Placide Viel

De Wikimanche

Placide Viel.

Placide Viel, née à Quettehou le 26 septembre 1815, décédée à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 4 mars 1877, est une personnalité catholique de la Manche.

Elle naît à Quettehou, au lieu-dit Le Valvacher [1].

En 1833, elle devient novice à l'Institut des sœurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde qui vient de s'installer dans les bâtiments de l'ancienne Abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Elle est remarquée par la fondatrice et supérieure de la congrégation, Marie-Madeleine Postel. Celle-ci l'envoie à La Chapelle-sur-Vire pour fonder une communauté, puis à l'École normale d'Argentan (Orne), et enfin enseigner à Avranches. De retour à la maison-mère, elle est élue assistante de la supérieure générale, tout en devenant maîtresse des novices[1]. Quand, à peine restauré, le clocher de l'abbaye est brisé par un ouragan, elle est envoyée à Paris pour demander des financements à la reine Marie-Amélie [1].

À Paris, Placide Viel fonde trois communautés [1].

En 1846, à la mort de Marie-Madeleine Postel, elle devient, à 31 ans, la deuxième supérieure générale de la congrégation [1]. Elle poursuit ses recherches de fonds pour la reconstruction de l’abbatiale dans la Manche et à Paris, mais aussi en Allemagne et en Autriche.

En 1849, lors d'un voyage en Autriche, elle fonde une communauté à Heiligenstadt [1].

Au total, elle a fondé 106 communautés en Europe [1]. Sa congrégation, qui rayonne jusqu'en Afrique et en Asie, regroupe 1 100 religieuses[1].

Béatifiée par Pie XII le 6 mai 1951, elle est fêtée le 4 mars.

Bibliographie

  • L. Canuet, la Bonne Mère Placide, SCEP, Coutances, 1925.
  • Révérende Mère Placide, deuxième supérieure générale de l'Institut des soeurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde à Saint-Sauveur-le-Vicomte (diocèse de Coutances), éd. Paillart, Abbeville, 1925.
  • Pierre de Crisenoy, La Vénérable Placide Viel, éd. Notre-Dame, Coutances, 1943.
  • A. Gohier, Généalogie de la vénérable Placide Viel, éd. Notre-Dame, Coutances, 1944.
  • André Merlaud, La Douceur victorieuse, Placide Viel, Éditions SOS, Paris, 1977.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7 « Placide Viel, une vie vouée à la chrétienté », Ouest-France, 26 septembre 2015.

Lien interne