Henri Dupont d'Aisy

De Wikimanche

Henri Auguste Dupont d'Aisy, né à Vaux-sur-Aure (Calvados) le 14 septembre 1831[1] et mort à Avranches le 26 février 1902[1], est une personnalité militaire et politique de la Manche.

Biographie

Engagé volontaire à vingt ans dans l'infanterie de marine, lieutenant dix ans plus tard, il passe du 3e régiment de grenadiers de la garde impériale au 3e régiment d'infanterie de marine[2]. Aide de camp de l'amiral Daris, il participe à la campagne de Cochinchine, où son comportement lui vaut la nomination de chevalier de la légion d'honneur en 1863[2].

Capitaine en 1865, il se signale durant la Guerre franco-prussienne de 1870, où, après avoir mortellement blessé un chef allemand, il l'assiste en lui parlant d'éternité et de Dieu[2]. Prisonnier de guerre le 20 octobre 1870, il se lie d'amitié avec Albert de Mun et René de la Tour du Pin, proches du catholicisme social[2]. Il rentre en France le 14 mars 1871 [2], démissionne de l'armée en janvier 1872 et fixe sa résidence à Avranches[1] où il s'était marié en 1865 avec une Avranchinaise, Marie Le Clerc née en 1841[3].

Chef de zone du comité de l’Œuvre des cercles catholiques, il se dévoue au « bien religieux, moral et matériel de la population ouvrière de la ville » [2]. Il préside la Conférence Saint-Vincent-de-Paul, la fabrique de Saint-Gervais et la société d'horticulture d'Avranches. Mgr Abel-Anastase Germain l'inscrit parmi les laïcs du Bureau diocésain des Oeuvres[2].

En mai 1896, sollicité pour former une liste d'opposition à la liste officielle, il est élu premier de sa Liste libérale indépendante ; il est élu maire de la commune et réélu en mai 1900[2]. Il met de l'ordre dans les finances publiques et l'administration, fait progresser la question des eaux et sait aussi faire profiter la population de concerts à l'hôtel de ville et au théâtre et de grandes fêtes militaires en septembre 1899[2].

Après quelques jours de maladie, il meurt en fonction, âgé de 70 ans. Ses obsèques ont lieu le 3 mars 1902 en la basilique Saint-Gervais ; le cortège funèbre précédé de la musique municipale, se rend de la place Littré à la basilique en empruntant la rue de la Constitution et la rue Valhubert où sont massés les enfants des écoles et des orphelinats[2].

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur
  • Chevalier de l'Ordre d'Isabelle-la-Catholique

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Dossier LH/857/11, base Leonore (lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8 et 2,9 Alfred Perrin, « Monsieur d'Aisy », L'Avranchin, 02 mars 1902 (lire en ligne).
  3. Henri Auguste DUPONT d'AISY sur Généanet

Article connexe