Saint-Germain-des-Vaux

De Wikimanche

Saint-Germain-des-Vaux est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée de La Hague depuis le 1er janvier 2017.

Saint-Germain-des-Vaux.png Blason de la commune déléguée de Saint-Germain-des-Vaux
(commune de La Hague)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
49° 42' 38.16" N, 1° 54' 59.45" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton La Hague
Ancien canton Beaumont-Hague
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Saint-Germagnais(es)
Population 343 hab. (2015)
Superficie 6,36 km²
Densité 54 hab./km2
Altitude 0 m (mini) - 123 m (maxi)
Code postal 50440
N° INSEE 50477
Maire délégué Joseph Cauvin
Communes limitrophes de Saint-Germain-des-Vaux
Mer de la Manche Mer de la Manche Mer de la Manche
Auderville Saint-Germain-des-Vaux Mer de la Manche, Omonville-la-Petite
Auderville Jobourg Omonville-la-Petite

Port Racine à marée haute.
Port Racine à marée haute.


Géographie

Saint-Germain-de-Vaux est une commune côtière au nord et à l'est. Elle est limitrophe d'Auderville le long du ruisseau de l'Ecamet, d'Omonville-la-Petite à l'est, et de Jobourg au sud.

L'habitat dense, construit à partir du XVIIIe siècle, est dispersé en plusieurs hameaux, sans véritable centre ni d'axe névralgique. Parallèle sur un axe est-ouest, la rue de Bas -berceau du village- et la rue de Haut sont reliées par la rue Joignet, la Doucette et le Vallet, orientés nord-sud selon les vallées. A l'écart sur un plateau, le hameau de Danneville[1].

La côté forme deux abris, la Noue, petit, et l'Anse Saint-Martin[1].

Histoire

Probablement nommé Unfridvilla au début du XIIIe siècle, la paroisse prend le nom de Germain l'Auxerrois, qui l'aurait évangilisé lors de son retour d'Angleterre, à moins qu'il ne s'agisse de Germain le Scot. Vaux est le pluriel de val, petite vallée[1].

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[2]. En 2015, la commune comptait 343 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [3] et INSEE [4])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
860 893 910 1 064 1 049 1 020 1 000 939 922 851
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
777 752 684 667 583 570 508 525 520 531
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
502 403 394 383 356 350 313 301 296 240
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
273 489 457 422 428 421 415 408 414 405
2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022
386 366 346 343
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Les maires

Liste des maires de Saint-Germain-des-Vaux depuis 1947
Période Identité Parti Qualité Observations
1947-1977 Louis Levallois
1977-1983 Roger Le Huel
1983-2001 Charles Digard retraité de la Gendarmerie
2001-2008 Alexis Letullier
2008-actuel Joseph Cauvin entrepreneur à la retraite
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Christian Martinet pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [6]
À compléter.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2015).

La mairie (2015).

Adresse : 27 Hameau Es Bizeaux
50440 Saint-Germain-des-Vaux

Tél. 02 33 10 13 20
Fax : 02 33 10 13 29

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (25 août 2012)

Mardi - 14 h - 16 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi 9 h - 10 h -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint Germain.
  • Patron (présentation) : ?
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Le puits du Pigeon

Il a été retrouvé quand le carrefour a été refait. Ce puits a été reconstruit comme celui de Querqueville. Le cylindre sert à remonter de l’eau dans un seau. Il y avait une chaîne qui s’enroulait et qui se déroulait. Les quatre bâtons fixés au cylindre de bois permettaient de remonter de l’eau plus facilement.

Les lavoirs du Pigeon

L’abreuvoir servait à conduire l’eau au lavoir. Il se trouve sur la route du havre de Bombec. Un peu plus haut, on peut voir un ancien lavoir qui a été abandonné.

Port Racine

Port Racine est situé dans l’anse Saint-Martin. Il est situé à quatorze miles à l’ouest de Cherbourg.

Il a été érigé sous Napoléon Ier par le corsaire François-Médard Racine. Les murs sont faits avec des rochers appelés la Verte Roque. À l’extérieur du port se trouve un ancien vivier (réserve de poissons dans la mer).

En 1886, une deuxième jetée fut construite afin de compléter la fermeture du port empêchant le resciage. Mais une partie des bateaux est obligée de rester en dehors et même ceux qui sont entrés y subissent des avaries par le resciage.

Au 19e siècle, les marins ont fait une pétition pour agrandir le port !

Port Racine est le plus petit port de France et le « plus joli du monde » pour les Haguais.

Il peut accueillir 28 bateaux. Des filins (cordages sur lesquels sont amarrés les bateaux) empêchent que le clapot ne les pousse les uns contre les autres.

Port Racine est aussi un lieu de baignade à l’abri du vent.

Hameau Danneville

Au Hameau Danneville, se trouve la plus vieille maison du village avec un vieux puits dans la cour. Dans la rue qui descend dans la vallée des moulins, un vieux puits a été restauré. A côté un four à pain du 13e a été découvert récemment. Dans le village devant une ferme, un soue (pour donner à manger au cochon). Sur certaines maisons, on peut observer des dates. Ces dates ont été gravées par celui qui a bâti la maison. Parfois il y a même un nom.

Jardin Jacques-Prévert

Jardin Jacques-Prévert.

Il est été créé en 1981 par Gérard Fusberti. On y trouve des poèmes du poète des plantes et des fleurs offertes par sa famille et ses amis. Une rivière le traverse, la flore exotique y pousse grâce au climat très doux. Ce jardin est classé remarquable. Il se trouve dans la vallée des moulins. On peut y accéder à pied depuis Port racine ou en voiture à partir du restaurant du moulin à vent. Il est ouvert tous les jours de 14 h à 19 h. Fermé le vendredi sauf en juillet et en août.

