Actions

Paul-Henri Nargeolet

De Wikimanche

Paul-Henri Nargeolet, né à Chamonix (Haute-Savoie) le 2 mars 1946 et mort au large de Terre-Neuve (Canada) le 18 juin 2023, près de l'épave du Titanic [1], est une personnalité militaire et scientifique liée au département de la Manche.

Explorateur et plongeur sous-marin, chasseur d'épaves, il est un des spécialistes du Titanic et le directeur du programme de recherches sous-marines sur l'épave qui repose à 4 800 m de profondeur dans l'océan Atlantique Nord.

Biographie

Paul-Henri Nargeolet vit avec ses parents installés à Casablanca (Maroc) pendant treize ans avant de déménager à Paris, en 1962, pour terminer ses études [2]. Plus tard, il se marie avec une journaliste de télévision américaine, Michele Marsh (1954-2017). Ils ont une fille.

Carrière militaire

En 1964, Paul-Henri Nargeolet s'engage dans la Marine nationale et fait ses classes dans l'aéronautique navale avant d'entamer une formation de plongeur de bord puis de plongeur démineur. En 1968, il est admis au cours préparatoire au concours d'admission à l'École des élèves officiers de Marine (CPEO). Il entre à l'École navale le .

En 1976, devenu officier, il est nommé commandant du groupe de plongeurs démineurs à Cherbourg, pendant deux ans. Durant cette période, déjà passionné par la recherche d'épaves, il s'intéresse à l'histoire du combat naval entre le CSS Alabama et l'USS Kearsarge lors de la Guerre de Sécession au large de Cherbourg, le 19 juin 1864. Le premier coule sous les feux du second à l'issue de l'affrontement. Il effectue avec l'aide de Cherbourgeois des recherches afin de retrouver l'épave, à l'aide d'un sondeur graphique, sans succès. Muté au cours de l'été 1978, il ne peut mener à terme ces recherches. L'épave de l'Alabama est découverte le 30 octobre 1984 devant Querqueville par près de 60 mètres de fond et en partie grâce aux documents qu'il a laissés à Cherbourg. Ayant gardé des attaches dans le Nord-Cotentin, il revient à Cherbourg pour plonger sur le site de l’Alabama après sa découverte [3].

À l'issue de son commandement du 1er GPD, il est affecté au Groupe d’intervention sous la mer (GISMER) [4] à Toulon (Var), qui a pour objectif de développer de nouvelles solutions pour permettre la pratique de la plongée sous-marine en grande profondeur. Il parcourt le monde et effectue plusieurs plongées à bord du sous-marin de poche Griffon, mis en œuvre à partir du bâtiment d'intervention sous-marine (BISM) Triton, pour récupérer des avions et des hélicoptères français submergés, ramenant armes et corps d'individus [5]. Il trouve une épave romaine, située à 70 mètres de profondeur.

Explorateur d'épaves

Il rejoint l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER) après 22 ans de service dans la Marine nationale [6] et devient responsable des sous-marins d’intervention profonde Cyana et Nautile [7].

Il rejoint ensuite la société RMS Titanic Inc., titulaire des droits sur l'épave, comme responsable des opérations sous-marines [6]. Depuis 1993, il déclare avoir recensé et remonté à la surface 5 842 objets du navire [7], qui appartenaient notamment aux victimes, durant 32 plongées [8]. Il a participé à huit expéditions : trois avec l’Ifremer, trois avec RMS Titanic Inc., une avec Caladan Oceanic en 2019 et une avec OceanGate en effectuant cinq plongées durant l’été 2021 avec le submersible Titan.

En 1994, il devient directeur du Center for Maritime & Underwater Resource Management (CMURM) de l'Université d'État du Michigan (États-Unis) [9].

En novembre 2018, il devient consultant technique de l'entreprise Caladan Oceanic de Victor Vescovo, notamment sur la mission Titanic Survey Expedition. Le submersible utilisé est le seul à être certifié pour plonger jusqu'à 11 000 mètres de profondeur avec deux personnes à bord [3]. Après la découverte du sous-marin Minerve, en 2019, il met Victor Vescovo en relation avec les représentants des familles et permet ainsi l'organisation, en février 2020, de deux plongées sur l'épave et la dépose d'une plaque commémorative.

Missions

Plaque commémorative
  • 1979 : Il localise un DHC-5 Buffalo qui s'est écrasé avec 12 personnes à bord, dont plusieurs membres du gouvernement mauritanien [5][10].
  • 1987 : il effectue sa première longue descente vers l'épave du Titanic avec le Nautile [11]
  • 1991 : il localise et remonte les boîtes noires de l'épave d'un avion Douglas DC-9 de la compagnie Itavia [3]
  • 2010 : il participe à la campagne de recherche des enregistreurs de vol de l'Airbus d'Air France AF447 [12].
  • À partir de 2012 : il prend part comme conseiller technique à l'exploration de l'épave de La Lune, navire construit en 1642 qui a sombré en 1664 au large de Toulon [13]. Il a découvert par hasard cette épave le lors d'essais de plongée avec le sous-marin Nautile [3].
  • En 2021, il retourne explorer l’épave du Titanic dans le cadre de la mission « Titanic Survey Expedition – 2021 », organisée par la société OceanGate Expeditions. Il effectue huit plongées par 3 800 mètres de profondeur, avec le submersible Titan.

