Blainville-sur-Mer

De Wikimanche

Blainville-sur-Mer est une commune du département de la Manche.

Commune de Blainville-sur-Mer Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 3' 58.30" N, 1° 34' 58.10" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Agon-Coutainville
Ancien canton Saint-Malo-de-la-Lande
Intercommunalité CC Coutances Mer et Bocage
Gentilé Blainvillais(es)
Population 1 633 hab. (2016)
Superficie 11,6 km²
Densité 141 hab./km2
Altitude 1 m (mini) - 67 m (maxi)
Code postal 50560
N° INSEE 50058
Maire Michel Boivin
Communes limitrophes de Blainville-sur-Mer
Mer de la Manche Gouville-sur-Mer Boisroger
Mer de la Manche Blainville-sur-Mer Gratot,
Mer de la Manche Agon-Coutainville Saint-Malo-de-la-Lande

Vue aérienne.
Vue aérienne.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est un anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique, dont l'identification a occasionné de nombreuses divergences chez les spécialistes. Ceci est en partie dû à l'existence de la forme latinisée Blandevilla, variante de Blainvilla, que plusieurs d'entre eux ont considérée, faute d'autres attestations, comme la forme primitive. Phonétiquement, Blainville est incompatible avec un étymon Blandevilla, ce qui a incité François de Beaurepaire [8] à considérer cette dernière forme comme une altération analogique d'un ancien toponyme Blandevilla de la région de Saint-Lô. Les attestations fournies par le cartulaire de Coutances [66] sont parfois ambiguës, mais semblent néanmoins laisser penser qu'il s'agit du même toponyme, noté parfois Blainvilla, parfois Blandevilla. En tout état de cause, il y a de fortes chances pour que Blandevilla représente une réfection secondaire de Blainvilla, et qu'il ne faille donc considérer que cette dernière forme pour établir une quelconque étymologie.

On a donc fait au sujet du nom de Blainville-sur-Mer les hypothèses suivantes :

  • Nom de personne francique Bladin [67], solution préconisée entre autres par Albert Dauzat [68], puis sa disciple Marie-Thérèse Morlet [69]. Bladin explique sans conteste la forme Blainville. Par contre, la leçon Blandevilla, première attestation connue des auteurs et retenue par eux, n'est pas explicitée, mais doit implicitement représenter une altération graphique du prototype.
  • Nom de personne francique °Blidwin [70] ou °Blad[w]in [71], proposé par Adigard des Gautries et Lechanteur [7] qui doutent de l'attestation Blandevilla (on ne sait s'ils pensent à une forme altérée ou à une identification erronée). On peut dire à ce sujet que °Blidwin aboutit normalement à °Blinville, dont °Blainville serait alors une réfection graphique très précoce dont les motivations resteraient inexpliquées. L'hypothèse °Blid[w]in semble impliquer que les auteurs ne connaissent pas ou ne veulent pas reconnaître la possibilité d'un dérivé diminutif Bladin, pourtant clair et attesté. Il est vrai qu'à l'heure où ils publiaient l'article, l'ouvrage de Marie-Thérèse Morlet [72] ne l'était pas encore.
  • Nom de personne anglo-saxon Blein, Bleyn, envisagé par François de Beaurepaire [8]. Ce nom représente un emprunt anglo-saxon au scandinave Blæingr, et donc un nom anglo-scandinave [73]. On sait que François de Beaurepaire a souvent mis l'accent dans ses travaux sur la présence de noms d'Anglo-Saxons dans la toponymie normande [74]. Pour cette raison, il privilégie volontiers cette solution, qui reste possible mais indémontrable. Cette vision des choses est reprise par René Lepelley [75], qui la simplifie cependant à outrance en parlant d'un « nom de personne […] scandinave Blein », ce qui est incorrect.

Une chose est certaine : la forme Blandevilla ne peut expliquer Blainville (elle aboutirait à °Blanville). Qu'il s'agisse d'une altération graphique ou d'une mauvaise identification, elle est donc à ignorer. Reste que la première hypothèse (Blandin) et la troisième (Blein / Bleyn) conviennent, et qu'il n'est pas possible, pour l'instant, de choisir objectivement. En effet, si un nom anglo-scandinave est tout à fait plausible, il n'est en aucun cas obligatoire.

Il existe deux autres communes homonymes en Normandie : dans le Calvados (Bainville-sur-Orne) et la Seine-Maritime (Blainville, aujourd'hui Blainville-Crevon). Après une première tentative infructueuse, de la part de Louis Du Bois, pour ajouter un élément distinctif au toponyme de la Manche (Blainville-le-Havre en 1828, d'après le port naturel dit Havre de Blainville), le déterminant -sur-Mer a été ajouté en 1936, à des fins à la fois différenciatives et touristiques.

