Gathemo

De Wikimanche

Gathemo est une commune du département de la Manche.

  • Prononciation. — API : [gat'mo]; transcription francisée : gat-mô.
Commune de Gathemo Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 45' 56.68" N, 0° 58' 33.58" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Mortainais
Ancien canton Sourdeval
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Gathemotin(e)s
Population 240 hab. (2016)
Superficie 10,41 km²
Densité 23 hab./km2
Altitude 230 m (mini) - 367 m (maxi)
Code postal 50150
N° INSEE 50195
Maire Patrick Giroult
Communes limitrophes de Gathemo
Champ-du-Boult (Calvados) Champ-du-Boult (Calvados), Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont (Calvados) Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont (Calvados)
Saint-Michel-de-Montjoie Gathemo Vengeons
Perriers-en-Beauficel Beauficel Beauficel

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme d'origine incertaine, au sujet duquel peu de spécialistes ont osé s'exprimer : silence radio de la part d'Auguste Vincent [42], Auguste Vincent [43], Albert Dauzat [44], Marie-Thérèse Morlet [45] et Ernest Nègre [46].

Seul François de Beaurepaire a fait part de ses considérations à ce sujet [1]. Il rapproche Gathemo de Gratemont à Mesnil-Panneville (Seine-Maritime), dont certaines formes anciennes sont similaires (Gratemou 1223, Gathemo 1238, Gathemou, Gratemo 1244, Grathemo 1248), ainsi que du toponyme italien Chiatamone, ancienne résidence royale. Il ne tire cependant aucune conclusion de ces rapprochements. Il note par ailleurs que la conservation d'un [t] intervocalique, qui aurait normalement dû s'amuir s'il était ancien, suggère un nom tardivement transplanté. De toutes ces remarques, René Lepelley tire un laconique « sens obscur » [47].

À ces rapprochements on pourra ajouter Gatenoë, hameau à Saint-Didier-sous-Écouves dans l'Orne (Gateneau en 1753/1785 sur la carte de Cassini), qui pourrait éventuellement représenter une altération de ce type toponymique (quoique d'autres explications soient possibles).

Une piste ?
☞ Il existe bien dans la toponymie normande un élément gat(t)e d'importation tardive, issu de l'ancien scandinave gata « chemin, passage » [48]. Ce dernier est à l’origine des fréquents types toponymiques Houlgate et Catehoule « chemin creux », « passage encaissé », et on le trouve en outre combiné avec une dizaine d'autres éléments. Il existe donc une possibilité pour que l'on ait ici affaire à un composé de ce genre, le second élément restant pour l'instant indéfini. La difficulté (car il y en a une !) vient du fait que Gathemo ne se situe pas spécialement dans une zone d'implantation scandinave. Cependant, l'emprunt toponymique d'un tel élément reste possible.

Géographie

Histoire

On dénombre trois fiefs à Gathemo en 1640 [8] :

  • le fief de Gathemo, possédé par Robert Malherbe, escuyer.
  • le fief du Moustier, possédé par maistre Richard de La Luzerne.
  • le fief aux Dames, possédé par les relligieuses de l'abbaye blanche de Mortaing.

Après de terribles combats entre la 116e Panzerdivision allemande et la 28e division américaine, Gathemo est libérée, en ruines, le 10 août 1944[49].

Le village est détruit à 90 % par les bombardements de 1944 [50].

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants, ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[51]. En 2016, la commune comptait 240 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [52] et INSEE [53])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
850 740 862 820 876 884 910 881 870 894
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
782 806 724 672 652 652 662 621 659 607
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
555 503 529 506 570 465 485 469 459 420
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
385 312 291 286 285 283 280 278 287 285
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
272 258 245 242 240
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... .......
1800-1808 Michel Mauduit
1808-1816 Jean Davy
1816-1827 E Drudes de Campagnolles
1827-1859 Nicolas François Davy
1859-1862 Jean Auguste Danjou fils du précédent
1863-1883 Pierre Chardin
1883-1884 Pierre Porquet
1884-1885 Auguste Danjou
1885-1885 François Rivière par intérim
1885-1891 Paul Auguste Davy
1891-1898 Louis Laumonier
1898-1908 Victor Ramé
1908-1929 Victor Duguépéroux
1929-1947 Ernest Rivière
1947-1983 Marcel Duval
1983-1995 Michel Briard
1995-actuel Patrick Giroult SE agriculteur
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : Le Bourg
50150 Gathemo

Tél./Fax : 02 33 59 85 06
Courriel : Pas d'adresse mel
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (22 juillet 2012)

Mardi - 14 h - 18 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi 10 h - 12 h -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Économie

  • Carrière de granit bleu
  • La Manchevrette : fromages de chèvre et produits à base de lait de chèvre

Bibliographie

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 120.
  2. Thomas Stapelton, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, Société des antiquaires de Londres, Londres, t. II, 1844, p. 533.
  3. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 145C et 152C.
  4. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 157B.
  5. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 172C.
  6. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 47.
  7. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  8. 8,0 et 8,1 Rôle des fiefs du grand bailliage de Caen (vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire) et de leur possesseurs dressé en 1640, Bulletin Héraldique de France, 1890-1892, p. 53a.
  9. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  10. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  11. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  12. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  13. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  14. 14,0 et 14,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  15. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  16. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  17. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  18. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  19. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  20. 20,0 et 20,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 64b.
  21. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  22. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  23. Carte de Cassini.
  24. Site Cassini.
  25. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  26. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 526b.
  27. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 461.
  28. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Mortain, p. 159.
  29. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 530b.
  30. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 757a.
  31. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  32. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  33. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 380.
  34. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 59b.
  35. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  36. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  37. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  38. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  39. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  40. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  41. Carte IGN au 1 : 25 000.
  42. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929; rééd. Champion, Paris, 1979.
  43. Auguste Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937.
  44. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, s.d., avec supplément de Marie-Thérèse Morlet).
  45. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985.
  46. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, t. II et III, 1991.
  47. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des Îles Anglo-Normandes, éd. Christine Bonneton, 1999, p. 132b.
  48. L’ancien scandinave gata « chemin, passage » est issu du germanique commun °gatwōn « passage », littéralement « action d’aller, de passer », reposant lui-même sur l’indo-européen °ghǝ-t(w)ā-m, forme suffixée de la racine indo-européenne °ghē- < °gheǝ- « laisser aller, relâcher », d’où « être relâché, aller », au degré zéro (cf. anglais to go, néerlandais gaan, allemand gehen « aller »). Le mot gata s’apparente à l’anglais dialectal du Nord gate « chemin, rue », à l’anglais standard gait « allure », ainsi qu’au moyen néerlandais gate, à l’ancien haut-allemand gazza, au moyen haut-allemand gazze (d’où par emprunt le néerlandais moderne gats), à l’allemand moderne Gasse « ruelle », et au gotique 𐌲𐌰𐍄𐍅𐍉 gatwō « voie, chemin ». Il est par contre distinct de l’anglais gate « ouverture, portail, porte (de ville) », d’étymologie différente [germanique commun °gatam], mais avec lequel il est hélas souvent confondu par les toponymistes amateurs et même certains professionnels.
  49. René Gautier et 54 correspondants , 601 communes et lieux de vie de la Manche , éd. Eurocibles, 2014, p. 212
  50. Michel de la Torre, 50. Manche - L'art et la nature de ses 599 communes, éd. Nathan, 1985.
  51. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  52. Population avant le recensement de 1962.
  53. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  54. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.