Hugues Duboscq

De Wikimanche

Hugues Duboscq, né à Saint-Lô le 29 août 1981, est une personnalité sportive de la Manche, nageur de son état.

Hugues Duboscq

Il est le meilleur spécialiste français de la brasse et a remporté 20 médailles internationales.

Il est licencié au Club nautique du Havre (Seine-Maritime). Son entraîneur est Christos Paparrodopoulos.

Biographie

Son père, taxidermiste à Tessy-sur-Vire, ayant obtenu un poste au muséum d'histoire naturelle du Havre, la famille s'y installe. Hugues a alors 5 ans [1]

Il intègre l'équipe de France en 2000 pour les championnats d'Europe d'Helsinki (Finlande).

Il participe à ses premiers Jeux Olympiques en 2004 à Athènes (Grèce) et monte sur le podium du 100 m avec une médaille de bronze autour du cou.

2005 est une bonne année pour le nageur saint-lois : il remporte la médaille de bronze du 100 m des championnats du monde de Montréal (Canada), ainsi que deux médailles d´or aux Jeux méditerranéens d'Almeria (Espagne) sur 100 m et 200 m.

Les résultats de Duboscq sont un peu moins bons en 2006 et 2007.

Saison 2008

Il retrouve les podiums en mars 2008 aux championnats d'Europe d'Eindhoven (Pays-Bas). Il est médaillé d'argent du 100 m et médaillé de bronze du 200 m. Il n'est devancé sur le 100 m que de deux centièmes de seconde par le Norvégien Alexander Dale Oen qui signe le record d'Europe (59" 76 contre 59" 78). Sur le 200 m, il termine troisième mais à seulement trois dizièmes de seconde du Russe Grigory Falko suivi de Dale Oen.

Les Jeux Olympiques de Pékin (Chine) restent l'objectif majeur de la saison 2008. Duboscq offre deux médailles de bronze à la France sur 100 m et 200 m.

Il termine l'année en trombe puisqu'il remporte son premier titre d'envergure : la médaille d'or du 200 m des championnats d'Europe petit bassin qui se déroulent à Rijeka (Croatie) du 11 au 14 décembre. Il ajoute également l'argent à son palmarès. Ce succès ne le satisfait pourtant pas : « Je suis très content d'avoir eu ce titre là mais ce n'est pas la plus belle médaille de toute ma carrière. Pour moi, le petit bassin ne compte pas [2]. »

Saison 2009

En 2009, il privilégie ses études au détriment de son entraînement ce qui a pour conséquence une série de résultats en deçà de son niveau habituel aux championnats de France de Montpellier, qualificatifs pour les championnats du monde de Rome (Italie). Il ne se qualifie pas pour le 50 m et ne doit sa qualification au 200 m qu'à ses résultats antérieurs. Les médaillés de Pékin sont effectivement qualifiés d'office. Cette sitution lui permet de se préparer exclusivement pour les mondiaux de Rome. Il bat le record d'Europe du 100 m brasse en séries avant de remporter la médaille d'argent le 27 juillet en finale dans un temps de 58" 64, battant son propre record d'Europe.

En novembre, il bat les records de France en brasse sur les trois distances à la réunion de Stockholm (Suède). Cependant ses résultats sont en dents de scie et en décembre, au cours des championnats d´Europe en petit bassin d'Istanbul (Turquie), il s'estime « au fond du gouffre » [3].

Saison 2010

L'année 2010 marque son retour dans les bassins à 100 % et il offre à la France deux médailles individuelles aux championnats d'Europe de Budapest (Hongrie), en plus de la médaille d'or remportée par le relais 4 x 100 m quatre nages avec Camille Lacourt, Frédérick Bousquet et Fabien Gilot.

Du 3 au 5 décembre 2010, il participe aux championnats de France petit bassin à Chartres (Eure-et-Loir). Il remporte le 200 m, mais se fait battre par la génération montante (Giacomo Perez-Dortona et Florent Manaudou) sur le 100 m (2e) et le 50 m (4e et 3e Français) [4].

Il participe du 15 au 19 décembre 2010 aux championnats du monde en petit bassin à Dubaï (Émirats arabes unis). Il annonce ne pas viser de médaille individuelle : « Le petit bassin n'est pas mon terrain de jeu préféré, même si c'est fun. Au niveau technique, ça demande beaucoup de concentration et d'investissement. L'enchaînement des virages et se retrouver aussi tôt dans la nage ne sont pas mon point fort. Je sais qu'il y a peu de chances que je monte sur les podiums. Mon objectif est d'arriver en finale. » Même s´il est « motivé, c'est quand même un championnat du monde, tous les meilleurs sont là, hormis Phelps », il considère cette compétition comme une excellente préparation aux championnats du monde en grand bassin 2011 de Shanghaï (Chine) : « Le petit bain sert à patienter en attendant que le grand bain arrive, mais surtout à travailler les virages. Si je veux aller vite en grand bain, il y a forcément un gros virage à réaliser. Et c'est en petit bain qu'on les bosse le mieux [2]. » Ses résultats sont en demi-teinte : il ne parvient pas à se qualifier pour la finale du 100 m (bien qu´il ait terminé 3e de la première demi-finale) [5], signe une 7e place en finale du 200 m qui le satisfait[3], et est éliminé en séries du 50 m avec le 20e temps [6].

