Rubis (Q-265)

De Wikimanche

Le Rubis en rade de Toulon

Le Rubis[1], numéro de coque Q-265, est un sous-marin construit à Cherbourg.

Historique

Lancement

Le Rubis, « sous-marin nucléaire d'attaque 72  » (SNA), classe « Rubis 3 », est mis sur cale le 1er décembre 1976 à l'arsenal de Cherbourg.

Submersible à simple coque, il est construit selon les plans de l'ingénieur Paul Talboutier.

Mis à flot le 7 juillet 1979, le Rubis entre en service le 23 février 1983.

Il est alors et reste jusqu'à son démentèlement le plus petit sous-marin nucléaire du monde, avec une longueur de 73,60 mètres[2].

Accidents

Le 17 août 1993, en remontée périscopique au large de Toulon lors de la prise de vue, le sous-marin est endommagé par le pétrolier Lyria.

Le 30 mars 2007, en plongée au sud de Toulon, le Rubis heurte le fond. Il rentre à quai par ses propres moyens. Après inspection de la coque, il s'avère que l'avant présente des traces d'impacts. Cet accident ne fait aucun blessé parmi l'équipage. Mi-juin 2007, il regagne Brest par ses propres moyens afin d'y subir un longue indisponibilité en raison des dégâts occasionnés le 30 mars. Le dôme sonar endommagé est quant à lui amené à Brest par le T.C.D Foudre. Le Rubis entre en cale sèche jusqu'à l'été 2008.

Démentèlement

Après 34 années au service de la Marine nationale, le Rubis va cesser son activité en 2017 [2][3]. Il est attendu à Cherbourg pour son démantèlement, qui commencera avec la découpe de la tranche réacteur [2][3]. La durée de vie du Rubis, prévue initialement, était de vingt-cinq ans ; elle a été prolongée afin d'éviter une rupture avant l'entrée en service des sous-marins de la classe Barracuda [3]. Le Rubis sera remplacé par le Suffren[2].

Caractéristiques

Caractéristiques
Type de coque Sous-marin à simple coque
Tonnage surface 2 385 t
Tonnage en plongée 2 670 t
Longueur 73,60 m
Largeur 7,60 m
Tirant d'eau 6,40 m
Vitesse en surface 25 nœuds
Vitesse en plongée 25 nœuds
Immersion maximale de sécurité 300 m
Équipage (off. + s-off. + mat.) 8 + 58
Armement 4 tubes de 533 mm + 14 torpilles de 533 mm avec panachage de F17 modèle 2 et SM 39 + Mines
Motorisation 1 réacteur à eau pressurisée + 2 turboalternateurs avec moteur électrique de propulsion de 9 500 ch + 1 moteur Diesel de 450 à 500 kW
Propulsion
Source : .- Caractéristiques, histoire et destin des sous-marins français

Distinction

Le 5 juin 2012, lors d’une cérémonie militaire au monument national des sous-mariniers, le Vice-amiral de Coriolis, amiral commandant les Forces Sous Marines, remet la Croix de la valeur Militaire avec palme de bronze ainsi que des récompenses individuelles. Cette distinction récompense les unités engagées pendant toute la durée du conflit libyen. Les sous-marins nucléaires d’attaque Rubis et Saphir se sont particulièrement distingués dans l’accomplissement des missions qui leur ont été confiées.

Notes et références

  1. Initialement nommé Provence
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 La Presse de la Manche, 2 septembre 2016.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Le sous-marin nucléaire Rubis bientôt désarmé », Ouest-France, 6 septembre 2016.

Lien interne