Centre hospitalier de Saint-Hilaire-du-Harcouët

De Wikimanche

Le nouvel hôpital.

Le centre hospitalier de Saint-Hilaire-du-Harcouët est un établissement médical public de la Manche.

Histoire

Il est créé en 1983, succédant à l’hôpital-hospice relancé après la Libération par Daniel Cuche.

Il offre 255 places : médecine (34), moyen séjour (30), hébergement (136), soins infirmiers à domicile (55).

Le service de chirurgie et la maternité ferment en 1996.[1]

En 2005, une convention de direction est signée avec le centre hospitalier d'Avranches-Granville.

En octobre 2009, il établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD) est ouvert.

En 2010, un rapport de la Chambre régionale des comptes de Basse-Normandie rappelle les « avis défavorables » donnés par la commission de sécurité depuis « de nombreuses années » à la poursuite de l'exploitation de l'établissement en raison de sa » vétusté sanitaire » du « risque d'incendie qui en résulte » [2]. Seul l'arrêté autorisant le fonctionnement pris chaque année par le maire a permis de surmonter cette difficulté [2]. Bien que cette situation devrait conduire normalement à « fermer » l'établissement, le rapport persiste à croire néanmoins qu'il « a sa place dans le territoire de santé », compte tenu de ses bons chiffres d'activité, de son dynamisme de coopération et des excédents financiers qu'il dégage [2].

En 2013, le directeur dévoile le projet du futur pôle sanitaire, qui sera édifié au sud de l'hôpital actuel, et dont la conception a été confiée au groupement d'entreprises d'entreprises constitué par la société rennaise Cardinal et le cabinet parisien Mairea Architecture [3]. Le rez-de-chaussée comprendra l'accueil, un coin détente, le service des urgences, des locaux techniques (vestiaires, lingerie) et des liaisons avec l'ancien hôpital [3]. Le premier étage accueillera 32 lits du service de soins de suite. Le second étage abritera les lots du service de médecine. Sa capacité sera de 64 lits pouvant être portée à 68 lits grâce à quatre chambres individuelles pouvant être transformées en chambres doubles.Le coût du projet est estimé à 10 millions d'euros, financé par l'État (3 millions) et le l'hôpital lui-même grâce à un emprunt de 4 millions et 3,5 millions d'autofinancement [3]. Le 21 juillet 2015, le nouveau bâtiment est présenté au public lors d'une journée « portes ouvertes », le transfert des malades étant prévu au début du mois de septembre [4].

Au début 2016, des menaces planent sur le maintien du service des urgences, ainsi que sur les services de radiologie et de mammographie [5].

En 2016, il intègre le Groupement hospitalier Mont-Saint-Michel[6].

Services

  • Consultations externes
  • Hygiène
  • Imagerie médicale
  • Médecine du travail
  • Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

Activité

L'hôpital enregistre 2 371 consultations externes en 2008 [2] (2 232 en 2005).

En 2008, il totalise 10 084 journées d'hospitalisation en médecine, 49 166 pour l'EPHAD et 9 359 pour les soins de suite et de réadaptation [2].

Urgences

En 2014, il enregistre 9 119 passages [7].

Le nombre de passages (adultes) est de 5 721 en 2008 [2] (4 738 en 2005).

Produits d'exploitation

Ils s'élèvent à 11,9 millions d'euros en 2008 [2] (10 M€ en 2003), ce qui en fait un centre hospitalier « de taille modeste ».

Effectifs

L'hôpital emploie 216 agents permanents en 2008 [2](241 en 2005).

Administration

Adresse : place de Bretagne
50600 Saint-Hilaire-du-Harcouët
Tél. 02 33 79 44 44
Fax 02 33 79 44 19
Mél : direction@ch-hilaire-harcouet.fr

Notes et références

  1. Histoire de Saint-Hilare.org[1], consulté le 4 août 2017
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 « Rapport d'observation définitives sur la gestion du centre hospitalier de Saint-Hilaire-du-Harcouët » (années 2005 et suivantes), Chambre régionale des comptes de Basse-Normandie, 10 mai 2010.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Le visage du futur hôpital de Saint-Hilaire enfin dévoilé », La Manche Libre, site internet, 14 mars 2013.
  4. « Le nouveau centre hospitalier s'ouvre au public le 21 juillet », Ouest-France, 11 juillet 2015.
  5. « À Saint-Hilaire, les urgences devraient fermer », Ouest-France, 1er mars 2016.
  6. « Le groupe hospitalier condamné à réussir », Ouest-France, 19 janvier 2017.
  7. Source : Agence régionale de santé de Basse-Normandie.