Saison 2011

Hugues Duboscq s'adjuge le triplé 50 m, 100 m et 200 m au meeting international de Nancy (Meurthe-et-Moselle) les 21-23 janvier 2011 [7].

Quelques jours plus tard, les 29 et 30 janvier, au meeting international du Luxembourg, il obtient de nouveau d'excellents résultats avec deux victoires (50 m et 100 m) et une troisième place (200 m) [7].

Il remporte le 24 mars le 200 m brasse des championnats de France de Strasbourg (Bas-Rhin) qualificatif pour les championnats du monde de Shanghaï : « Je m'attendais à être qualifié mais c'est quand même un soulagement parce qu'il fallait quand même réaliser le chrono. [...] Je suis vraiment content de partir avec les autres cet été, c'est un championnat de plus dans la poche [8]. » La veille, il n'était pas parvenu à se qualifier pour le 50 m, une distance qu'il avoue ne « pas maîtriser » autant que le 100 m, « l'épreuve reine » [8]. Le 26 mars, il gagne le 100 m et par conséquent son 40e titre de champion de France. Il est à ce jour invaincu en France sur cette distance. Il se présentera donc à Shanghaï sur deux distances individuelles et sur le 4 x 100 m quatre nages avec l'équipe de France, épreuve « qui [lui] tient à cœur car [il y a] tout le temps participé depuis 2000 [9] ».

Le Saint-lois dit à L'Équipe apprécier sa vie de sportif de haut niveau « qui [lui] permet de voyager à droite à gauche, d'être dans des conditions vraiment super[8]. »

Saison 2012

Comme prévu, Hugues Duboscq valide sa participation aux Jeux olympiques de Londres. Mais ses résultats moyens aux championnats de France de Dunkerque (Nord) en mars ne l'assurent pas d'y nager. Il fait partie de l´équipe de France du 4 x 100 m 4 nages mais le meilleur spécialiste français de la brasse se nomme désormais Giacomo Perez Dortona.

Le 18 mars, il n´atteint pas les minima en demi-finale du 100 m brasse et termine second Français en finale derrière Perez Dortona. Sa série de titres de champion de France - 12 de suite - s'interrompt[10]. Le 22 mars, il remporte le titre sur le 200 m brasse - son huitième - mais ne réalise pas les minima[11]. Le 24 mars, il termine ses derniers championnats de France par une seconde place au 50 m brasse, épreuve non olympique, une nouvelle fois derrière Perez Dortona [8].

C'est « une fin de carrière en queue de poisson pour Duboscq, en retrait depuis août 2010 [9], commente lequipe.fr. Un des plus gros palmarès de la natation française a manqué ses adieux aux championnats de France « [8].

Duboscq fait une promesse en vue des Jeux olympiques de Londres : « Je m'entraînerai énormément, comme si je nageais en individuel, pour être le joker en brasse du relais 4 nages. Cela me rappellera mes premiers Jeux (en 2000 à Sydney), je n'y suis allé que pour le relais. La boucle serait bouclée [11]. »

Il conclut : « C'est comme ça, une page se tourne. Je suis ému mais ça me fait sourire car c'est énormément de bonheur, de moments où je me suis éclaté, d'autres plus durs mais où j'ai montré que je pouvais rebondir. La natation a toujours été un bonheur. J'ai profité de ma dernière course, de chaque moment, ce matin après les séries, ma dernière fois en chambre d'appel [9]. »

Le nageur manchois est le seul nageur français autorisé à participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres. Il représente l'équipe de France de natation qui choisit de rester concentrée sur ses objectifs de médailles : « Je vais représenter l'équipe et passer, cette fois-ci, de l'autre côté de la télé. Cela va être une grande expérience [12]. »

Hugues Duboscq a remporté 26 titres de champion de France en grand bassin.

