André et Clémentine Mesnage

De Wikimanche

André, né le 10 juin 1909 et décédé le 3 juillet 1979 et Clémentine, née Maincent et décédée le 5 mars 2014, Mesnage forment un couple remarquable de la Manche.

Justes parmi les nations

Pendant la rafle du 16 juillet 1942, deux inspecteurs de police en civil se présentent au domicile de la famille juive Bidnic originaire de Roumanie et de Pologne. Le couple Bidnic David et Cyrla ont un fils prénommé Simon. David s’enfuit par la fenêtre et se cache chez les concierges de l’immeuble voisin. Cyrla pousse son fils à s’enfuir et à rejoindre son père. Elle est emmenée par les inspecteurs et ensuite envoyée à Drancy. Elle y reste environ huit jours et est libérée, car sur sa carte d’identité figure la mention « nationalité palestinienne ». Par la suite, la famille reste à Paris avec l’aide d’amis et voisins français.

Craignant d'autres rafles, leurs voisins Vagner procurent à Simon une carte d'alimentation au nom de leur fils. Jusqu'à la libération, Simon vivra sous l'identité de Simon Vagner.

En mars 1943, les Bidnic décident d’éloigner leur fils de Paris. Les Vagner les ont mis en contact avec la famille Mesnage habitant Gathemo qui place d’abord Simon chez un autre couple, Ferrucio et Suzanne Pedrelli.

Simon reste chez les Pedrelli de mars 1943 à mai 1944. Suzanne Pedrelli est l’institutrice du village. Les Pedrelli ont une fille Micheline. Simon est présenté comme un enfant parisien refugié pour cause de restriction de nourriture à Paris.

Au mois de mai 1944, Cyrla Bidnic rejoint son fils à Gathemo. Comme il n’y a pas de place pour deux personnes chez les Pedrelli, Cyrla et Simon sont pris en charge et hébergés chez André et Clémentine Mesnage, chez qui ils restent jusqu’à la Libération.

A la libération, Simon retrouve ses parents et une vie normale.

Le 29 décembre 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à monsieur André Mesnage et à son épouse Madame Clémentine.

Lien externe