Saint Marcouf

De Wikimanche

Saint Marcouf, né à Bayeux (Calvados) vers 500 et mort le 1er mai 588 aux îles Saint-Marcouf, est une personnalité religieuse de la Manche.

Il est ordonné prêtre par Possesseur, évêque de Coutances. Abbé bénédictin[1], il évangélise le Cotentin et les îles de la Manche.

Il envoie saint Hélier convertir les habitants de Jersey au christianisme. Il fonde un important monastère à Nantus (aujourd'hui Saint-Marcouf-de-l'Isle).

Il visite Jersey où des miracles lui sont attribués.

Il est connu pour la guérison des écrouelles (forme de tuberculose).

Lors des invasions normandes, ses reliques, considérées comme miraculeuses, sont transférées de Nantueil à l'abbaye de Corbény en Champagne. A partir de Jean le Bon, celles-ci font l'objet d'un pélerinage royal après les cérémonies de couronnement à Reims, initiant la tradition de l'imposition des mains. Sous Charles X, les reliques sont transférées à l'hôpital Saint-Marcoul de Reims[1].

Patron des apothicaires, célébré le 1er mai, il est représenté en abbé, un malade agenouillé à ses pieds[1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Jacques Baudoin, Grand livre des saints culte et iconographie en Occident, Éditions Créer, 2006.

Bibliographie

  • Pierre Flobert, « Saint Marcouf, de Childebert Ier à Charles X », Corona Monastica : Moines bretons de Landévennec : histoire et mémoire celtiques. Mélanges offerts au père Marc Simon [en ligne], Presses universitaires de Rennes, 2004 (lire en ligne)