Beurrerie Lepelletier

De Wikimanche

Vue du port.
Affiche publicitaire (début 20e s.).

La beurrerie Lepelletier est une ancienne entreprise de la Manche.

L'entreprise est fondée à Sainte-Mère-Église en 1830 par Joachim Lepelletier (1810-1898). Elle connaît une rapide expansion qui contraint à son transfert à Carentan en 1865.

L'entreprise continue de se développer. Elle commence à vendre à l'étranger, notamment en Angleterre, mais aussi au Brésil et en Australie [1]. Ses expéditions contribuent à l'essor du port de Carentan. Joachim Lepelletier bénéficie de l'aide précieuse de sa femme Eugénie, née Le Haguais (1818-1892).

En 1869, l'usine Lepelletier produit 100 000 barils contenant 2 700 tonnes de beurre salé [2].

En 1890, une laiterie-fromagerie La Société fermière, dont le siège se trouve rue Mosselman, produit du lait stérilisé et commercialise le camembert « Le Yacht » et du fromage de type Port-Salut sous la marque « Notre-Dame-de-Carentan », plutôt destinés à la consommation locale [2].

En 1900, la société J. Lepelletier emploie 400 personnes, « soit 10 % de la population carentanaise » [1].

À la mort de Joachim Lepelletier, en 1898, l'entreprise est « une des « toutes premières beurreries de France » [1]. « On y conditionne chaque jour de 30 à 50 tonnes de beurre acheté sur les marches de l'Ouest » [1]. Elle est à la pointe du progrès avec la technique de la stérilisation du lait.

La fille du fondateur, Élisabeth Lepelletier et son mari, Ernest Jules Lécuyer reprennent les rênes de l'entreprise.

En 1923, les Établissements Lepelletier sont rachetés par l'American Milk Produce and Co, qui deviendra plus tard la société Carnation, puis Gloria [1].

En avril 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale, un incendie endommage gravement l'usine.

Au milieu des années 1960, l'entreprise Lepelletier transforme chaque année « près de 50 millions de litres de lait » [1] : la production annuelle atteint environ 100 millions de boites de lait concentré Gloria » [1]. L'usine de Carentan, passée sous le contrôle de Nestlé, ferme à la fin de l'année 1994 [1]. Son activité est transférée à Chef-du-Pont.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7 Louis Regnault, « Zoom sur Carentan », Bulletin de la Communauté de communes de Carentan en Cotentin, n° 17, décembre 2010.
  2. 2,0 et 2,1 Louis Regnault, « Joachim Lepelletier, pionnier visionnaire et capitaine d'industrie », Bulletin municipal de Carentan.