Géographie

Histoire

En 1790, Blainville fut créé chef-lieu de canton, puis remplacé en 1801 par Saint-Malo-de-la-Lande.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [76], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[78]. En 2016, la commune comptait 1 633 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [79] et INSEE [80])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 834 1 877 1 951 1 778 1 770 1 838 1 783 1 651 1 735 1 543
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 708 1 704 1 703 1 711 1 668 1 545 1 526 1 512 1 525 1 419
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 296 1 075 1 152 1 082 1 087 1 159 932 968 974 953
1982 1990 1999 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
1 016 1 113 1 319 1 483 1 525 1 596 1 590 1 583 1 576 1 569
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
1 564 1 586 1 610 1 634 1 633
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[81] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1791 Pierre-Denis Moulard
1791-1792 Jacques Quesnel
1792-1795 Guillaume François Bucaille
1795-1815 Louis Charles Robin
1815-1824 Jean-Baptiste Foubert
1824-1829 Charles Ménard Louis
1829-1831 Abel Julien Guillot
1831-1841 Jean Zacharie Héron propriétaire
1841-1858 François Quesnel
1858-1873 Sénateur Almire Bucaille propriétaire
1873-1881 Joseph Jean Baptiste Lefournier
1881-1899 Charles Désiré Guillot
1899-1908 Frédéric Calenge
1908-1919 Camille Clermont Niobey
1919-1925 Auguste Paul Lecuir
1925-1934 Auguste Louis Leroutier
1934-1945 Jean Michel Vallée
1945-1963 Delphin Charles Servule
1963-1967 Michel Claude Letellier
1967-1971 Henri Lecannelier
1971-1995 Roger Mauger
1995-actuel Michel Boivin DVD professeur des universités historien
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
La mairie.

La mairie.

Adresse : 1 rue de l’Église - Le Bourg
50560 Blainville-sur-Mer

Tél. 02 33 47 11 44
Fax : 02 33 46 72 90
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire : Page sur le site de la communauté de commune
Source : Annuaire Service-Public (10 mars 2012)

Mardi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
Mercredi 8 h - 12 h -
Jeudi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
Vendredi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h
Samedi - -


Éducation

  • École primaire (de la petite section maternelle au CE2).

Cette école était auparavant divisée en deux : une partie était placée devant le cimetière, la deuxième partie était située à la place du Mascaret (pour les plus petites classes). Depuis 2003, l'école est regroupée en un seul bloc.

Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : le chantre de la cathédrale de Coutances, en raison de son canonicat, et de sa prébende de Blainville.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

L'église Saint-Pierre
  • Manoir de Gonneville (15e/16e s.) : logis en équerre, tourelle d'escalier polygonale, deux cheminées monumentales.
  • Église Saint-Pierre
  • Chapelle des marins de Gonneville : ex-voto marins, Vierge (15e/16e s.)
  • Maisons de pêcheurs et de marins
  • Rue de Bas, appelée « rue des Libraires » pour avoir accueilli à la fin du 19e siècle les maisons de marchands de vieux livres et d'estampes telles que le Clos des Pommiers, les Glycines et le Château des Ruettes, propriété des Garnier
  • Plage de Gonneville
  • Plage de sable fin et dunes.
    Dune de Blainville avant sa disparition.
Paysage de Blainville.

Gastronomie

  • Blainville-sur-Mer abrite le seul restaurant étoilé au guide Michelin de la Manche. Le Mascaret, de Philippe Hardy, a obtenu son étoile en 2009.

Économie

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Transports

Liaisons routières

Ligne Manéo
  • Ligne 53 : Ligne estivale de la Côte des Isles au Coutançais (juillet-août)

Sports

  • Football : ASJ Blainville-sur-Mer (en sommeil).

Bibliographie

Livres
  • Henri Lechanoine, Blainville-sur-Mer... et son passé, Arnaud-Bellée, 1973
Articles
  • Rémy Villand, « Marins, colporteurs et notables de la région de Blainville-sur-Mer », Revue du département de la Manche, n° 46 et 47, 1970

