Église Saint-Vigor (Quettehou)

De Wikimanche

L'église Saint-Vigor.
Vue ancienne.

L'église Saint-Vigor de Quettehou est un édifice catholique de la Manche.

Historique

Dédiée à l'évêque de Bayeux, l'église est bâtie au 12e siècle et terminée au 13e[1].

La nef, dont la moindre qualité des modillons vis-à-vis de ceux du chœur semble attester qu'elle est la partie la plus ancienne, est éclairée au nord par cinq lancettes. Le portail est surmonté également de trois lancettes[1].

Sur les murs latéraux du chœur, entre chaque contrefort, sont percées des fenêtres à deux baies séparées par un meneau large et coiffées par un oculus rond quadrilobé. Deux colonnettes fines surmontées d'un chapiteau soutiennent une ogive de pierre. Le chevet est percé de trois fenêtres à un compartiment[1].

Les voutes en pierre du chœur et de la nef reposent sur des colonnettes à chapiteaux descendant le long des murs formant un faisceau avec les colonnettes des formerets[1].

Le 12 juillet 1346, le roi Édouard III d'Angleterre y fait chevalier son fils aîné de 16 ans, Edouard de Woodstock, prince de Galles, futur « Prince noir » du fait de la couleur de son armure[2].

Le clocher est construit de 1485 à 1498 par les maçons Jéhan Fafin et Jéhan Maugis, aux frais du trésor de l'église et des paroissiens. Une chapelle dédiée à sainte Barbe édifiée par la famille Cantel occupait le fondement de la tour[1].

Vers 1550, on adjoint un bas côté dédié à saint Sébastien en perçant le mur méridional au niveau des fenêtres sans toucher aux colonnettes supportant la voûte, mais on le laisse inachevé avec des colonnes prévues pour supporter les arêtes d'une voûte qui n'est édifiée qu'en 1765[1].

Entre 1612 et 1616, une chapelle en l'honneur de saint Jean-Baptiste est bâtie à l'entrée du chœur par Jehan de Brevolles. Cette chapelle est désormais dédiée à la bienheureuse Mère Placide Viel, née dans la commune[1].

L'église est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 11 octobre 1971[3].

Mobilier

Graffiti marins.

Sur les piliers du bas-côté se trouvent de nombreux graffiti datant de la bataille de la Hougue.

On trouve, dans le transept, cette inscription : « L'an mil quatre cent quatre vingt et cinq fut faicte cette voulte sur l'O et fut commenchié par Mestre Jéhan Dumesnil, curé de Quettehou et les paroissiens dudict lieu et estaient trésoriers Guillaume Jouan et Jéhan Picart. » [4].

L'église dispose d'un riche mobilier :

  • une statue de sainte Anne de 1,4 mètres, en bois polychromé et doré, réalisée au XVIIe siècle avec à l'époque un bébé emmailloté, classée comme objets aux monuments historiques le 20 juillet 1966[5], et placée dans l'embrasement d'une ancienne lancette, dans la nef [1] ;
  • un grand christ en croix de 1,5 mètres en bois polychromé et doré, provenant de l'ancienne perque de la limite entre 15e et 16e siècle, classé comme objets aux monuments historiques le 20 juillet 1966[6] et placé au dessus de l'arcade qui daterait de la construction de la tour [1] ;
  • une statue de la Vierge à l'enfant du XIVe siècle [1] ;
  • un Dieu de pitié, Christ assis en attendant la mort sur le calvaire, réalisé au XVe siècle en bois polychromé, dans l'ancienne chapelle Sainte-Barbe, sous le clocher [1] .

Notes et références

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 et 1,10 [s.a], Notice sur l'église de Quettehou, août 1991.
  2. Michel de La Torre, 50. Manche - L'art et la nature de ses 599 communes, éd. Nathan, 1985.
  3. Notice n°PA00110552, base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  4. « Églises et abbayes du Cotentin », Le Cotentin, éd. Manche-Tourisme, 1977, p. 162.
  5. Notice n°PM50000871, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  6. Notice n°PM50000872, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.

Liens internes

Lien externe