Max Robin

De Wikimanche

Max Alfred Raymond Robin, né à Saint-Lô le 4 août 1931 [1] et mort à Béziers (Hérault) le 28 novembre 2017 [2], est une personnalité de la Manche.

Biographie

Max Robin est le fils ainé de Raymond Robin, agent des PTT à Saint-Lô, résistant de la Seconde Guerre mondiale, fusillé par les Allemands à Beaucoudray le 15 juin 1944 , et de Louise Fouquet. Il est le frère de Jean Robin.

Max et Jean Robin sont les deux enfants photographiés par un soldat américain dans les ruines de Saint-Lô, rue des Noyers, lors de la libération de la ville en 1944 [3].

En août 1944, Max qui a treize ans et Jean qui en a neuf, sont à la recherche de leur père Raymond Robin dans les rues de Saint-Lô, bombardée et en ruines. Ils regardent les véhicules militaires passer, lorsqu'un soldat américain leur dit « come ! come ! ». Ils ne comprennent pas ce qu'il veut, il leur indique un tronc d'arbre où ils vont s'asseoir, le photographe leur fait signe de regarder au loin vers la route puis fait la photo. Ce n'est qu'en 2004, soixante -dix ans plus tard, qu'ils découvrent celle-ci dans un ouvrage d'un écrivain breton Éric Rondel.

Notes et références

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2017.
  2. « Acte de décès n° 1382 - État-civil de Béziers - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2017.
  3. « 70e à Saint-Lô. Sally Howie, William Notley et Max Robin honorés », Ouest-France, site internet, 18 juillet 2014 (lire en ligne).