Au temps des gabares dans la Manche

De Wikimanche

Carentan.jpg

Un itinéraire fluvial au temps des gabares dans le département de laManche.

L'histoire de la navigation fluviale dans la Manche

La navigation fluviale dans le département de la Manche au 19e siècle jusqu'à 1925 est relativement importante. Les communications dans les marais du Cotentin sont difficiles jusqu'à une période récente. Le pont d'ouve de la route nationale de Carentan à Cherbourg est construit en 1807, le chemin de fer se développe en 1860. La navigation fluviale a longtemps été utilisée car moins coûteuse et plus commode. Les échanges commerciaux se développent avec l'aménagement progressif des cours d'eau de la Douve, le canal de Vire et Taute permettant de relier la Taute à la Vire en 1839. Les gabares naviguent de Saint-Sauveur-le-Vicomte jusqu'à Pont-Farcy en transportant toutes sortes de matériaux : sable, chaux, poterie, tangue, pavé, etc.

Qu'est-ce qu'une gabare ?

La gabare est un bateau à fond plat dont la longueur varie de 10 à 18 mètres. Les moyens de propulsion sont variables au vent portant grâce à une voile carrée hissée à un mat amovible pour le passage des ponts. Le courant est utilisé avec un long gouvernail de 8 à 9 mètres appelé le grelin. Le bateau est tiré par un matelot ou un cheval c'est le halage. Le moteur a fait son apparition juste avant 1914, mais reste peu utilisé à cause de la faible profondeur de certains endroits.
L'équipage est constitué de 2 à 3 nautoniers. 91 gabares sont répertoriées entre 1801 et 1857 dans le registre des matricules des bâtiments.
Des témoignages de cartes postales anciennes nous permettent de remonter le temps de cette navigation des cours d'eau au début de 20e siècle.

Un parcours de découverte au temps des gabares

Aujourd'hui si vous voulez suivre l'itinéraire d'une gabare, vous devrez emprunter un kayak pour naviguer sur les rivières de la Douve, la Taute et la Vire en partant de Saint-Sauveur-le-Vicomte jusqu'à Pont-Farcy (Calvados). Pour les moins sportifs, deux bateaux à passagers, le Barbey d'Aurevilly II et La Rosée du soleil proposent des balades commentées dans le marais. L'embarquement sur La Rosée du soleil se fait à Saint-Hilaire-Petitville. Vous découvrez lors d'une demi-journée la Taute jusqu'à Tribehou. Le deuxième embarquement du Barbey d'Aurevilly II est au Port Jourdan, à coté du pont d'Ouve à Saint-Côme-du-Mont. La balade va jusqu'à Longuerac, petit hameau où des pêcheries importantes se trouvaient autrefois. La flottille des gabares s'y arrêtait.

La Douve à Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Saint-Sauveur-le-Vicomte est le point de départ. Au pont de la Douve, d'anciens quais pour charger les gabares de sable et de pavé sont encore existants.

En continuant le petit village de Longuerac en bord de rivière est reposant. Une auberge normande accueille les passagers en balade sur l'eau. Après Pont-l'Abbé, des lieux-dits s'appellent Port Patrix, Port Beury, Port Butor. Le village de Beuzeville-la-Bastille est pittoresque. Un ancien lavoir à étage est à observer. Après le pont, le château de l'Isle-Marie se reflète dabns l'eau lors de la période hivernale, quand le marais est « blanc ». À Carquebut, au port, des « godets », ces barques typiques du marais, sont amarrées. Liesville-sur-Douve est une étape bien connue, des aménagements pour accueillir les promeneurs du marais sont mis en place. Le balcon du cimetière offre une vue imprenable du marais, notamment en hiver quand il est inondé. Au pied des anciens fours à chaux, le bateau Barbey d'Aurevilly II y fait une escale.

Liéville.

En continuant, deux anciens bacs sont visibles afin d'acheminer les bêtes d'une rive à l'autre. Arrivé à Carentan, vous êtes dans la capitale du parc des marais. Un port de plaisance important abrite les bateaux. Les plaisanciers sont obligés de prendre le canal du Haut Dick pour rejoindre la mer vers la baie des Veys. À l'écluse du Haut dick, la Douve forme un coude où se jette la Taute. En continuant vers le sud, à Saint-Hilaire-Petitville, le bateau La Rosée du soleil vous emmène vers l'ancienne écluse des ormes de l'embouchure de la Taute et du canal de Vire et Taute. Dans une ancienne maison éclusière restaurée, y sont présentées des expositions sur l'histoire et l'importance de la navigation des rivières, ainsi que les modes actuels de gestion des marais. Le canal a été creusé de 1836 à 1839.

En continuant sur la Taute, vous accosterez au port Saint-Pierre à Tribehou. À pied vous irez dans le village et vous y verrez sous un abri en terre recouvert d'un toit de chaume les restes d'une ancienne gabare. Elle a été construite en 1908 et fût l'une des dernières à naviguer en transportant notamment de la tangue.

Vestige d'une gabarre à Tribehou.

En repartant vers le canal Vire et Taute, il est navigable jusqu'au lieu dit La Tringalle. L'ancien chemin de halage permet de longer le canal en passant par le port des Planques, l'ancien château de la rivière en ruine, jusqu'à l'embouchure avec la Vire. Ce sentier permet d'observer le marais et des espèces d'oiseaux (cigognes ).

La Vire à Saint-Fromond.

À la jonction du canal au lieu-dit du Porribet, d'anciens fours à briques et de tuiles font état d'une industrie importante sur Saint-Fromond.

Vous êtes sur la Vire. À Airel, vous êtes à la limite du Cotentin et du Bessin. À bord de votre embarcation, vous observerez à La Meauffe les fours à chaux de La Roque-Genêts et les claies de Vire, un barrage où se fait le passage des poissons migrateurs (saumons et anguilles ). Sur le secteur de Saint-Lô, au Maupas, une ancienne maison éclusière, dans la ville deux écluses sont encore visibles. Plusieurs autres écluses font état de l'activité fluviale du passé à Candol, à Gourfaleur, à La Mancellière-sur-Vire (Histoire de la Mancellière-sur-Vire), à La Chapelle-sur-Vire où les pèlerinages avant la Seconde Guerre mondiale se faisaient sur des gabares et à Tessy-sur-Vire. À partir de Condé-sur-Vire, vous pourrez admirer les gorges de la vallée de la Vire (les roches de Ham) jusqu'à Pont-Farcy (terminus des gabares).

Le déversoir de Candol. La scierie et le moulin à Tessy-sur-Vire.

Liens externes