La Cité de la Mer

Plus de trente ans après son passage dans le Nord-Cotentin, il redécouvre une gare maritime de Cherbourg sauvée ! Elle abrite un condensé de ses passions : un patrimoine remarquable, le canon de l’Alabama, des engins d’exploration qu'il a côtoyés et dirigés, un aquarium d’exception, une exposition sur le Titanic.

Il devient un des ambassadeurs de la Cité de la mer.

Depuis 2021, en partenariat avec la société RMS Titanic Inc., une exposition d'artéfacts, objets qu'il a remontés, en partie, de l’épave, a pour but de retracer leur histoire avec un des passagers du Titanic. En 2023, cette exposition permanente est reconduite avec de nouveaux objets, bijoux, chaussures, textes et autres trésors, et est intitulée « Objets oubliés, histoires retrouvées : 43 objets remontés du champ de débris de l’épave du Titanic ».

Disparition

Le destin a voulu que Paul-Henri Nargeolet meure le , âgé de soixante-dix sept ans, lors d'une expédition sur l’épave du Titanic, à bord du Titan, un petit submersible affrété par la société OceanGate Expeditions [14].

Distinctions

  • Chevalier du Mérite maritime
  • Chevalier de l'Ordre national du Mérite

Documentaires

De 1996 à 2003, Paul-Henri Nargeolet travaille avec une filiale de Canal+, dont l'objectif est de produire des films sous-marins. Dans ce cadre, il dirige les missions de deux sous-marins [15].

En tant qu'expert du Titanic, il participe à la création de deux documentaires :

  • 1994 : Titanic : The Legend Lives On
  • 1999 : Deep Inside the Titanic.

Ouvrage

  • Dans les profondeurs du Titanic, HarperCollins, 2022, 144 p., (ISBN 9791033909842) [16], [17]. L'origine de ce livre peut être mis à l'initiative de Mathieu Johann, grand admirateur de l’explorateur, devenu un de ses amis, qui le convainc d’écrire un ouvrage relatant ses aventures pour ses fils, « grands fans du Titanic ».

Hommage

  • Plaque commémorative dans le hall de la Cité de la Mer.

Notes et références

  1. « La probable implosion du submersible détectée dès dimanche par l'US Navy », sur TVA Nouvelles, (consulté le 22 juin 2023).
  2. (en-US) « Paul-Henri (PH) Nargeolet » [archive du ], Experiential Media Group, (consulté le 21 juin 2023).
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 La cité de la mer, « Biographie de Paul-Henri Nargeolet », .
  4. renommé depuis le 1er juin 2000, cellule plongée humaine et intervention sous la mer (CEPHISMER) de la force d’action navale.
  5. 5,0 et 5,1 (en) « Paul-Henri Nargeolet Biography » [archive du ], Cité de la Mer, Issuu.com, (consulté le 21 juin 2023).
  6. 6,0 et 6,1 Paul-Henri Nargeolet, l'explorateur français du Titanic. France Bleu, 4 septembre 2020. Lire en ligne.
  7. 7,0 et 7,1 « Paul-Henri Nargeolet », sur La Cité de la Mer (consulté le 24 juin 2023).
  8. « "Titanic" : qui est Paul-Henri Nargeolet, le Français porté disparu lors d'une expédition sur l'épave ? », sur Franceinfo, (consulté le 22 juin 2023).
  9. (en-US) McBride, « Paul Henri ‘PH’ Nargeolet: 5 Fast Facts You Need to Know », Heavy, (consulté le 25 juin 2023).
  10. « Sunday 27 May 1979 » [archive du ], Aviation Safety Network (consulté le 21 juin 2023).
  11. « Disparition du sous-marin Titan : Paul-Henri Nargeolet, une vie dédiée au Titanic », sur francetvinfo.fr, (consulté le 21 juin 2023).
  12. Fabrice Almédo. Paul-Henri Nargeolet, sur les traces de l'AF 447. Le Figaro, 27 février 2010. Lire en ligne.
  13. L’épave mythique de « La Lune » commence enfin à livrer ses secrets. Science et Vie, 21 novembre 2012. Lire en ligne.
  14. « Passionné par le Titanic, le chasseur d'épave Paul-Henri Nargeolet, à bord du sous-marin disparu », sur rfi.fr, (consulté le 21 juin 2023).
  15. (en) « Paul-Henri Nargeolet Biography » [archive du ], Cité de la Mer, Issuu.com, (consulté le 21 juin 2023).
  16. Vliex Laura, « "Dans les profondeurs du Titanic": un livre fascinant sur la plus mythique des épaves, ses secrets et ce qu'elle va devenir », sur DHnet, (consulté le 22 juin 2023).
  17. Jean-Marie Cunin. Portrait. Paul-Henri Nargeolet, l’amoureux du Titanic, sort son premier livre. Ouest France, 15 avril 2022. lire en ligne.

Source