Sonia Krimi

De Wikimanche

Sonia Krimi (2017).

Sonia Krimi, née à Tunis (Tunisie) le 20 décembre 1983, est une personnalité politique de la Manche, cadre supérieur de profession.

Elle est députée (Maj. prés.) de la Quatrième circonscription de la Manche depuis 2017.

Biographie

Carrière professionnelle

Née en Tunisie, aînée de cinq filles, elle arrive en France en 2005 où son père est magasinier chez Peugeot, sa mère femme au foyer [1]. Elle obtient la nationalité française en 2012 [2].

Titulaire d'un doctorat en gestion et de deux masters, l'un en management, finance et contrôle stratégique, l'autre en commerce international, elle enseigne la stratégie d'entreprise et le management à l'université Paris-Assas. Elle conseille ensuite, comme « cost-killeuse », l'industrie nucléaire et s'installe dans le Cotentin en 2012 [3].

Députée de la Manche

Fin 2016, après avoir fréquenté le Parti socialiste [1], Sonia Krimi rejoint le nouveau mouvement d'Emmanuel Macron dont le comité local la propose comme candidate pour les Élections législatives de 2017 dans la 4e circonscription de la Manche, mais le comité national « Investiture » lui préfère l'ancien juppéiste Blaise Mistler [2]. Elle se présente comme candidate dissidente de la majorité présidentielle avec pour suppléant Frédéric Bastian, conseiller départemental proche du PS. Deuxième au premier tour derrière Blaise Mistler, elle emporte le second tour avec 60,93 % des voix [3].

Elle est membre de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale, et de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes [4]. En août 2017, elle intègre la délégation française à l'assemblée parlementaire de l'Otan [5], délaissant la commission de la Défense où siège traditionnellement le député de la circonscription de Cherbourg.

Le 19 décembre 2017, elle adresse au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, sa première question au gouvernement à l’Assemblée nationale. Elle y dénonce la gestion des migrants et des demandeurs d'asile, en amont du projet de loi asile-immigration, ce qui lui vaut une médiatisation soudaine et le qualificatif de « première frondeuse de la majorité » [6]. Le 22 avril 2018, elle est l'un des 14 députés LREM qui s'abstiennent (1 vote contre de Jean-Michel Clément ) lors du vote en première lecture du projet de loi pour une immigration maîtrisée, qu'elle a combattu toute la semaine [7]. Elle précise : « Je suis une femme indépendante (...). On peut porter une voix sans être frondeur. Si demain on doit voter la confiance au gouvernement, je la voterai sans aucun problème » [8].

Les 31 janvier et 1er février 2018, elle accompagne Emmanuel Macron, président de la République, lors de son déplacement en Tunisie [9].

En février 2018, elle est au centre d'une polémique déclenchée par son voyage au Pakistan, là même où a eu lieu le terrible attendat de Karachi qui, en mai 2002, fit 14 morts dont 11 employés de la Direction des constructions navales de Cherbourg [10]. Dans une lettre ouverte, des familles de victimes se disent « écœurées par cette marque indélébile de mépris et d'indifférence » : elles reprochent à la députée partie du 11 au 13 décembre 2017 avec une délégation du groupe d'amitié France-Pakistan de l'Assemblée nationale, non seulement de ne pas les avoir rencontrés avant d'entreprendre son déplacement, mais plus encore de ne pas avoir profité de ce voyage pour exiger du Pakistan qu'il n'entrave plus l'enquête judiciaire instruite à partir de la France [10].

En novembre 2018, elle fait une nouvelle fois sensation en se solidarisant avec le Mouvement des Gilets jaunes [11].

En juillet 2019, la députée déplore ne pas avoir été conviée à la livraison d'intercepteurs à l'Arabie Saoudite, alors même que le maire de Cherbourg-en-Cotentin Benoît Arrivé et le maire délégué Sébastien Fagnen y sont présents[12].

Le 16 janvier 2020, des pneus et des poubelles sont déposés par des manifestants devant sa permanence parlementaire, en guise de protestation contre la réforme des retraites [13].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Philippe Ridet, « Elle est comme ça… Sonia Krimi », Le Monde, 27 juin 2018.
  2. 2,0 et 2,1 « Sonia Krimi, l’inconnue devenue députée », Ouest-France.fr, 18 juin 2017 (lire en ligne).
  3. 3,0 et 3,1 « Législatives : qui est Sonia Krimi, députée de la Majorité présidentielle, sur la circonscription de Cherbourg ? », Francebleu.fr, 18 juin 2017 (lire en ligne).
  4. Ouest-France, 18 juillet 2017.
  5. La Manche Libre, 16 août 2017.
  6. « Sonia Krimi, la députée LRM qui a défié Gérard Collomb », Le Monde, 20 février 2018 (lire en ligne).
  7. « Loi immigration : “J'ai voté en mon âme et conscience”, se défend la députée LREM abstentionniste Sonia Krimi », francetvinfo.fr, site internet, 23 avril 2018 (lire en ligne).
  8. Thierry Richard, « Immigration : la voix dissonante de Sonia Kirmi », Dimanche Ouest-France, 22 avril 2018.
  9. « La députée Sonia Krimi en Tunisie avec E. Macron », Ouest-France, 7 février 2018.
  10. 10,0 et 10,1 Jean Lavalley, « Un voyage au Pakistan de Sonia Krimi suscite la polémique », La Presse de la Manche, 21 février 2018.
  11. « La députée LREM de la Manche Sonia Krimi enfile le gilet jaune : “Je suis de leur côté” », La Presse de la Manche, site internet, 23 novembre 2018 (lire en ligne).
  12. Les CMN livrent, discrètement, les premiers intercepteurs à l'Arabie Saoudite France 3, 24 juillet 2019 (lire en ligne).
  13. Ouest France, 17 janvier 2020.

Lien interne

Lien externe