Complexe équin de la baie du Mont-Saint-Michel

De Wikimanche

Complexe équin de la baie du Mont-Saint-Michel

Le complexe équin de la baie du Mont-Saint-Michel est un équipement hippique de la Manche, situé à Dragey-Ronthon.

Son activité principale est l'entraînement hippique spécialisé dans le galop.

Avec une vue imprenable sur le Mont-Saint-Michel et sa baie, il permet, en 2016, à 40 entraîneurs et débourreurs de préparer leurs 280 chevaux aux courses de galop en terrain plat ou avec obstacles (haies, steeple-chase ou cross-country). Les demandes parviennent de la région parisienne, de la Sarthe et de la Mayenne, mais aussi d'Irlande, de Grande-Bretagne et de Belgique.[1]

Histoire

1997 : premier projet de centre d'entraînement de galop [2]. À cette époque, les chevaux s'entraînaient sur une piste aménagée dans les dunes de Dragey.

28 février 2005 : prise de compétence par la communauté de communes de Sartilly-Porte de la Baie pour la création d'un complexe équin et autorisation de signature de convention avec la Safer [2].

1er janvier 2014 : reprise de la compétence par la communauté de communes Avranches-Mont-Saint-Michel [2].

Il ouvre en janvier 2014 [3], à proximité de la ferme des Blins, englobant le petit centre d'entraînement de Jean-Luc Datin.

Après dix ans de travaux, il est inauguré le 20 octobre 2014, sous le nom de « Complexe équin de la baie du Mont-Saint-Michel » [4]. Il accueille déjà 250 chevaux et en espère le double pour atteindre le seuil de rentabilité [4].

En 2019, après 550 000 € de travaux, il ouvre une sixième piste de 1600 m pour les chevaux de plat, le premier entraînement a lieu le 14 février[5].

Infrastructure

Le site du complexe équin s'étend sur 45 hectares.[1]. Il offre cinq pistes : 3 pistes d'obstacles, 1 de steeple et 1 de plat [3]. La plus longue mesure 1 605 m. Une sixième piste de 1 600 m de long et de 12 m de dénivelé est construite à partir de juillet 2018 pour un coût de 560 000 € : la livraison est prévue pour octobre [6] . Il dispose également de deux ronds de marche, d'une aire de dressage et d'un manège [3], de deux stalles de départ et d'allées cavalières pour accéder aux pistes.

Un club house est installé dans les bâtiments de l'ancienne ferme des Blin. Il pourra être loué par des particuliers ou des professionnels.[1]

Une laverie de textile équin (initiative privée) est installée dans les bâtiments.

Un lotissement est en projet pour accueillir de 200 à 250 boxes et le personnel d'accompagnement, sur 14 parcelles [3].

Gestion

Créée en mai 2013, présidée par Jean Picard, l'association Galop Baie est locataire de la Communauté de Communes Avranches – Mont-Saint-Michel et gère le centre.[2] Patrice Quinton en est le trésorier.

Les travaux de construction ont coûté 4,3 millions d'euros hors foncier, financés par l'État (16 %), le Conseil régional de Basse-Normandie (16 %), le Conseil général de la Manche (16 %), France Galop et les filières (30 %) et la communauté de communes de Sartilly-Porte de la Baie (20 %) [3].

Visite

Un promontoire accessible au public offre une vue d'ensemble sur le site. Les chevaux sont présents à l'entraînement le matin,de 6h30 (7h 30 en hiver) à 14h. Ils travaillent par vagues de 45 minutes.

L'office de tourisme de Sartilly organise des visites guidées, suivies d'une promenade en calèche.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Le complexe équin de la baie du Mont-Saint-Michel : un projet économique et touristique important pour le territoire », Avranches Mont-Saint-Michel, le bulletin communautaire, n° 4, p. 18-22, automne 2015
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Association Galop Baie.fr[1], consulté le 12 août 2016.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 et 3,4 Jean-René Rivoal, « À Dragey-Ronthon, 500 galopeurs à l'entraînement », Ouest-France, 22 janvier 2014.
  4. 4,0 et 4,1 Xavier Oriot, « Le Mont, sa baie, ses galopeurs à l'entraînement... », Ouest-France, 18-19 octobre 2014.
  5. « Une sixième piste au centre d'entrainement équin », Ouest-France, 27 février 2019.
  6. Flora Gelot, « Le complexe équin de la Baie bientôt équipé d'une sixième piste », La Gazette de la Manche, site internet, 1er août 2018.

Lien externe