musée Chantereyne : la collection aux enchères », Ouest-France, site internet, 27 octobre 2008 (lire en ligne).
  7. « Chantereyne : les 300 plus belles pièces dispersées », Ouest-France, 13 novembre 2008.
  8. 8,0 et 8,1 « Musée Chantereyne : 60 000 € pour des associations », Ouest-France, 3 décembre 2009.
  9. « Décès du fondateur du musée maritime », La Manche Libre, site internet (lire en ligne).

Article connexe

Lien externe

  • « Le musée maritime de Chantereyne », TV Normandie, 2007 (voir en ligne)