Actions

Dissimilation

De Wikimanche

Dialectologie de la Manche
Dissimilation

Carte de la Manche montrant les principales isoglosses, dont la fameuse ligne Joret.
Dialectologie de la Manche

La dissimilation est un processus évolutif consistant à accentuer la différence phonétique entre deux sons proches, mais non contigus.

Il s'agit en d'autres termes d'un phénomène de différenciation à distance, visant à éviter une répétition de phonèmes identiques, ressentie comme gênante. Ainsi, le mot français lerin, issu du latin peregrinus, résulte d'une dissimilation r — r > l — r. De même, l'espagnol arbol « arbre », issu du latin arbor, repose sur la dissimilation parallèle r — r > r — l, alors que l'italien albero relève du type précédent.

Ce processus s'apparente à celui de l'haplologie.

La dissimilation dans les noms de lieux de la Manche

On constate qu'un certain nombre de toponymes et d'hydronymes de la Manche a subi une dissimilation :

  • l—l > r—l :
  • Grenneville (formes anciennes Gelinevilla 12e s., Guelinevilla 1243, ~1280, 1332, 1351/1352).
  • n—n > l—n :
  • la Sélune (formes anciennes Senuna ~850, 1249, Seenune s.d.).

Dans plusieurs autres cas, la dissimilation n'est qu'hypothétique, et invoquée par certains auteurs pour expliquer une évolution irrégulière ou résoudre une étymologie difficile. À ce type se rattachent par exemple Bahais, Braffais, Bréhal, Bricquebec, Bricqueboscq, Brucheville, Cherbourg, etc. On trouvera aux pages correspondantes le commentaire approprié.

La dissimilation dans les noms de personnes de la Manche

La dissimilation dans le vocabulaire dialectal de la Manche

Voir aussi

Notes et références