Eustache Le Clerc de Lesseville

De Wikimanche

Eustache Le Clerc de Lesseville, dit Eustache II, né à Paris en 1614 et mort à Paris le 3 décembre 1665, est une personnalité religieuse de la Manche.

Biographie

Fils de Nicolas Le Clerc de Lesseville, seigneur de Thun et d'Eucquemont et de Catherine le Boulanger (ou le Boullanger) de Viaume, Eustache est avocat et docteur en droit canon, conseiller au Parlement et théologal de Notre-Dame de Paris, abbé de Saint Crespin, chanoine-comte de Brioude.

Docteur en théologie de la maison de Sorbonne, il devient aumônier ordinaire du roi : il vendra cette charge à François Tallemant, le 6 août 1643, pour 37 000 livres. Il se manifeste en particulier au moment de la censure de l'oratorien Claude Séguenot, auteur d'un ouvrage publié en 1638, et intitulé : La Sainte Virginité... : M. de Lesseville, selon Godefroy Hermant, chanoine de Beauvais, ami de Port-Royal, « par le mérite de ses bénéfices de ses fréquentes permutations, était alors aumônier du roi, et en quartier ; comme il a été toute sa vie attaché aux jésuites et à sa fortune, il déclara aux uns et aux autres que le roi désirait fort que le livre [de Séguenot] fût censuré, principalement sur le point de la contrition, que l'on disait l'avoir empêché trois jours de dormir ; car on avait pris un très grand soin de prévenir Sa Majesté et d'intéresser sa conscience qui était fort timide ». Il devient conseiller au Parlement le 7 juillet 1645 et curé de la paroisse parisienne Saint-Gervais. Il intervient, au début de 1653, en faveur de Nicolas Manessier, docteur de Sorbonne, nommé professeur à l'université de Caen et contesté par les jésuites.

Comte de Brioude, il est nommé par le roi pour succéder à Claude Auvry sur le siège de Coutances le 13 septembre 1658 : le 2 octobre 1658, deux chanoines de Coutances, Jean de Gourmont et Bertout sont désignés par le chapitre cathédral pour aller faire le compliment à leur nouvel évêque à Paris. Le 13 janvier 1659, Eustache Le Clerc de Lesseville, reçoit ses bulles et est consacré le 23 mars dans l'église jésuite de Saint-Louis par Claude Auvry et les deux prélats co-consécrateurs : Charles de Bourlon, évêque de Soissons, et Bonaventure Rousseau, évêque titulaire de Césarée. Il reçoit de François de La Luthumière et de la communauté du séminaire de Valognes une requête : l'évêque charge Abraham Bazire d'enquêter à Valognes, et rend, le 31 mars, une sentence favorable à La Luthumière et impose le silence à ses détracteurs. Après avoir salué Jean Eudes à Caen le 26 mai, Lesseville prend possession de son évêché à Coutances deux jours plus tard.

Il soutient François de La Luthumière, fondateur et supérieur du séminaire de Valognes, lors des polémiques suscitées à ce dernier, ainsi qu'à Louis Le Bourgeois, en raison de leurs relations avec les théologiens de Port-Royal.

Pendant son épiscopat, en 1662, son diocèse s'enrichit d'une nouvelle maison religieuse, celle des Augustines Hospitalières de Vire.

Eustache de Lesseville meurt à Paris, le 3 décembre 1665, pendant l'Assemblée du clergé. Le siège de Coutances aurait été proposé de nouveau à Claude Auvry, qui l'aurait refusé, avant d'être attribué à Charles-François de Loménie de Brienne : le frère aîné de ce dernier, Louis-Henri, en aurait, lui aussi, décliné l'offre en 1666.

Sources

  • Gallia Christiana, t. XI, 908.
  • Pierre Féret, La Faculté de théologie de Paris et ses docteurs les plus célèbres, Paris, Picard, 1900-1916, t. IV, p. 317, n. 1.
  • Louis Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l'histoire de l'Oratoire, éd. Ingold et Bonnardet, Paris, Picard, 1902-1905, t. II, p. 181, 570, 589.
  • G. Hermant, Mémoires, éd. A. Gazier, Paris, 1905, t. I, p. 87 ; t. II, p. 29 ; t. IV, p. 323, 413, 434 ; t. VI, p. 388, 389, 438.
  • Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1960, t. I, p. 156, 840-841.
  • Charles Berthelot du Chesnay, Les Missions de Saint Jean Eudes, Paris, 1967, p. 277, 279-280.
  • J. Lesaulnier, Chroniques de Port-Royal, 35, 1986, p. 78-80.

Article connexe