Saint Omer

De Wikimanche

Statue de Saint Omer en l'église d'Orval.

Saint Omer, né à Orval vers 597 et mort à Wavrans-sur-l'Aa (Pas-de-Calais) le 1er novembre 667 ou 668, est une personnalité religieuse de la Manche, évêque de Thérouanne qui a donné son nom à la ville de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.

Biographie

La Vie d'Omer a été rédigée plus d'un siècle après sa mort[1].

Audomar, canonisé plus tard sous le nom de saint Omer, est né vers 597 à Orval[1], près de Coutances dans une famille noble.

Ses parents, Friulphe et Domitta, l'élève dans la foi chrétienne.

Aux environs de 615, à la mort de Domitta, Saint Omer et son père, après avoir vendu tous leurs biens et distribué le revenu aux pauvres, entrent au monastère de Luxeuil (Franche-Comté), fondé par le moine irlandais Colomban. Ils sont reçus par l'abbé Eustase[1].

La ferveur d'Audomar est telle que sa réputation se répand dans toute la France. Conseillé par Achaire, ancien moine de Luxeuil devenu évêque de Noyon et de Tournai, le roi Dagobert le nomme évêque de Thérouanne vers 637, afin d'évangéliser la Flandre et l’Artois (Boulogne, Saint-Omer et Ypres), régions retournées au paganisme[1].

Il s'installe à Boulogne, au bord de la rivière Elnone, puis rétablit le siège épiscopal de Thérouanne, même s'il privilégie les séjours à Wavrans[1].

Un riche propriétaire nommé Adroald, qu'il convertit et baptise, lui fait don, le 6 septembre 649, d'une villa nommée Sithiu, sur l’Aa. Omer y fait construire vers 663 une petite église pour y être enterré après sa mort. Sithiu deviendra la commune de Saint-Omer.

Évêque pendant 30 ans, saint Omer rechristianise l'Artois et la Flandre aidé par ses compagnons Normands saint Bertin, saint Ebertram et saint Mommelin qui ne tardent pas à le rejoindre.

En 640, Omer ordonne prêtre Wandrille lors d'une visite à Rouen. A Wavrans, il donne le voile à Austreberthe de Pavilly[1].

Saint Omer devient aveugle et une charte datée de 663 montre qu’il perdit la vue dans les dernières années de sa vie ; elle porte l’inscription : « J’ai fait cet acte, moi, Omer, étant aveugle. On m’a tenu la main pour signer. » A ceux qui voulaient prier ou faire prier pour sa guérison, il disait : « Ne prenez point souci de mes yeux, Dieu s’en occupe ; il sait mieux que vous et moi ce qui me convient ».

Pris par la fièvre, il meurt à Wavrans-sur-l'Aa vers 667[1] au cours d'une visite pastorale et est enterré, comme il l’a demandé, dans l'église Sainte-Marie de Sithiu (Saint-Omer). La ville de Saint-Omer porte son nom.

On fête saint Omer le 9 septembre.

Patronage

Il est invoqué pour les troubles des yeux.

Localement en l’église d’Orval, il est invoqué contre les maux de ventre, en particulier contre la constipation, où le texte de la prière est à la disposition aux pieds de la statue de saint Omer.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 Association Les Amis de Saint Colomban de Luxeuil, d'après Gilles Cugnier, Histoire du monastère de Luxeuil à travers ses abbés, tome 1, 2004-2006.

Sources