Nicolas Sarkozy et la Manche

De Wikimanche

Nicolas Sarkozy (2010).

Nicolas Sarkozy, né à Paris le 28 janvier 1955, est un homme politique lié au département de la Manche.

Il est élu président de la République le 6 mai 2007 et entre officiellement en fonction le 16 mai suivant. Il reste en poste jusqu'au 15 mai 2012, après avoir été battu par François Hollande (PS) le 6 mai.

Élections

Aux élections européennes de 1999, Nicolas Sarkozy (RPR) se classe seulement troisième avec 14,34 % des suffrages, avec toutefois 1,52 point de plus qu'au plan national. Il est devancé par François Hollande (PS) 18,48 % et Jean Saint-Josse (CPNT) 16,39 %.

Lors de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy (UMP) arrive en tête dans la Manche au premier tour, le 22 avril. Il obtient 32,06 %, soit 0,88 point de plus qu'au plan national. Il devance Ségolène Royal (PS) 21,50 %, François Bayrou (UDF) 20,92 %, et Jean-Marie Le Pen (FN) 9,19 %... Au second tour, le 6 mai, il est largement majoritaire avec 56,17 %, trois points de mieux que son score national.

À l'élection présidentielle de 2012, la Manche le classe encore en tête du premier tour, le 22 avril. Il obtient 28,82 % des suffrages, soit 1,64 point de plus qu'au plan national, mais 3,24 points de moins qu'en 2007. Il devance François Hollande (27,04 %), Marine Le Pen (16,63 %) et François Bayrou (11,20 %).

En novembre 2016, il se présente à la primaire présidentielle de la droite : il arrive en troisième position, avec 18,80 % des voix dans le département, au premier tour, loin derrière François Fillon (46,43 %) et Alain Juppé (28,90 %) [1].

Scores au premier tour
Europ. 1999 Présid. 2007 Présid. 2012
% 14,34 32,06 28,82

Visites

En tant que président de la République
lire le texte de son discours
  • 12 janvier 2009 : à Saint-Lô, il préside une cérémonie de vœux aux personnels de l'Éducation nationale, que les principaux syndicats d'enseignants boycottent. Quelque 2 000 personnes, selon la police, 4 000, selon les organisateurs, manifestent contre cette visite. Face à cet affront, Nicolas Sarkozy ne prononce pas l'intégralité de son discours, omettant d'annoncer les 400 millions d'euros dédiés à la construction ou la rénovation d'établissements scolaires. De nombreux heurts se produisent entre manifestants et policiers, et la vitrine d'un magasin de vêtements est brisée dans une bousculade[3]. Neuf manifestants sont blessés et quatorze sont interpellés [4]. Le préfet de la Manche Jean Charbonniaud, à qui il est reproché sa « mauvaise gestion » de la visite présidentielle, est muté six mois plus tard, de même que Philippe Bourgade, directeur départemental de la Sécurité publique. Les élus locaux, de gauche et de droite, font part de leurs regrets ou désaccords fac à ces mutations.
voir le texte de son discours
En tant que président de l'UMP

Anecdotes

Amateur de l'œuvre de Jules Barbey d'Aurevilly, dont il cite régulièrement L'Ensorcelée, il reçoit en mai 2012, en guise de cadeau de départ de la part des membres de son cabinet, une lettre à l'encre rouge signée de l'écrivain.

Notes et références

  1. Nicolas Denoyelle, « La droite manchoise et du centre a voté Fillon », Ouest-France, 21 novembre 2016.
  2. Jean Guisnel, « À Cherbourg, Sarkozy en maître du feu nucléaire », Le Point, 21 mars 2008.
  3. AFP, 12 janvier 2009, 12 h 35, 16 h 47.
  4. Nadine Boursier, « 14 interpellés, 9 blessés, des lycéens choqués », Ouest-France, 13 janvier 2009
  5. Jean-Pierre Buisson, Ouest-France, 7-8 février 2009.
  6. France 2, 17 janvier 2007 (Voir en ligne).

Article connexe