Discussion aide

Règles d'édition

De Wikimanche

Je ne comprends pas pourquoi je n'arrive plus à créer des sous-titres (cf. « Bibliographies ». Quelqu'un peut-il y remédier ? Merci d'avance. Teddy 22 octobre 2010 à 09:02.

Genre et nom des bateaux

En français, en revanche, le genre grammatical des bateaux peut être masculin ou féminin selon le contexte ou la "culture d'entreprise".

Pour les navires (i.e. : civils, marchands/commerce, pêche, plaisance) il est courant d’accorder l’article ou le pronom au genre du type de bateau. Ainsi un paquebot, un cargo ou un pétrolier, est-il généralement désigné au masculin (ce qui donne des expressions étranges comme : « le Normandie, le Liberté, le France, le Ville d’Oran, le Queen Mary… ») alors qu’une goélette sera au féminin, même si son nom est un substantif masculin (e.g. : la Mistral, la Pierrot…). Il faut aussi admettre que les catégories féminines de navire sont assez rares… Il semble que cet accord de genre entre le type et le nom soit aussi ce que les Québécois appellent un ‘québécisme’. La gêne occasionnée par cette ambiguïté a parfois incité à supprimer tout bonnement l’article (e.g. : « Le destin malheureux de France »).

De la même manière, dans la plaisance, on a tendance à s’affranchir totalement de l’article, et on dira « Groupama 3 est en tête… », « Idec et Sodebo se disputent la deuxième place… » etc. Il est vrai que, dans ces cas, ça n’est pas totalement dénué d’arrières pensées publicitaires et commerciales…

Pour les bâtiments (i.e. : les unités militaires) l’usage est au contraire d’accorder l’article au genre du nom porté (ex : la Patrie, la Marseillaise… la Jeanne d’Arc…).

Mais lorsque le type de bâtiment précède le nom (quelle que soit la "culture d'entreprise") c’est évidemment lui qui prime en matière de genre (e.g. : le paquebot Liberté, le cuirassé Patrie, le croiseur Gloire, la goélette Mistral, le croiseur Jeanne d’Arc, bien sûr), ce qui supprime adroitement toute anomalie "phonémique".

Si cela peut apporter quelque chose. --Momo50 8 février 2013 à 20:34 (CET)

Salut. Je mets mes sources là avant de les intégrer, parce que ce n'est pas simple, ni clair.
Grevisse dit donc : accord avec le genre du nom pour les bateaux militaires (Le Clémenceau, La Jeanne-d'Arc), masculin pour la marine marchande (le Marie-Hélène).
Dans le Multidictionnaire de la langue française de Marie-Éva de Villers on complexifie :
GENRE DES NOMS DE BATEAUX
Nom propre masculin. Le nom du bateau est précédé d'un article masculin, même si le genre du type de bateau est féminin. Le Prince-de-Conti (frégate).
Nom propre féminin. Le nom du bateau est précédé d'un article masculin si le genre du type de bateau est masculin, du féminin si le genre du type de bateau est féminin. Le France, le Queen Mary (paquebots). La Marie-Josèphe (chaloupe).
Nom de personne, de ville, de province. Le nom du bateau est précédé d'un article masculin. Le Strasbourg, le Provence.
Notes.
1° On observe actuellement une tendance à supprimer l'article devant les noms de bateaux.
2° Les noms de bateaux, de trains, d'avions, etc., s'écrivent en italique; l'article ne sera inscrit en caractères italiques que s'il fait partie du nom.
Je peux encore regarder si Alain Rey traite de cela dans le grand dictionnaire culturel, mais je pense que Wikimanche a à choisir sa règle propre, et serais pour ma part partisan d'une solution simple : masculin singulier pour tout : Naufrage du Belle-Poule, Naufrage du Quatre-Frères, Naufrage du Pourquoi pas ?. C'est une métonymie, et c'est simple. Trop peut-être. Sinon, en suivant Grévisse, masculin pour tous sauf pour les navires militaires dont le nom propre est féminin, avec l'exception encore des noms de pays ou de ville (le Provence, le Ville de Nantes) que semble confirmer ce passage. Se référer au type de bateau est complexe.
Sinon, le pluriel n'est traité nulle part. Le Naufrage des Quatre-Frères me semble étrange (car il n'y a qu'un bateau nommé Quatre-Frères). Pas trouvé non plus de règles de typo pour les noms composés, mais je serai dans la logique d'appliquer le trait d'union dans les noms composés.
Je résume le Ville-de-Paris, le Paris, le Marie-Joseph si c'est une bisquine la Marie-Joseph si c'est une corvette, mais le Teddy même si c'est une corvette.
A trancher. HaguardDuNord 11 février 2013 à 14:50 (CET)
J'admets bien volontiers que le sujet est complexe et que nous aurons du mal à le trancher définitivement puisque d'autres avant nous, peut-être plus savants, en tout cas plus savants que moi, n'y sont pas encore parvenus. Cependant, il serait quand même mal venu, me semble-t-il, que nous soyons les seuls à ne pas écrire la Belle Poule, la Marie-Charlotte, comme Gilbert Bécaud, ou la Marie-Joseph, qui est un bien joli bateau comme le chantaient les Frères Jacques. Sur le pluriel, là encore, gardons notre bon sens et appliquons la règle de français habituelle qui s'applique, entre autres, au titre des œuvres. On dira l'interprète des Misérables, la tirade des Frères Kamazarov, l'intrigue des 39 marches, etc. Donc Naufrage de la Belle Poule, Naufrage des Trois Frères. Sur le trait d'union, je cite le Dournon (Le Livre de Poche), bible de tous les journalistes : « Traditionnellement, les noms composés ne sont reliés par des - que s'ils le sont déjà dans la langue courante : Belle-de-Jour. Pas de - avec les noms propres : Jeanne d'Arc, Commandant Amyot d'Inville. Cette dernière règle est souvent battue en brèche par l'usage. ». Teddy 11 février 2013 à 15:37.

État civil biographies + ref source AD

Avis mail du 24 avril 2020. :

Présent de narration

Est-ce que le présent de narration est une norme à appliquer ? Et pourquoi  ? Si c’est le cas il faut le mentionner dans les Règles d’édition car de nouveaux contributeurs ne savent pas et ne tiennent pas compte de cette règle (cf. Laiterie de Tribehou). --Momo50 (discussion) 22 mars 2021 à 07:12 (CET)

Oui, le présent de narration est une règle appliquée dans Wikimanche depuis l'origine, d'ailleurs inspirée de Wipidédia [(lire ici)].--Teddy (discussion) 22 mars 2021 à 08:21 (CET)