Albert Haupais

De Wikimanche

Albert Haupais

Albert François Haupais ou encore Père Albert de son nom de moine cistercien, né à La Chapelle-Cécelin le 31 mars 1910 [1] et mort à Kassel (Allemagne) le 1er mars 1945, est un déporté de la Manche.

Biographie

Il est élève à l'institut Notre-Dame d'Avranches de 1925 à 1928[2].

Père Albert est trappiste à l'abbaye Notre-Dame de Grâce de Bricquebec lorsque son abbé, Dom Marie-Joseph, l'envoie à Portbail au printemps 1944 pour seconder le curé de la paroisse qui est malade.

Le 23 juin, les Américains sont proches de Portbail et, pour éviter qu'ils ne bombardent la localité, Père Albert va les prévenir que les Allemands se sont retirés dans les dunes. Puis il va transmettre à ces derniers une proposition de reddition. Arrêté comme espion à Saint-Lô-d'Ourville, il est évacué vers le sud du département au château de Saint-Jean à Saint-Jean-du-Corail, jugé par une instance militaire. Il est condamné à 5 ans de réclusion par la Kommandantur régionale n° 722 de Saint-Lô pour "défaitisme", "propos défaitistes" le 30/06/1944.

Il est interné à la prison de Fresnes puis transféré à Bruxelles à la prison de Saint Gilles puis à la prison de Rheinbach. En août, il est transféré à la prison de Sieburg (Allemagne),puis envoyé le 15 septembre dans un camp à Kassel en Allemagne. Il y meurt de mauvais traitements.

Son corps est rapatrié après la guerre et il est inhumé dans le cimetière de son abbaye.

Il est reconnu « Résistant mort déporté ».

Hommages

Cadre hommage

En reconnaissance de son acte visant à sauver la ville et ses habitants, une rue de Portbail porte son nom.

À La Chapelle-Cécelin, une rue porte son nom, un cadre honore sa mémoire dans l'église de La Chapelle-Cécelin et une plaque souvenir est déposée au pied du monument aux morts.

Source

Notes et références

  1. Arrêté du 6 mai 1994 sur Légifrance.
  2. Association des anciens élèves de l'institut Notre-Dame, site internet, consulté le 12 octobre 2019 (lire en ligne).

Article connexe