Palmarès

Jeux Olympiques d'été
  • 2008 : médaille de bronze du 100 m brasse à Pékin (Chine)
  • 2008 : médaille de bronze du 200 m brasse à Pékin (Chine)
  • 2004 : médaille de bronze du 100 m brasse à Athènes (Grèce)
Championnats du monde
  • 2009 : médaille d'argent du 100 m brasse à Rome (Italie)
  • 2005 : médaille de bronze du 100 m brasse à Montréal (Canada)
Championnats d'Europe
  • 2010 : médaille d'argent du 100 m brasse à Budapest (Hongrie)
  • 2010 : médaille de bronze du 200 m brasse à Budapest (Hongrie)
  • 2010 : médaille d'or du relais 4 x 100 m quatre nages à Budapest (Hongrie)
  • 2008 : médaille d'argent du 100 m brasse à Eindhoven (Pays-Bas)
  • 2008 : médaille de bronze sur 200 m brasse à Eindhoven (Pays-bas)
  • 2008 : médaille d'argent du 100 m brasse (petit bassin) à Rijeka (Croatie)
  • 2008 : médaille d'or du 200 m brasse (petit bassin) à Rijeka (Croatie)
  • 2004 : médaille d'argent du 50 m brasse à Madrid (Espagne)
  • 2004 : médaille d'argent du 100 m brasse à Madrid (Espagne)
  • 2004 : médaille d'argent du relais 4 x 100 m quatre nages à Madrid (Espagne)
  • 2002 : médaille de bronze du 100 m brasse à Berlin (Allemagne)
  • 2002 : médaille d'argent du relais 4 x 100 m quatre nages à Berlin (Allemagne)
  • 2002 : médaille d'argent du 100 m brasse (petit bassin) à Riesa (Allemagne)

Championnats du monde militaire

  • 2009 : médaille d'or du 50 m brasse à Montréal (Canada)
  • 2009 : médaille d'or du 100 m brasse à Montréal
  • 2009 : médaille d'or du 200 m brasse à Montréal

Jeux méditerranéens

  • 2005 : médaille d'or du 100 m brasse à Almeria (Espagne)
  • 2005 : médaille d'or du 200 m brasse à Almeria

Championnats de France

Hugues Duboscq a remporté de multiples médailles aux championnats de France. Le site de la Fédération française de natation archive tous les résultats.

Records d'Europe

  • 100 m brasse en 58" 64 (le 27 juillet 2009 à Rome en finale des championnats du monde, en battant son propre record établi en séries)
  • 200 m brasse en petit bassin en 2' 04" 59 (le 14 décembre 2008 à Rijeka) et le 17 avril 2009. Ce record est battu le 17 avril 2009 par l'Espagnol Melquíades Álvarez.

Records de France

En petit bassin

  • 50 m brasse en 26" 35 (le 10 novembre 2009 à Stockholm)
  • 100 m brasse en 57" 24 (le 11 novembre 2009 à Stockholm)
  • 200 m brasse en 2' 04" 50 (le 10 novembre 2009 à Stockholm)
  • 4 x 50 m 4 nages en 1' 32" 13 avec l'équipe de France (le 10 décembre 2009 aux championnats d'Europe d'Istanbul)

En grand bassin

  • 100 m brasse en 58" 64 (le 27 juillet 2009 à Rome)
  • 200 m brasse en 2' 08" 94 (le 14 août 2008 à Pékin)
  • 4 x 100 m 4 nages en 3' 29" 73 avec l'équipe de France (le 2 août 2009 aux championnats du monde de Rome)

Vie extra-sportive

Hugues Duboscq a obtenu un DEUG Mathématiques-Informatique à l'université du Havre. Il devient aspirant gendarme en 2010.

En 2017, il est devenu plongeur en gendarmerie maritime, au peloton de sûreté maritime du Havre [1].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Je voulais faire totalement autre chose », Ouest-France, 15 novembre 2017.
  2. 2,0 et 2,1 « Duboscq en plein travail », lequipe.fr, 14 décembre 2010.
  3. 3,0 et 3,1 « Tomita en or, Duboscq 7e », lequipe.fr, 17 décembre 2010.
  4. Résultats sur le site de la fédération.
  5. « Hugues Duboscq éliminé », lequipe.fr, 15 décembre 2010.
  6. « Terminé pour Duboscq », lequipe.fr, 18 décembre 2010.
  7. 7,0 et 7,1 Résultats, consultés sur lequipe.fr le 24 mars 2011.
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3 et 8,4 « Duboscq verra Shanghaï », lequipe.fr, 24 mars 2011.
  9. 9,0, 9,1 et 9,2 « Duboscq sera tout seul », lequipe.fr, 26 mars 2011.
  10. lequipe.fr, 18 et 19 mars 2012.
  11. 11,0 et 11,1 lequipe.fr, 22 mars 2012.
  12. eurosport.fr, 25 juillet 2012.

Article connexe

Liens externes