Palais épiscopal de Coutances

De Wikimanche

Palais épiscopal de Coutances (2012)
L'évêche caserne belge

Le palais épiscopal ou évêché est un monument de Coutances.

Histoire

Léonor Ier de Matignon fait construire un premier palais au chevet de la cathédrale de Coutances dont l'achèvement est précipité pour la réception de Claude Auvry en 1646[1].

Jacques du Quesnoy fait raser au début de son épiscopat, au 18e siècle, l'ancien palais des évêques, ainsi que les restes de la citadelle de Coutances, et élève sur le terrain une fois égalisé, un nouvelle résidence épiscopale[2]. Son ami, l'architecte de Cussy, est chargé de la direction des travaux[1], selon les plans de Basché, ingénieur de la généralité de Caen.

Construction économique, il est édifié en cinquante deux semaines[3]. Terminé en 1760, il est confisqué comme bien national en décembre 1789. Il devient siège de l'administration départementale en 1796 et de l'administration municipale entre 1803 et 1805.[4].

Le bâtiment abrite une garnison de soldats belges durant la Première Guerre mondiale[5].

Les façades et terrasses sont inscrites au titre des monuments historiques le 26 décembre 1928[6].

Le 14 juin 1944, il est incendié lors des bombardements du centre de Coutances[3]. Les extérieurs sont conservés, les intérieurs largement modifiés lors de la restauration.

Description

La façade de facture classique est ornée d'un fronton triangulaire. La diversité des matériaux utilisés (poudingue Gavray, brique, enduit ocre, ardoise) rythme les façades dans une riche polychromie[7].

Les appartements privés du prélat au rez-de-chaussée sont composés d'une chambre, une bibliothèque et une chapelle. Ils communiquent de plain-pied avec la salle à manger, pour les repas d'apparat, et la salle de compagnie lambrissée, pour les réceptions, dans le pavillon central qui s'ouvre par trois portes-fenêtres sur un jardin d'agrément. A l'étage, les chambres sont dédiées aux hôtes[1].

Dans la chambre, on trouve tapisserie, tableaux, trumeaux peints selon les quatre saisons, thermomètre et baromètre dorés, cheminée en marbre blanc... [1]. Les murs de la chapelle sont couverts de cuir doré, les objets cultuels sont en argent massif. La bibliothèque est ornée d'une tapisserie de Rouen, de peintures chinoises, d'objets précieux, et abrite une collection de plusieurs centaines d'ouvrages sacrés, théologiques, et de livres profanes de littérature, de droit et d'histoire.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Em. Vivier, « La condition du clergé séculier dans le diocèse de Coutances au XVIIIe siècle », Annales de Normandie, 1952.
  2. Auguste François Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et Avranches, 1878.
  3. 3,0 et 3,1 Daniel Jamelot, « Une construction des Lumières : le palais épiscopal de Coutances (1759-1760) », Revue de la Manche, n°171, 2001.
  4. Jean-Louis Sion et Yann-Armel Huet, Coutances. Carnet de vagabondage(s), éd. ville de Coutances, 2009
  5. René Le Texier, Coutances: histoire et description, 1973, page 127
  6. Notice n°PA00110379, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  7. F. Laty, P. Mouillard, Parcours de Coutances, éd. PAHC, Coutances, 2017

Liens internes

Lien externe