Église Saint-Martin (Réville)

De Wikimanche

Reville 001.JPG

L'église Saint-Martin de Réville est un édifice catholique de la Manche.

Bâtiment

L'édifice a vraisemblablement été fondé par l'abbaye Saint-Martin de Troarn (Calvados) sous le nom de prieuré Saint-Martin. Une charte datée de la seconde moitié du 11e siècle rappelle les droits de l'abbé de Troarn : dîmes de blé, de chanvre, de lin, des poissons et droits d'autel. Ces droits ont couru jusqu'en 1665. À cette époque, la cure valait 830 livres.

La nef romane et les bas côtés datent du 12e siècle et leurs colonnades portent des chapiteaux aux décorés de godrons, d’entrelacs, de figures humaines et d’animaux réels ou fantastiques.

Les deux nefs latérales et un chœur sont élevés au 14e siècle avant que la chapelle Saint-Jacques soit adjointe au sud du chœur le siècle suivant. Au 19e siècle, la chapelle de la Sainte-Vierge est construite au nord du chœur et les baies de la chapelle Saint-Jacques sont modifiés dans un style gothique flamboyant [1].

L’église dresse la flèche élégante de son clocher accolé au mur Nord. Celui-ci sert d'amer aux pêcheurs dans le secteur compris entre la baie de Jonville et les îles Saint-Marcouf.

L'église est classée monument historique le 29 janvier 1923 [2].

Entre 1988 et 1992, les toitures font l'objet d'une importante rénovation [1].

Mobilier

L'arc triomphal est du 13e siècle et supporte une perque de bois doré et sculpté du 18e siècle, avec un Christ en croix du 16e siècle, classée à titre d'objet aux monuments historiques depuis le 19 mai 1959 [3].

Le maître-autel, en sapin taillé, peint, doré, est l’œuvre de l'ébéniste Eve de Cherbourg en 1839. Avec son tabernacle, son retable, les portes de la sacristie qui l'encadrent, et les reliquaires qui les surmontent, il est classé à titre d'objet aux monuments historiques depuis le 19 mai 1959 [4]. Le même jour est également classé l'ensemble en chêne exécuté vers 1840, formé par l'autel latéral nord, son tabernacle, son retable peint en trompe-l’œil, et douze cartouches circulaires représentant les Mystères du Rosaire, avec un emmarchement inférieur en calcaire [5].

La chaire et les confessionnaux sont du 18e.

La tribune en bois supporte un orgue avec console en fenêtre à l'arrière, doté de 7 jeux, d'un clavier de 54 notes, avec pédale en tirasse fixe de 18 notes, un système transpositeur de 12 notes par une manette à crans. Il est réalisé en 1880 à Coutances par le facteur Émile Orange puis relevé en 1933 par Didier de Nancy. En 1972, Deliancourt de Fontenay-le-Comte remplace le Clairon par un Nazard. Il porte les inscriptions Orange, rue de l'Ouest, n° 14, Coutances et A. Deliancourt, facteur d'orgues, Faymoreau-les-Mines, Vendée. La partie instrumentale est classée au titre objet le 21 décembre 2001[6].

On peut y admirer un gisant en marbre blanc de Béatrix Fouace par son père, Guillaume Fouace (vers 1888-1890), classée le 20 janvier 1988[7], une statue de saint Adrien de la 1re moitié 16e siècle, mesurant 101 cm de haut, 32 cm de large et 31 cm de profondeur [8] et un groupe sculpté de la 1re moitié 15e siècle figurant saint Martin (décapité) évêque avec donateur (avec phylactère) en calcaire polychromée (bleu, vert, rouge, rose), doré à la feuille, mesurant sur 89,5 cm de haut, 33,5 de large et 22 de profondeur [9], classés depuis le 19 mai 1959, et un ex-voto marin.

Fouace est également l'auteur de plusieurs toiles :

Un baptême à Réville, tableau de Guillaume Fouace
  • La Marche des rois mages, Le Sermon sur la montagne et L'Ascension, esquisses réalisées vers 1879 des tableaux sur toile marouflée de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Tamerville, classées à titre d'objet aux monuments historiques le 27 février 1984 [10] ;
  • La Remise des clefs à saint Pierre, copie de 196 cm sur 160 du Guide de Guido Reni, datée de 1868 et classée le 27 février 1984 [10] ;
  • Un Baptême à Réville : le peintre s'y représente vers 1880, peut-être lors du baptême de sa f[[ille ; la toile est donné à la commune en 1919 par Adèle Fouace et classée le]] 27 février 1984 [10] ;
  • La Forge, peinture à l'huile sur toile, de 1,805 mètre sur 2,17, réalisée en 1887, donnée à la commune en 1919 par Adèle Fouace et classée le 27 février 1984 [11] ;
  • L'Assomption, tableau de 101,3 cm sur 75,5, classé le 20 janvier 1988[12].

En 2012, sous l'impulsion de l'association ASPAR, un nouveau chemin de croix est accroché aux murs de l'édifice. Oeuvre de Jacques Bacheley, professeur aux Beaux-Arts de Caen, il s'agit de quinze panneaux peints sur bois de 33 cm sur 33 [13].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Eglise Saint-Martin de Réville » Fondation du Patrimoine.
  2. « Notice n°PA00110559 », base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture (voir en ligne)., base Mérimée, ministère de la Culture.
  3. « Notice n°PM50000906 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  4. « Notice n°PM50000909 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).
  5. « Notice n°PM50000910 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  6. « Notice n°PM50001578 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  7. « Notice n°PM50000914 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne).
  8. « Notice n°PM50000908 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  9. « Notice n°PM50000907 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  10. 10,0 10,1 et 10,2 « Notice n°PM50000912 », base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture (voir en ligne)..
  11. « Notice n°PM50000913 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  12. « Notice n°PM50000911 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture (voir en ligne)..
  13. La Presse de la Manche, 16 mars 2012.

Liens internes

Lien externe