Marie-Madeleine Postel

De Wikimanche

Marie-Madeleine Postel, pour l'état civil Julie Françoise Catherine Postel, née à Barfleur le 28 novembre 1756, morte à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 16 juillet 1846, est une sainte catholique de la Manche, pionnière de l'éducation des filles dans la Manche.

Elle est parfois appelée « la sainte du Cotentin ».

Biographie

Statue à l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Fille d'un cordier du village de la Bretonne à Barfleur, elle est envoyée chez les bénédictines de Valognes, puis revient en 1776 dans sa ville natale ouvrir une école pour enfants pauvres.

Durant la Révolution française, elle aide les prêtres traqués à fuir en Angleterre et organise des messes clandestines.

Le calme revenu, elle devient institutrice et ouvre un pensionnat de jeunes filles à Cherbourg. Elle cherche à créer une communauté en direction de la jeunesse pauvre. Le 8 septembre 1807, elle fonde avec trois jeunes filles la Congrégation des pauvres filles de la Miséricorde, qui prendra ultérieurement le nom d'Institut des sœurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde. La congrégation s'installe successivement à Octeville-l'Avenel, Valognes et Tamerville [1], avant de trouver en 1832 sa demeure définitive dans la vieille abbaye bénédictine du XIe siècle de Saint-Sauveur-le-Vicomte, que les sœurs font rebâtir grâce à un artisan local, François Halley.

Elle est à l'origine de l'établissement scolaire installé dans les murs de l'abbaye, avec l'assentiment du recteur à partir de 1840[2].

Elle décède en 1846, à 90 ans. Béatifiée en 1908, sa canonisation le 24 mai 1925 est suivie au mois d'août à Saint-Sauveur-le-Vicomte d'une grande fête qui rassemble plusieurs milliers de pèlerins.

Elle est fêtée le 16 juillet.

Hommages

Sa maison natale à Barfleur.

On visite la maison où Marie-Madeleine Postel demeura pendant trente ans à Barfleur.

Dans la chapelle se trouve une série de vitraux qui dépeint les différentes étapes de sa vie. L'enclos Sainte-Marie-Madeleine, à Tamerville, est dédié à son souvenir.

Elle est présente dans de nombreux statuaires des églises de la Manche, souvent avec les mots « Obéissance jusqu'à la mort » gravés sur une croix.

Son nom est donné à la paroisse Julie-Postel du Val-de-Saire (Barfleur) et la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-Postel (Saint-Sauveur-le-Vicomte) dans le Doyenné du pays de Valognes-Val de Saire.

Le vocable Sainte-Marie-Madeleine Postel est donné à une église de Cherbourg aujourd'hui désaffectée, et à l'église de Mondeville, près de Caen (Calvados).

Bibliographie

par ordre chronologique de parution
  • Victor Lamare, Vie édifiante de la très honorée supérieure Marie-Madeleine, née Julie Postel, fondatrice des sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde, Coutances, 1852
  • Eugène Viel, La Révérende mère Marie-Madeleine née Julie Postel, fondatrice et première supérieure générale de l'institut des Sœurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde, ..., éd. V. Goupy, Paris, 1875 (lire en ligne)
  • Victor Postel, Vie de la mère Marie Madeleine (Julie Postel ) : fondatrice et première supérieure des sœurs de la Miséricorde des Ecoles chrétiennes, éd. de Desclée de Brouwer et Cie, Lille, 1881 (lire en ligne)
  • Auguste Lerosey, Histoire de l'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Paillard, Abbeville, 1894
  • Arsène Legoux, La Vénérable Marie-Madeleine Postel, fondatrice de l'Institut des sœurs de la Miséricorde, dites aussi des Écoles chrétiennes (2 vol.), Leroy, Vanves, 1906
  • Arsène Legoux, La Bienheureuse Marie-Madeleine Postel, fondatrice de l'Institut des sœurs de la Miséricorde, dites aussi des Écoles chrétiennes, Desclée de Brouwer, Lille, 1908
  • V. Caillard, Vie de la bienheureuse Marie-Madeleine Postel, fondatrice des Sœurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde, Mame & fils, Tours, 1909
  • Georges Grente, La Bienheureuse Marie-Madeleine Postel (1756-1846), Lecoffre, Paris, 1917
  • Désiré Postel, Bienheureuse Marie-Madeleine Postel (1756-1846), éd. E. Lelièvre, 1921
  • S. Halley, Un collaborateur de la bienheureuse Marie-Madeleine Postel : François Halley, architecte et sculpteur (1816-1862), Impr. la Dépêche de Cherbourg et de la Manche, Cherbourg, 1922
  • Une femme apôtre. Vie et vertus de sainte Julie-Françoise-Catherine Postel, appelée en religion Mère Marie-Madeleine, fondatrice et première supérieure générale de l'Institut des sœurs des écoles chrétiennes de la Miséricorde au diocèse de Coutances (1756-1846), Abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), 1925
  • Georges Grente, Sainte Marie-Madeleine Postel, éd. Gabalda, 1925
  • S. Halley, Une gloire du pays normand, Barfleur, Cherbourg, Tamerville, Saint-Sauveur-le-Vicomte : Vie populaire de Sainte-Marie-Madeleine Postel (1756-1846), Impr. la Dépêche de Cherbourg, Cherbourg, 1927
  • Georges Grente, Une sainte normande, Marie-Madeleine Postel, La Bonne Presse, Paris, 1946
  • Jean Gautier, La Véritable vie héroïque de sainte Marie-Madeleine Postel, Imprimerie Arnaud Bellée, Coutances, 1946
  • Pierre de Crisenoy, Sainte-Marie-Madeleine Postel, Éditions Notre-Dame, Coutances, 1953
  • Guillaume Hunermann, La Fille du cordier de Barfleur, Salvator, Mulhouse, 1957
  • Pierre Leberruyer, L'Abbaye de St-Sauveur-le-Vicomte (Manche) : des origines à nos jours, Éditions Notre-Dame, Coutances, 1959
  • Jean Blanchelande, L'Abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Imprimerie Arnaud Bellée, Coutances, 1976
  • Jean Puyo, Une bâtisseuse d'Église : sainte Marie-Madeleine Postel, Éditions du Rameau, Paris, 1986
  • Jean Puyo, La longue itinérance d'une bâtisseuse d'Église : Marie-Madeleine Postel 1756-1846, Éditions du Rameau, Paris

Représentations

Notes et références

  1. Edmond Compère, « Les fêtes de Saint-Sauveur-le-Vicomte en l'honneur de sainte Marie-Madeleine Postel », L'Ouest-Éclair, 4 août 1925.
  2. Historique, Site officiel du collège de l'Abbaye, consulté le 2 octobre 2016.

Lien interne