Le fort

  • Le fort, au bord de la mer a été construit en deux étapes. On peut reconnaître les vestiges d’un corps de garde de 1661 et un four à varech dans l’enceinte murée du haut. A proximité se trouve une petite chapelle.
  • Le chemin des douaniers fait tout le tour du Cotentin. Les douaniers surveillaient pour empêcher la contrebande (tabac). Il est bordé par endroit de vieux murs typiques, en pierres sèches.
  • Les Herbeuses ( groupe de rochers face au fort) sont, aujourd’hui, une réserve ornithologique. Beaucoup de pêcheurs travaillent autour.

La Cavée et la rue de la Doucette

Dans la rue de la Doucette , on peut voir :

  • des fermes,
  • une pompe,
  • un pressoir.
  • La ferme : vieille maison d’agriculteur abandonnée et en ruine avec de vieux restes.
  • Autrefois, le lavoir servait beaucoup. Les habitants y lavaient leur linge car il n’y avait pas de machine à laver le linge. Les femmes se mettaient à genoux dans une petite caisse en bois garnie de paille pour laver. Elles prenaient des brosses et frottaient les vêtements sur le bord du lavoir.
  • La pompe à eau : on l’abaissait plusieurs fois pour l’amorcer, l’eau sortait. On peut s’en servir car il n’y avait pas l’eau courante dans les maisons.
  • Le chemin : étroit, il fait à peu près 500 mètres avec des murs de chaque côté, peu utilisé.
  • Le pressoir : autrefois, on fabriquait le cidre avec un pressoir à main, on mettait des pommes, on tournait plusieurs fois pour baisser la presse et le jus sortait.

L’église Saint-Germain

Bâtie à la fin du 17e siècle sur l’emplacement de la chapelle Sainte-Pernelle (13e-14e siècles), l'église Saint-Germain est inscrite aux Monuments historiques par arrêté du 18 décembre 1981.

À l’intérieur, subsistent un ancien baptistère, quelques statues dont une de sainte Barbe (femme représentée avec une tour), une perque typique de la Hague et un bateau dédié à saint Germain.

Une cuve carrée dont chaque surface extérieure est sculptée et qui repose en son centre sur un gros fût cylindrique très court, et sur quatre colonnettes auxiliaires placées aux quatre angles et ornées en leur sommet de chapiteaux.

Les Bizeaux

La vieille mairie sert aujourd’hui d’école de musique, de maison et de centre aéré pour les enfants avec la M.J. Elle sert également pour le temps du midi des scolaires.

Voici la nouvelle école de Saint-Germain-des-Vaux. La cantine est maintenant dans les locaux. Les écoles sont regroupées en RPI avec les villages de Jobourg et Auderville. En 2007, il y a 25 élèves à Saint-Germain mais 133 sur le RPI.

La salle des fêtes est en haut de la côte des Bizeaux. Le terrain de bi-cross se situe juste à côté avec un parcours de santé.

- L'eau et le blason
- Le lavoir : autrefois les femmes y lavaient le linge. On s’y mettait à genou dans une caisse en bois remplie de paille. Puis les femmes frottaient et rinçaient.
- Les décorations : c’est une bouteille typique ornée de boutons qui sert de décoration sur certains toits de la Hague.

Blason de la famille La Fouèdre

- Le blason : il provient des ruines du manoir de la Fouédre (ou Fouaidre) situé jadis au bas de la rue d’Auderville vers 1792. La plupart des pierres sculptées furent emportées. Cette pierre, la plus remarquable est posée sur la façade de cette maison. On peut y voir un croissant de sable, des boucles d’or et une tête de sanglier en argent.

D’autres pierres sculptées ornent les façades de plusieurs maisons de la rue de Bas et de la Doucette.

Le puits

On y descendait un seau avec une corde pour prendre de l’eau pour la maison et les animaux car il n’y avait pas de robinet dans les maisons.

Les blockhaus

Il y a plusieurs de blockhaus, tous au bord de la mer.

La Roche Gélétan

La Roche Gélétan.

À la Roche Gélétan a été découvert un site préhistorique, datant du Pléistocène moyen, comprenant structures d'habitation et zones de combustion.

Le moulin à vent

Le moulin est sur la route de Port Racine. Il ne sert plus car les ailes ont disparu. Il a été restauré récemment. En montant en haut du moulin, on peut voir les Herbeuses, l’anse Saint-Martin, la mer, les champs, les maisons anciennes et le sémaphore de la Hague, toujours utilisé. On y découvre toute la pointe de la Hague.

Chapelle Notre-Dame

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

Économie

  • Chantier naval CNA
  • Fabrication de la soude (disparue)
  • Moulins à à huile et moulins à blé (au 19e s.)

Transports

Ligne Manéo
  • Ligne 50 : Ligne estivale de La Hague Cap Cotentin (juillet-août).

Bibliographie

  • Pilastre, « Économie d'Auderville et de Saint-Germain-des-Vaux », Annales de Normandie, tome IV, n° 2, mai 1954
  • Paul Ingouf, « José Luce, capitaine des fraudeurs de Saint-Germain-des-Vaux », Fraudes et trafics en Cotentin, Impr. La Dépêche, Cherbourg, 1970

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Guillaume de Monfreid, Trésors de la Hague : guide de découverte, Cherbourg, Isoète, 2007.
  2. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Population avant le recensement de 1962.
  4. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. René Gautier et 54 correspondants , 601 communes et lieux de vie de la Manche , éd. Eurocibles, 2014, p. 538