Îles Saint-Marcouf

De Wikimanche

Chargement de la carte...

Les îles Saint-Marcouf forment un archipel situé sur la côte est du département de la Manche.

Elles se composent de deux îles :
- l'Île de Terre : 3,40 hectares, réserve ornithologique
- l'Île du Large, sur laquelle a été construit un fort militaire (19e), aujourd'hui abandonné.

Elles sont rattachées administrativement à la commune de Saint-Marcouf en 1987.

Elles appartiennent aujourd'hui au domaine privé de l'État ; l'île du Large est interdite au public depuis 1999, pour des raisons de sécurité, du fait de la dégradation importante des fortifications.

L'île du Large est classée « monument historique » par arrêté du ministre de la Culture du 25 janvier 2017 [1].

Géographie

En couverture du n°228 de la Revue de la Manche

Seules îles de la côte est de la Manche, l'archipel se situe dans la baie de Seine sur la côte est de la Manche, à 6 kilomètres au large de Ravenoville, 14 kilomètres au sud de Saint-Vaast-la-Hougue et à 12 kilomètres au nord de Grandcamp-Maisy (Calvados).

Histoire

L'archipel doit son nom à saint Marcouf qui venait y faire carême au VIe siècle. Après sa mort, les îles appartiennent au monastère de Nanteuil, fondé par saint Marcouf, puis passent dans le domaine de l'abbaye de Saint-Wandrille et enfin dans celui de l'abbaye Saint-Vigor de Cerisy[2].

En 1424, des religieux de l'ordre de Saint-François, les Cordeliers, venus de Chausey, s'établissent aux îles Saint-Marcouf[2]. Ils partent définitivement en 1477[2].

Occupées par les Britanniques au XVIIIe siècle, qui empêchent par cette position le commerce sur la côte normande, les îles Saint-Marcouf sont restituées à la France en 1802.

Elles sont fortifiées sur l'ordre de Napoléon Ier, entre 1802 et 1867. Le fort de l'île de Large, 54 mètres de diamètre, est équipé de 46 bouches à feu sur deux étages. Il est protégé par des douves de 12 mètres de large, creusées dans le roc.

Après la Guerre franco-prussienne de 1870, la garnison est évacuée, n'y restent que des prisonniers de la Commune[3].

Jusqu'alors sans statut juridique clair, l'île du Large est remise au ministère des travaux publics en 1893, et l'île de Terre au ministère de l'instruction publique en 1897, puis affectée au Muséum d'histoire naturelle[3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande s'y installe et détruit le fort de l'île du Large pour en interdire l'entrée. Deux escaliers à vis sont vandalisés à cette époque. Elle pose également de nombreuses mines bondissantes (mine-S (Schrapnellmine) sur les grèves. Le 6 juin 1944, deux heures avant l'heure H, quatre soldats américains, les caporaux H. Olsen et M. Kensie, le sergent J. Zanders et le soldat T. Elleran, tous du 4th Cavalry Squadron, débarquent sur l'île pour la neutraliser et la trouvent abandonnée par les Allemands [4]. Un groupe de soldats américains y prend position un peu plus tard. Mais les mines laissées en place causent la mort de deux GI's et en blessent dix-sept autres. Le 21 mai 2014, une plaque est inaugurée par le Conseil général de la Manche, qui rappelle ces faits d'armes [5].

En 1967, le muséum d'histoire naturelle autorise la création dune réserve ornithologique[3].

Les îles Saint-Marcouf et le domaine maritime correspondant sont classés parmi les sites depuis 1983, pour la qualité architecturale des ouvrages de l'île du Large et les richesses naturelles de l'île de Terre sur une superficie totale de 220 ha ; elles sont rattachées à Saint-Marcouf en 1987[3].

La digue et les fortifications sont laissées à l'abandon. Une étude menée en 2004 chiffre les travaux de remise en état à 30 millions d'euros. L'association des Amis de l'île du Large Saint-Marcouf, créée en 2003, lance une opération de restauration des digues en 2009.

Les deux îles intègrent le réseau européen Natura 2000 en 2005[3].

Lieux et monuments

Personnalités liées à l'archipel

Décès

Autres

  • Georges de Caunes (1919-2004) : dans les années 1960, le journaliste y vécut en solitaire dans le cadre d'une émission de radio.

Hommages

Association

Bibliographie

  • J.-L.B. Mayeux, Notice historique sur les îles Saint-Marcouf, Valognes, 1810
  • Geneviève Le Blond, « Les îles Saint-Marcouf pendant la Révolution », Ouest-France, 28 août 1963
  • Edmond Thin, « Les îles Saint-Marcouf, un archipel chargé d'histoire et qui mérite d'être sauvegardé », Vikland, n° 22, août 2017
  • Edmond Thin, « La redoute de Saint-Marcouf », Vikland, n° 22, août 2017
  • Éric Barré, « Quand les îles Saint-Marcouf faillirent entrer dans l'ère industrielle », Revue de la Manche, n° 228, 2e trimestre 2015

Notes et références

  1. « Saint-Marcouf : l'île du Large classée monument historique », Ouest-France, 12 avril 2017.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 A. Benoist, « Les Cordeliers de Valognes (1477-1790) », Mémoires de la société archéologique de Valognes, 1885, t.IV, p. 37-54 (lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 et 3,4 Dreal de Basse-Normandie, « Site classé n° 50028 », Caen, septembre 2013 (lire en ligne)
  4. « Saint-Marcouf, première terre normande libérée », La Manche Libre, site internet, 22 mai 2014.
  5. Camille Ferronnière, « Une plaque commémorative sur l'île du Large », Ouest-France, site internet, 21 mai 2014.

Lien interne

Liens externes