Étienne Schlumberger

De Wikimanche

Étienne Schlumberger, né à Paris le 20 mars 1915, mort à Crozon (Finistère) le 9 septembre 2014, est une personnalité militaire de la Manche.

À sa sortie de l'École du génie maritime, il est affecté à Cherbourg [1]. C'est de là qu'il suit la déroute de l'armée française au début de la Seconde Guerre mondiale. Tandis que l'armée allemande arrive en vue du port normand, il décide de mettre les quatre sous-marins (Minerve, Junon, Orion et Ondine) dont il a la responsabilité en état de flotter et d'organiser leur remorquage vers l'Angleterre [1]. Il s'empare d'une vedette des constructions navales et rejoint le sous-marin Ondine [1].

Il s'engage dans la France libre en juillet 1940 [1]. Il est le quatrième officier de marine à se rallier au général de Gaulle [1].

Il sert ensuite sur l'aviso Commandant Duboc, puis, à partir de février 1942, sur le sous-marin Junon, dont il prend le commandement en mars 1943 [1].

En janvier 1945, il est appelé à l'état-major de l'amiral Thierry d'Argenlieu, qu'il a déjà servi au début des hostilités [1].

Il est promu amiral en Indochine [1].

En juin 1947, il est nommé directeur des études à l'École navale[1]. Il quitte la Marine nationale en mars 1953.

Il travaille ensuite pour la Shell avant de prendre sa retraite en avril 1975 et de s'offrir un tour du monde à la voile [1].

Distinctions

Il est grand officier de la Légion d'honneur et titulaire de la médaille de la Résistance avec rosette et de la Croix de guerre 1939-1945, avec quatre citations [1].

Notes et références

  1. 1,00, 1,01, 1,02, 1,03, 1,04, 1,05, 1,06, 1,07, 1,08, 1,09 et 1,10 « Décès du Compagnon de la Libération Étienne Schlumberger », AFP, 10 septembre 2014, 20 h 08.