L'Avranchin

De Wikimanche

Premier numéro, 6 janvier 1856.

L'Avranchin, plus tard Avranchin, est un ancien journal de la Manche basé à Avranches.

Il est publié de 1856 à 1944.

Il est d'abord sous-titré « Messager de Granville, puis Messager d'Avranches et de Granville », et enfin « Journal d'Avranches. Politique, commercial, agricole, annonces judiciaires ».

Histoire

Il est créé par le libraire Henri Tribouillard, qui tient boutique rue des Fossés [1]. Son premier numéro est publié le 6 janvier 1856 [2].

Il paraît chaque semaine selon des formats variables [2].

Il est décrit en ces termes en 1862 par Oscar Havard : « L’Avranchin, sous la férule de l’imprimeur Tribouillard, défendait non sans talent le programme de la démocratie césarienne. » [3].

À la mort de son fondateur, en 1866, le journal est repris par sa veuve, Mariantine Tribouillard, née Bazire [1].

En février 1868, elle fusionne son journal avec le Journal d'Avranches (initialement le Messager de Granville, devenu par la suite le Messager d'Avranches et de Granville) [2]. Puis elle revend le journal et se retire des affaires [1].

À partir de 1882, L'Avranchin publie pour Granville une édition locale: L’Avranchin : Journal d’Avranches, édition de Granville. On ne connaît pas la date à laquelle cette édition s'arrête : le plus vieux numéro connu date du 8 janvier 1905 [2].

Dernier numéro, 2 juin 1944.

En 1927, il critique vivement le Comité national pour la réhabilitation des victimes des conseils de guerre qui milite pour que l'honneur soit rendu aux caporaux « fusillés pour l'exemple » pendant la Première Guerre mondiale [4].

Il continue de paraître pendant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale. Il a son siège... 18, rue du Maréchal-Pétain.

Le 21 septembre 1940, il se réjouit de la promulgation du statut des Juifs en ces termes : « La France avait besoin d'être purgée d'une bande qui la domine, l'exploite depuis longtemps » [5].

Consultation

On trouve une collection à la bibliothèque d'Avranches (1856-1923 et 1927-1944), une autre fragmentaire à Saint-Lô, aux Archives départementales de la Manche, et divers exemplaires à Paris, à la Bibliothèque nationale.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Alphonse Osmond, En flânant dans les rues d'une petite ville, impr. Oberthur, Rennes, 1948, p. 277.
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Françoise Poggioli, Bibliographie de la presse française - 50. Manche, Bibliothèque nationale, 1970.
  3. Oscar Havard, « Souvenir d’un ancien collaborateur de l’abbé Deschamps du Manoir », Le Pays de Granville, 1907.
  4. Le Nouvelliste, 12 février 1927.
  5. Le Didac'doc, n° 56, février 2015.

Lien interne