Bruno Dufour-Coppolani

De Wikimanche

Bruno Dufour-Coppolani, né à Périers le 9 juin 1954[1] est un artiste peintre de la Manche.

Biographie

Fresque de Bruno Dufour-Coppolani sur la tour Groupama.

Titulaire d’un DUT fabrication mécanique et dessin industriel, il est coopérant de 1975 à 1977 à Damas (Syrie) où il expose déjà[2]. De retour en France, il suit une formation de cinq ans aux Beaux-Arts de Rouen, et parallèlement des cours à la Sorbonne[2].

La fresque qu'il réalise en 1987 sur la tour Groupama à Saint-Lô le fait connaître du public[2].

Titulaire de l'agrégation en 1989, il est nommé au lycée Le Verrier de Saint-Lô pour créer une option d'arts plastiques[1].

En 1993, il crée un trompe-l’œil monumental sur une bâche de 200 m², reconstituant les parties manquantes de l'église Notre-Dame ; il s'installe dans un entrepôt voué à la destruction, rue du Mesnil-Croc ; la friche industrielle devient un atelier d'artistes, aujourd'hui connu, Art Plume[2]. Cette bâche est ensuite découpée en 50 fragments devenus autant de tableaux dont certains sont exposés au cabinet médical de Saint-Lô, au tribunal de Coutances ou aux États-Unis[1].

À partir de l'an 2000, pour satisfaire une commande, il s'attache à réaliser 14 stations d'un chemin de croix pour l'église Saint-Jean de Domjean[3].

En 2000, La Haye-du-Puits lui commande la coloration de ses façades de la Reconstruction après la Seconde Guerre mondiale[2].

Entre 2010 et 2014, il élabore le projet de coloration de façades dans le centre ville de Saint-Lô[1] : rues de la Poterne, Dame-Denise et du Château, puis la rue Havin en 2014.

En 2016, neuf de ses portraits de personnes âgées, rencontrées en gériatrie, sont exposés dans la galerie de Caroline Tresca à Paris[3].

En 2020, il prend sa retraite de l'Éducation nationale[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Christophe Leconte, « Bruno Dufour-Coppolani a fait entrer l'art au lycée », Ouest-France, 25-26 juillet 2020.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 « Saint-Lô vue par son colorateur, Bruno Dufour-Coppolani », Côté Manche, 11 mars 2015.
  3. 3,0 et 3,1 Yann Halopeau, « Les peaux de Dufour-Coppolani mises à nu dans une galerie de Paris », Ouest-France, 3 novembre 2016.