Jean-Jacques Quesnel-Morinière

De Wikimanche

Jean-Jacques Quesnel-Morinière (uniquement Quesnel pour l'état civil ; Morinière est une partie du nom de son épouse), né à Coutances le 24 avril 1765 et mort dans la même commune le 23 janvier 1852 [1], est une personnalité de la Manche.

Biographie

Il est le fils de Jacques Benoit Quesnel (1726-1782), sieur de la Boudière, lieutenant général criminel au bailliage et au siège présidial de Coutances, et de Madeleine Simon originaire de Saint-Lô [2].

Il se marie en 1794 avec Marie-Charlotte Christy dont la famille est originaire de Pirou, son père étant magistrat, né à Coutances [2]. Ils eurent deux enfants, Monique en 1795 et Adelphe en 1803 [2]. Le couple devient propriétaire de l'hôtel particulier de Poupinel, datant du 17e siècle, situé rue des Cohues [2].

Connétable du roi, propriétaire vivant de ses biens, il est sous la Monarchie de Juillet (1830-1848) le plus riche Coutançais [3].

Il achète l'ancienne seigneurie médiévale du XIIIe siècle ayant appartenu à Guillaume de la Mare et, en 1841, y fait construire un « édifice de style palladien », le château de la Mare.

En 1850, il lègue à la ville de Coutances l'hôtel particulier de Poupinel et son parc à condition qu'ils deviennent d'utilité publique [4]. La ville y abrite son musée, auquel elle donne le nom de son bienfaiteur [4]. Elle fait du parc entourant l'hôtel un jardin public [4].

À son décès, il possède à peu près « mille hectares de terres, dont six cent concernaient celles du château de Pirou ainsi que les marais de Pirou et de Geffosses »[2].

Il est inhumé au cimetière Saint-Pierre à Coutances où sa sépulture est encore visible.

Hommages

Notes et références

  1. AD50, NMD Coutances, 1851 - 1853 (5 Mi 1732) page 96/293 Acte de décès n° 16 (lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 Marc Andersson et Véronique Goulle, « Quesnel-Morinière, un illustre Coutançais », Ouest-France, 20 janvier 2022.
  3. Jean Quellien, « Coutances en 1836 », Annales de Normandie, 36e année n°3, 1986, p. 253-278. En ligne.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 René Le Texier, Coutances, histoire et description, éd. Ocep, 1973, p. 73.

Article connexe