Liberty ship

De Wikimanche

Liberty ship est le terme employé pour désigner les cargos construits par les États-Unis pendant et après la Seconde Guerre mondiale pour soutenir l'effort de guerre allié puis sous forme d'aide matérielle dans le cadre du plan Marshall.

Histoire

La construction de navires est initiée par le président américain Franklin Roosevelt en 1940-1941. L'idée est de ravitailler rapidement et massivement le Royaume-Uni. La construction doit donc impérativement être rapide. C'est ainsi que les cargos, vite appelés liberty ships, sont construits dans les arsenaux américains en l'espace d'une quarantaine de jours[1].

La plupart du temps, le liberty ship quitte les États-Unis avec une cargaison de locomotives, chars ou autres véhicules militaires. La configuration du bateau permet également le transport de troupes ou de carburant.

Aprés la guerre, une nouvelle dénomination apparait : victory ship. Les cargaisons sont alors destinées à la reconstruction dans le cadre du plan Marshall dont la France est bénéficiaire. Les accords Blum-Byrnes, signés le 26 mai 1946, marquent un tournant : la France obtient des États-Unis la cession de 75 bateaux qui s'ajoutent au 11 cargos américains navigant déjà sous le pavillon de la Compagnie générale transatlantique. Les bateaux sont confiés par le gouvernement à différents armateurs, 21 d'entre eux à la Compagnie générale transatlantique qui porte sa flotte de liberty ships à 32 unités. Ces navires portent tous le nom de villes françaises bien souvent manchoises et/ou ayant un rapport avec les opérations militaires de la Seconde Guerre mondiale[2].

Liste des liberty ships de la Manche

Les autres liberty ships sont :

  • Auray
  • Argentan
  • Bayeux
  • Beauvais
  • Bernières
  • Brest
  • Courseulles
  • Dieppe
  • Domfront
  • Falaise
  • Grandcamp[3]
  • Isigny
  • Lisieux
  • Pont-Audemer
  • Pont-l'Évêque
  • Port-en-Bessin
  • Rouen
  • Saint-Malo
  • Saint-Valéry
  • Sein
  • Troarn
  • Trun
  • Vire



Notes et références

  1. La propagande américaine annonce un temps de construction largement réduit, abaissé quelquefois à seulement 24 heures.
  2. frenchlines.com (Lire en ligne)
  3. Le Grandcamp est responsable d'une des plus grandes catastrophes industrielles de l'Histoire. Un incendie à bord du cargo provoque une série d'explosions qui dure six jours. On dénombre 600 tués et 3 000 blessés. Le port de Texas City (États-Unis) est complètement détruit.