Pierre Godefroy (1915)

De Wikimanche

Pierre Godefroy.

Pierre Godefroy, né à Octeville-l'Avenel le 4 juillet 1915 et mort à Lestre le 13 janvier 1992, est un homme politique et un journaliste de la Manche.

Biographie

Né dans une famille paysanne originaire de Lestre, il est élève de l’école d’agriculture de Montebourg, puis du collège de Valognes, où il obtient le baccalauréat en 1937, mais il ne sera jamais agriculteur tout en restant paysan dans l’âme. À peine est-il libéré, en février 1939, de son service militaire, effectué dans l'aviation, qu'il est mobilisé pour la Seconde Guerre mondiale [1]. Fait prisonnier par les Allemands, il tente sept fois de s'évader avant d’être interné en Pologne, dans le terrible camp de Rawa-Ruska d’où il parvient à s’évader pour de bon [2]. Il regagne la France via l’Ukraine et l’Italie. Il raconte cette courageuse épopée dans son premier ouvrage, Comme la feuille au vent [3].

Pierre Godefroy devient journaliste en 1950 à La Presse de la Manche et au Réveil [2], où il crée la rubrique agricole « Notre terre normande »[1].

En 1958, l'ancien prisonnier de guerre séduit Malraux puis de Gaulle, qui lui propose de se lancer dans la politique [2]. Il est élu député de la Manche dans la circonscription de Valognes, sous l'étiquette UNR (1958-1967), puis UD-Ve République-UDR (1967-1978), et RPR (1978-1988), dont il est membre fondateur. Il est signataire de l'« appel des 43 » en faveur d'une candidature unique de Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle de 1974. Il est de ceux qui, à droite, votent contre la loi Veil instituant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et au nombre des soixante parlementaires qui, le 20 décembre 1974, saisiront sans succès le Conseil constitutionnel pour faire censurer la loi votée (rejet du Conseil constitutionnel du 15 janvier 1975). Il défend une loi portant son nom, prévoyant la prise en compte de la qualité du lait pour la fixation du prix.

Conseiller municipal de Valognes à partir de 1965, il est maire de Valognes de 1977 à 1983 [2]. Il lance notamment la Zone d'activités d'Armanville. Il siège également au Conseil général de la Manche de 1968 à 1979 et au Conseil régional de Basse-Normandie de 1974 à 1986.

Il est le fondateur, avec son ami et collègue journaliste Jean Mabire et Didier Patte, de l'Union pour la région normande (URN), devenu Mouvement normand, et du Prix Alexis-de-Tocqueville avec le soutien de Valéry Giscard d'Estaing.

Il est enterré à Quinéville.

Mandats

Député de la Manche
  • 30/11/1958 - 09/10/1962 : Union pour la nouvelle République
  • 18/11/1962 - 02/04/1967 : Union pour la nouvelle République-UDT
  • 05/03/1967 - 30/05/1968 : Union démocratique pour la Ve République
  • 23/06/1968 - 01/04/1973 : Union des démocrates pour la République
  • 11/03/1973 - 02/04/1978 : Union des démocrates pour la République
  • 19/03/1978 - 22/05/1981 : Rassemblement pour la République
  • 14/06/1981 - 01/04/1986 : Rassemblement pour la République
  • 16/03/1986 - 14/05/1988 : Rassemblement pour la République
Conseil municipal de Valognes
  • 1965-1977 : membre
  • 1977-1983 : maire
Conseil général de la Manche
  • 1968-1979 : membre
Conseil régional de Basse-Normandie
  • 1974-1986 : membre

Œuvres

  • Comme la feuille au vent : un normand au pays des tziganes, 1948 (souvenirs de guerre)
  • Notre-Dame de l'Étoile, 1960
  • Roi sur sa terre, 1975 (reprise de ses chroniques de La Presse de la Manche)
  • Notre patrie européenne, 1977
  • Laudes à Saint-Michel du Péril, éd. Heimdal, 1981
  • Le Bateau du père, 1989

Hommages

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Le Viquet consacré à Pierre Godefroy », Ouest-France, 30 juillet 2015.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 « La ville rend hommage à Pierre Godefroy », Ouest-France, 19 janvier 2001.
  3. Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1.

Liens internes

Lien externe