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 77, § 6.
  2. Ibid., p. 116, § 28.
  3. Corrigé en Blandevilla sur trois versions différentes.
  4. Marie Fauroux, op. cit., p. 405, § 214.
  5. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 510-511, § 348.
  6. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 81. Il s'agit en fait de la transcription du document précédent, d'après les notes de Léopold Delisle. Peut-être s'agit-il d'une mauvaise leçon ?
  7. 7,0 et 7,1 Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XIII (juin 1963), § 337.
  8. 8,0 8,1 et 8,2 François de Beaurepaire, op. cit., loc. cit.
  9. Cette attestation est considérée par François de Beaurepaire (op. cit., loc. cit.) comme distincte; l'auteur y voit un lieu non identifié proche de Saint-Lô, ce que le contexte semblerait suggérer. Mais Julie Fontanel (op. cit., p. 411, § 273) l'identifie sans état d'âme, et sans doute avec raison, à Blainville-sur-Mer, car il semble bien qu'il s'agisse du même lieu que celui qui se trouve mentionné dans la charte de 1056/1066.
  10. Julie Fontanel, op. cit., p. 411, § 273.
  11. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 269A.
  12. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, op. cit., p. 361E.
  13. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 382G.
  14. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 191, § LV.
  15. Julie Fontanel, op. cit., p. 525, § 354.
  16. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BnF].
  17. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  18. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 2, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  19. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  20. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  21. Nicolas Sanson, Carte de la Manche faite par ordre du Roy pour le service des armees de mer. Reveue et corrigee par le Sr. Sanson a Paris chez Hubert Jaillot, Paris, 1692.
  22. Greenville Collins, Chart of the channell, Manche, 1693 [BnF, Collection d'Anville, cote 00757].
  23. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  24. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  25. Justus Danckerts (1635-1701), Canalis inter Angliae et Galliae tabula cum omnibus suis portibus, arenis et profundis, Amsterdam, 1692/1699.
  26. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  27. Carte de la Manche, 18e s. [BnF, collection d'Anville, cote 00761 B].
  28. 28,0 et 28,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, vol. II, Saugrain, Paris, 1709, p. 59a.
  29. 29,0 et 29,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  30. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  31. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  32. 32,0 et 32,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 58a.
  33. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BnF, collection d'Anville, cote 00762 B].
  34. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  35. Herman van Loon, D2.me [= Deuxième] carte particuliere des costes de Normandie contenant les costes du Cotentin depuis la Pointe de la Percée Jusqu'a Granville ou sont Comprises les Isles de Jersey, Grenezey, Cers, et Aurigny, avec les Isles de Brehat. Comme elles paroissent a basse Mer dans les grandes marées, Atlas Van Keulen, Amsterdam, 1753 [BnF]
  36. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  37. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  38. 38,0 et 38,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. I, 1763, p. 645b.
  39. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  40. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  41. Jean de Beaurain, Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778 [BnF, collection d'Anville, cote 00766 B].
  42. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  43. Carte de Cassini.
  44. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791.
  45. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  46. Site Cassini.
  47. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  48. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. I, p. 127b.
  49. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 349b.
  50. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 396.
  51. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 144.
  52. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  53. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 158a.
  54. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 336a.
  55. Annuaire de la Manche (1837), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 23.
  56. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  57. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  58. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 355.
  59. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52b.
  60. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  61. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  62. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  63. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  64. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  65. Carte IGN au 1 : 25 000.
  66. Julie Fontanel, op. cit.
  67. Dans cette hypothèse, l'anthroponyme Bladin, attesté en Gaule sous la forme latinisée Bladinus, formes évoluées Blainus, Blaynus, est un diminutif de Blado, hypocoristique des noms dont le premier élément est blad-, diversement expliqué : soit par le germanique °blaðam « feuille; lame », et plus tardivement « lame de l'épée » (cf. anglais blade, allemand Blatt, etc.), soit par un radical apparenté à l'ancien haut-allemand blāt et l'ancien anglais blǣd « souffle; force, prospérité »; cf. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 58a.
  68. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 86b.
  69. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 263b.
  70. Nom de type francique non attesté, combinaison des éléments blid- « heureux, joyeux » et -win « ami ».
  71. Nom de type francique non attesté, combinaison des éléments blad- « feuille; lame (de l'épée) » ou « souffle; force, prospérité » et -win « ami ».
  72. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968.
  73. L'ancien norois Blæingr est initialement un surnom issu de l'ancien islandais blár « bleu, sombre », souvent utilisé pour évoquer la couleur des cadavres ou des ecchymoses. Il est bien attesté en Islande à date ancienne. Cf. Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968. p. 58; Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 8.
  74. Cf. par exemple François de Beaurepaire, « Les noms d'Anglo-Saxons contenus dans la toponymie normande », in Annales de Normandie X, 1960, p. 307-316; « Quelques finales anglo-saxonnes dans la toponymie normande », in Annales de Normandie XIII, 1963, p. 219-136.
  75. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 69b.
  76. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  77. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  78. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  79. Population avant le recensement de 1962.
  80. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  81. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  82. «120 ans en Cotentin 1889-2009 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 95.